Importations : Deux listes négatives avec la Tunisie et l’Egypte

Importations : Deux listes négatives avec la Tunisie et l’Egypte

Le Maroc exclut provisoirement des produits du démantèlement tarifaire et soumet d’autres à une taxe unique

Les autorités décidées à veiller à la bonne application des Accords de libre-échange avec les partenaires du Maroc. Après la Turquie, le Royaume instaure des listes négatives avec la Tunisie et l’Egypte. Ces listes incluent un ensemble de produits provisoirement exclus du démantèlement tarifaire appliqué depuis l’entrée en vigueur des ALE avec ces pays. Plus loin encore, les autorités ont dévoilé une liste supplémentaire de produits tunisiens soumis à une taxe unique de 17,5%. Ces mesures sont de nature à rééquilibrer la balance commerciale avec les pays concernés mais également et surtout protéger la production locale contre les produits importés dans certains secteurs, le but étant in fine d’assurer la pérennité des unités industrielles nationales et préserver les postes d’emplois potentiellement menacés. Il faut cependant préciser que la liste des importations égyptiennes et tunisiennes exclues du démantèlement tarifaire est plutôt limitée. Dans le cas de l’Egypte, la liste négative concerne à peine six catégories de produits. Il s’agit notamment de poudre et d’explosifs ainsi que des matières inflammables à l’exclusion des allumettes et briquets. La liste couvre également les pneumatiques, la friperie et le fer à béton ainsi que les voitures.

Le textile égyptien aussi

La liste négative établie par le Maroc compte une dernière catégorie et non des moindres concernant les importations égyptiennes, en l’occurrence le textile et habillement. Ainsi après la prolongation du bouclier contre les produits turcs de la même catégorie, les autorités marocaines viennent de décider d’exclure provisoirement les produits de textile et habillement du pays des pharaons du démantèlement tarifaire et donc d’une entrée libre sur le territoire national sans droits de douane ni taxe. Concernant la Tunisie, la liste négative couvre pratiquement les mêmes catégories de produits sauf le textile. Par contre, la liste comprend les tapis puisque la production marocaine a sérieusement souffert des importations étrangères durant les dernières années. Il est également question des tapisseries ainsi que de différents articles d’entretien comme les serpillières, lavettes et chamoisettes.

Mais en plus de cette liste négative, un nombre considérable de produits tunisiens est soumis à une taxe unique de 17,5%. Ces produits couvrent de nombreuses catégories de produits qui vont de l’agroalimentaire aux produits de bâtiment, en passant par les jouets et stylos, en plus des meubles pour bureaux. Ainsi, la liste énumère des produits comme les boissons chocolatées, le café moulu, les jus ainsi que les préparations de fruits et légumes, sans oublier la margarine ou encore le poisson fumé et les produits à base de céréales. La liste comprend en outre des produits cosmétiques comme les vernis à ongles ou encore les eaux de toilette et les produits de maquillage pour les lèvres. Il est également question du cuir et peaux préparées en plus des produits en PVC, sans oublier les carreaux et mosaïques pour construction.

Turquie

Le Maroc avait au cours des derniers mois obtenu la révision de l’Accord de libreéchange avec la Turquie. En février 2021, le Parlement avait adopté le projet de loi n°54.20 portant approbation de l’accord portant amendement de la convention de libre-échange, du 7 avril 2004, entre le Royaume du Maroc et la République de Turquie, à titre exceptionnel, imposant des droits de douane, pour une période de cinq ans, sur les produits industriels d’origine turque et inscrits à l’annexe I de cet accord, pour atteindre 90% de la valeur des produits provenant du «pays le plus favorisé» en vigueur. Concrètement, les deux parties ont accepté d’intégrer à l’accord initial une liste négative de plus de 1.200 produits locaux subissant l’impact des importations turques. Les produits concernés vont notamment du secteur du textile, habillement et cuir à la métallurgie, en passant par les domaines de l’électricité, du bois et de l’automobile.

Plan d’action

Le plan d’action du ministère de l’industrie et du commerce prévoit le renforcement et l’approfondissement de la coopération avec l’Union européenne. Concrètement, il s’agit de négocier de nouvelles règles plus souples dans le cadre de la zone Euromed pour permettre un accès plus important des exportations marocaines et/ ou la protection de l’industrie locale. Il sera question en outre de renouveler les partenariats avec les pays arabes. Le but est de revoir les règles relatives à la mention du pays-origine dans le cadre de la zone arabe de libre-échange, sans oublier le retour des négociations pour la création de l’Union douanière arabe. D’autres mesures ne sont pas écartées pour rééquilibrer la balance commerciale avec certains pays ou lutter contre certaines pratiques concernant la mention pays d’origine et la contrefaçon. Le but pour les autorités du pays est de lutter contre le déficit de la balance commerciale devenu chronique au cours des dix dernières années.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *