Indice de confiance des ménages au Maroc: Le doute s’installe

Indice de confiance des ménages au Maroc: Le doute  s’installe

La perception des Marocains quant à l’évolution de leur quotidien reste inchangée. La confiance des ménages n’a pas bougé d’un cran par rapport aux mois précédents, marquant ainsi une stagnation durant le premier trimestre de l’année 2014.

Ainsi, l’Indice de confiance des ménages (ICM) aura enregistré, au cours des trois premiers mois de l’année, une quasi-stagnation par rapport au quatrième trimestre de 2013. Toutefois, il a décliné de 1,7 point par rapport à son niveau du premier trimestre de l’année 2013.

L’ensemble des Marocains sujets à l’enquête permanente de conjoncture réalisée auprès des ménages par le Haut-Commissariat au Plan a fait part de perspectives moins optimistes. Un sentiment fortement relaté lorsqu’ils ont été questionnés sur l’évolution future du niveau de vie. Les perceptions relevées par le HCP sont en dégradation. Le département d’Ahmed Lahlimi démontre dans ce sens une baisse de 3,5 points par rapport au trimestre précédent et de 6,3 points par rapport à la même période de 2013.

Les ménages ont également témoigné de la détérioration de leur situation financière. «Le solde correspondant a enregistré une hausse de 2,9 points par rapport au trimestre précédent et une baisse de 3,3 points par rapport au premier trimestre de 2013», indique le HCP dans son enquête. Si 57,1% des ménages considèrent que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 37,1% d’entre eux déclarent s’endetter ou puiser pour cela dans leurs épargnes.

L’enquête révèle également que seuls 5,8% des ménages affirment pouvoir épargner une partie de leur revenu. Déduction: «Le solde de l’indicateur relatif à la situation financière actuelle des ménages s’établit à un niveau négatif de -31,3 points en repli aussi bien par rapport au dernier trimestre de l’année 2013 (-1,8 point) qu’au même trimestre de 2013 (1,5 point)».

Dans le même contexte, les ménages ont partagé leur pessimisme quant à leur capacité à épargner dans les mois à venir. Se référant aux résultats de l’enquête, huit ménages sur dix, soit 83% de l’échantillonnage, pensent ne pas pouvoir épargner au cours des 12 prochains mois. En contrepartie, 16,7% des personnes interviewées pensent le contraire.

«Le solde de cet indicateur se situe, ainsi, à un niveau négatif de -66,6 points enregistrant une quasi-stagnation par rapport au trimestre précédent et une amélioration de 0,4 point par rapport à la même période de 2013», commente le Haut-Commissariat au Plan. L’incertitude dans laquelle sombrent les ménages les pousse à écarter l’idée d’acquisition de biens durables. Pour 54% des personnes interviewées le moment serait inopportun pour faire des achats de biens durables.

En dépit de l’incertitude manifestée, ce solde serait en légère amélioration par rapport au trimestre précédent. En revanche, il reste en détérioration par rapport au même trimestre de l’année précédente, soit un déclin de trois points.

Chômage : Une hausse anticipée

Le nombre de chômeurs devrait grimper pour les 12 mois à venir. C’est ce qu’a confirmé 77,4% des ménages qui anticipent une hausse du chômage à court terme. Cet échantillonnage est en hausse par rapport aux ménages interviewés au cours de l’enquête du 4ème trimestre (75,4%) et 72,4% un an auparavant. Le HCP souligne dans ce sens que «le solde de cet indicateur qui s’établissait à un niveau négatif de -69,1 points enregistre une baisse de 0,9 point par rapport au trimestre précédent et de 7,4 points par rapport à la même période de 2013».

Eventuelle flambée des prix des produits alimentaires

Une hausse des prix des produits alimentaires est attendue par les ménages marocains durant les mois à venir. Cette situation s’inscrirait dans la continuité de la hausse observée durant le premier trimestre de l’année en cours. Ceci a été confirmé par 90,5 % des familles interviewées.

Comparativement avec les trimestres précédents, le solde de cet indicateur s’est amélioré de 1,4 point par rapport à fin 2013 et de 2,2 points comparativement aux trois premiers mois de l’année précédente. En termes de perspectives, une grande partie des ménages s’attend à une évolution des prix des produits alimentaires.

Se référant à l’enquête du Haut-Commissariat au Plan, plus de trois ménages sur quatre, soit une représentativité de 78,6%, pensent que ces prix continueront sur leur trend haussier dans le futur, contre 77% comparativement au quatrième trimestre 2013 et 78% au premier trimestre de 2013. Le solde relatif aux perspectives d’évolution de ces prix s’est détérioré de 1,6 point et de 1,5 point durant ces deux périodes respectives.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *