Infrastructures portuaires : 3,6 milliards de dirhams jusqu’en 2022

Infrastructures portuaires : 3,6 milliards de dirhams jusqu’en 2022

Un objectif de 90 millions de tonnes en 2020 pour les ports relevant de l’ANP

Le chiffre d’affaires de l’Agence au titre de l’année 2020 franchira le cap de deux milliards de dirhams, soit un rebond avoisinant 13% par rapport aux prévisions de réalisation de l’année 2019.

C’est une véritable feuille de route pour le secteur portuaire qui a été dévoilée à l’occasion du dernier conseil d’administration de l’ANP (Agence nationale des ports) pour les deux prochaines années. Les principaux axes du plan d’action de l’Agence vont de la consolidation du système de régulation à l’achèvement de la réalisation des grands projets structurants, en passant par la mise en place des chantiers de digitalisation et de dématérialisation. En effet, les principaux axes du plan d’action de l’Agence nationale des ports au titre de l’année 2020 avaient été examinés par le conseil d’administration de cette Agence sous la présidence du ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, président du conseil d’administration. Ce dernier avait ainsi souligné l’importance de la poursuite des efforts d’investissement programmés pour la période 2020-2022 pour une enveloppe de 3,6 milliards de dirhams. Lors de la présentation des principales lignes du projet de budgets au titre de l’année 2020, la directrice générale de l’ANP, Nadia Laraki, avait indiqué que le volume du trafic traité par les ports relevant de l’Agence nationale des ports continuera son trend haussier en réalisant une variation de +3,9%, pour franchir le niveau de 90 millions de tonnes en 2020. Cette progression est, essentiellement, expliquée par l’augmentation de 5,7% de l’activité des conteneurs et par la consolidation du rythme d’évolution de l’activité phosphatière qui enregistrera une hausse globale de 4,9%.

L’accroissement soutenu de l’activité portuaire est accompagné par la mise en œuvre de programmes d’investissement ambitieux portant sur une enveloppe globale d’environ 3,6 milliards de dirhams, dont environ 1,5 milliard pour la seule année 2020.
Les principaux projets prévus dans ce cadre concernent le réaménagement de la gare maritime de Nador, la réalisation des quais pour la zone chantier naval au port d’Agadir, les travaux d’extension du port de Jebha, des aménagements intérieurs au bâtiment communautaire au port de Casablanca et l’aménagement de l’ouvrage d’accès au port sec de Zenata.

Sur le plan de la régulation, le programme d’action de l’ANP arrêté au titre de l’année 2020 fait ressortir des projets visant le renforcement de la régulation des opérateurs et des activités portuaires, la promotion du régime de placement des terminaux portuaires ainsi que la poursuite de projets communautaires ciblant l’amélioration de la compétitivité du transit portuaire. En termes de prévisions budgétaires, le chiffre d’affaires de l’Agence au titre de l’année 2020 franchira le cap de deux milliards de dirhams, soit un rebond avoisinant 13% par rapport aux prévisions de réalisation de l’année 2019. Il faut préciser que l’Agence nationale des ports (ANP) est l’organe d’autorité et de régulation du nouveau système portuaire marocain mis en place par la loi 15-02. Acteur fort du paysage portuaire marocain, l’Agence fédère l’ensemble de la communauté portuaire autour d’objectifs communs ; elle œuvre à la création d’un environnement portuaire compétitif, favorisant un développement équitable et durable, caractérisé par une concurrence saine, par l’efficacité, la transparence et la bonne gouvernance, et assurant des services sûrs et de qualité. Dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière, l’Agence exerce ses attributions sur l’ensemble des ports du Royaume à l’exception du port de Tanger Méditerranée, soit 33 ports au total. L’Agence s’est fixé huit priorités stratégiques, notamment la poursuite de la réalisation des grands chantiers portuaires ; la contribution à la mise en œuvre de la stratégique nationale de compétitivité logistique ; la poursuite de la mise en œuvre de la réforme portuaire objet de la loi 15-02 et l’amélioration de la compétitivité du secteur portuaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *