CouvertureEconomieUne

Investissement vert : OCP rafle la mise

© D.R

Signature de 3 accords de prêt d’un total de 188 millions de dollars entre la Banque africaine de développement et le Groupe OCP

Financement: Les bailleurs de fonds internationaux continuent de miser sur le Maroc dans le domaine de l’investissement vert. Ainsi, OCP vient d’obtenir 150 millions de dollars de la Banque africaine de développement, 18 millions de dollars du Fonds climatique Canada – Banque africaine de développement et 20 millions de dollars du Fonds pour les technologies propres. Les détails.

Jackpot pour OCP qui vient d’obtenir un nouveau financement pour l’investissement dans le domaine des technologies propres. C’est la BAD qui vient de placer sa confiance dans le groupe marocain, engagé dans un ambitieux programme d’investissement avec des projets qui font la part belle aux technologies propres. Dans les détails, la Banque africaine de développement et le Groupe OCP ont signé, à Rabat, trois accords de prêt d’un montant total de 188 millions de dollars dans le cadre du financement du Programme d’investissement vert du Groupe OCP.

Le premier prêt, d’un montant de 150 millions de dollars provenant des ressources de la Banque africaine de développement, et le deuxième prêt d’un montant de 18 millions de dollars provenant des ressources du Fonds climatique Canada – Banque africaine de développement, serviront au financement de la construction de trois usines modulaires de dessalement de l’eau de mer. Ces usines du Groupe OCP, leader mondial en solutions de fertilité des sols et nutrition des plantes, auront une capacité annuelle totale de 110 millions de m3. Outre une autonomie des sites industriels et miniers du Groupe OCP en eau non conventionnelle, le projet permettra de fournir jusqu’à 75 millions de m3 d’eau potable aux villes de Safi, El Jadida et les zones voisinant les usines de Safi et Jorf du Groupe OCP. Plus de 1,5 million de personnes bénéficieront de cette eau potable.

Le troisième prêt, d’un montant de 20 millions de dollars provenant des ressources du Fonds pour les technologies propres, servira au financement de systèmes de stockage d’énergie générée par des sources renouvelables. Ces systèmes alimenteront en énergie des usines de dessalement et d’autres unités productives du Groupe OCP. Ce financement est un exemple du soutien que la Banque africaine de développement, le Fonds climatique Canada-Banque africaine de développement (CACF) et le Fonds pour les technologies propres (CTF) entendent apporter à la lutte contre le changement climatique, tant en termes d’adaptation que d’atténuation de ses effets. Il vise également à soutenir les populations les plus vulnérables, entre autres, par l’approvisionnement en eau potable et par la création d’emplois, y compris pour les jeunes et les femmes, ainsi qu’en milieu rural. Les projets sont des composantes essentielles du Programme d’investissement vert du Groupe OCP et font partie du Plan d’urgence pour l’approvisionnement en eau potable initié par le gouvernement marocain.

Les fonds serviront au financement de la construction de trois usines modulaires de dessalement de l’eau de mer.

Gage de confiance

Ces nouveaux financements représentent un véritable gage de confiance dans l’économie marocaine de la part des bailleurs de fonds internationaux. Les accords de financement ont été signés par Ousmane Fall, directeur du département de l’industrialisation et du développement du commerce de la Banque africaine de développement, et Karim Lotfi Senhadji, directeur financier du Groupe OCP. Des représentants du gouvernement du Canada ont également assisté à la signature du contrat actant la contribution du CACF et renforçant les engagements communs contre le changement climatique et pour l’autonomisation des femmes. En outre, la clôture de cette opération de financement représente le premier financement non souverain signé dans le cadre du CACF.

Ils renforcent le partenariat de long terme entre la Banque africaine de développement et le Royaume du Maroc dans ses efforts pour faire face aux défis du changement climatique. « Nous sommes fiers d’être associés à cet ambitieux projet qui apporte une réponse stratégique au stress hydrique qui s’amplifie au Maroc. Le projet permettra également d’optimiser la gestion de la ressource hydrique dans les activités industrielles d’OCP en utilisant de l’eau de mer dessalée », a apprécié le responsable du bureau-pays de la Banque africaine de développement au Maroc, Achraf Tarsim. « Nous apprécions grandement ces prêts, qui représentent des contributions significatives à notre programme d’investissement de 13 milliards de dollars de 2023 à 2027. Nos objectifs de durabilité visent à atteindre 100 % d’eau non conventionnelle d’ici 2024, 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2027, l’autosuffisance en ammoniac vert d’ici 2032 et la neutralité carbone totale d’ici 2040 », a déclaré Karim Lotfi Senhadji. «Nous sommes heureux de constater que ce fonds se déploie efficacement au Maroc pour contribuer à répondre aux enjeux climatiques. Nous sommes ravis d’y être associés aux côtés de nos partenaires : la Banque africaine de développement et le Groupe OCP », a souligné Jean Touchette, conseiller et chef de la coopération à l’ambassade du Canada au Maroc.

Depuis 1978, plus de 180 opérations dans différents secteurs ont été déployées par la Banque africaine de développement au Maroc, pour un total de 12 milliards d’euros. Il faut préciser enfin que le Groupe OCP aide à nourrir une population mondiale croissante en lui fournissant des éléments essentiels à la fertilité des sols et à la croissance des plantes. Avec plus d’un siècle d’expertise et un chiffre d’affaires de plus de 11,3 milliards de dollars en 2022, le Groupe OCP est le leader mondial des solutions de fertilité des sols et nutrition des plantes.

Ayant son siège social au Maroc et présent sur cinq continents, le Groupe OCP compte environ 20.000 employés et travaille en étroite collaboration avec plus de 350 clients à travers le monde. Il a récemment lancé une nouvelle stratégie d’investissement écologique visant à accroître sa production de solutions de fertilité des sols et nutrition des plantes et à investir dans l’énergie renouvelable.
Le Groupe est fermement convaincu que leadership et rentabilité sont synonymes de responsabilité sociale et de développement durable. Sa vision stratégique se situe à la jonction de ces deux dimensions.

Depuis 1978, plus de 180 opérations dans différents secteurs ont été déployées par la Banque africaine de développement au Maroc, pour un total de 12 milliards d’euros.

C’est le titre de la boite

Plan d’urgence

Stress hydrique. Un plan d’action d’urgence élaboré par les départements concernés avait été élaboré afin de faire face à la situation actuelle de stress hydrique et assurer l’approvisionnement en eau potable, particulièrement dans les villes, centres et localités déficitaires ou susceptibles de l’être. Ce plan d’action d’urgence présenté devant le Souverain et décliné au niveau des différents systèmes hydrauliques du Royaume prévoit une diversité de mesures comprenant, à court terme, la mobilisation optimale des ressources au niveau des barrages, des forages et des stations de dessalement existantes, la réalisation d’équipements urgents d’adduction et d’approvisionnement de l’eau, et là où la situation l’exige, des mesures éventuelles de restriction de l’eau d’irrigation ou des débits de distribution.

Parallèlement, et conformément aux Hautes orientations royales, il sera procédé à l’accélération des chantiers programmés ayant un impact à moyen terme, en particulier les barrages en cours d’exécution, l’interconnexion entre les bassins du Sebou, du Bouregreg et d’Oum Rabia, le programme national des stations de dessalement de l’eau de mer, le programme de réutilisation des eaux usées épurées, le programme de l’économie de l’eau au niveau des réseaux d’adduction et de distribution de l’eau potable et d’irrigation. A noter que pour la période de septembre à mi-janvier 2024, un déficit pluviométrique de 70% par rapport à la moyenne, ainsi qu’un taux de remplissage des barrages de 23,2% contre 31,5% à la même période de l’année dernière, avaient été enregistrés.

Grâce aux actions déjà engagées suite aux Hautes orientations royales, notamment dans le cadre du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, plusieurs provinces et régions ont pu être convenablement approvisionnées ces dernières années en eau potable. C’est le cas, en particulier, de la réalisation de l’interconnexion des bassins de Sebou et Bouregreg et de la mise en service des stations de dessalement d’Agadir et de Safi-Jorf Lasfar.

Projets

Usines

Le premier prêt, d’un montant de 150 millions de dollars et le deuxième prêt d’un montant de 18 millions de dollars, serviront au financement de la construction de trois usines modulaires de dessalement de l’eau de mer.

Capacité

Ces usines du Groupe OCP, leader mondial en solutions de fertilité des sols et nutrition des plantes, auront une capacité annuelle totale de 110 millions de m3. Le projet permettra de fournir jusqu’à 75 millions de m3 d’eau potable aux villes de Safi et El Jadida.

Stockage d’énergie

Le troisième prêt, d’un montant de 20 millions de dollars provenant des ressources du Fonds pour les technologies propres, servira au financement de systèmes de stockage d’énergie générée par des sources renouvelables. Ces systèmes alimenteront en énergie des usines de dessalement et d’autres unités productives du Groupe OCP.

Articles similaires

PolitiqueUne

Bilan du mi-mandat: une séance commune le 17 avril au parlement

Le parlement tiendra une séance commune le mercredi 17 avril prochain pour...

PolitiqueUne

Réélection de Rachid Talbi Alami à la tête de la Chambre des représentants

Rachid Talbi Alami, du Rassemblement national des indépendants (RNI), a été réélu,...

ActualitéUne

L’administration de la prison locale Khouribga dément les allégations d’intoxication alimentaire de 90 détenus

L’administration de la prison locale Khouribga 2 a démenti vendredi les allégations...

ActualitéUne

Chambre des Conseillers : La deuxième session de l’année législative 2023-2024 déclarée ouverte

La Chambre des conseillers a ouvert, vendredi, les travaux de sa deuxième...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus