Investissements étrangers au Maroc: Boussaid en mission séduction

Investissements étrangers au Maroc: Boussaid en mission séduction

L’économie marocaine doit encore se renforcer avant de s’intégrer dans l’économie européenne. C’est le principal message de Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, intervenant lors d’une session consacrée aux investissements au Maroc, en marge des travaux de la 23ème assemblée annuelle de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD)

, qui se sont tenues les 14 et 15 mai à Varsovie. Aussi, après avoir présenté les réformes économiques mises en œuvre par le Maroc ainsi que les opportunités d’investissement offertes dans le Royaume, M. Boussaid a annoncé devant un parterre d’investisseurs et d’experts économiques que l’objectif de l’économie marocaine est double.

En effet, pour lui le Royaume est l’un des rares pays à avoir signé 55 accords de libre-échange englobant un milliard de consommateurs, il s’agit d’un défi pour l’économie nationale qui doit se diversifier et être compétitive.

«Le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, a lancé de grands chantiers dans plusieurs régions du pays et développé son réseau autoroutier», a-t-il noté. Dans le même sillage, M. Boussaid a souligné que le Maroc améliore sa production agricole grâce au Plan Maroc Vert visant à imprimer au secteur agricole une dynamique d’évolution harmonieuse et évolutive tenant compte de ses spécificités et au développement des métiers du monde (automobile, aéronautique, offshoring et électronique).

Ainsi, l’économie marocaine se modernise et se diversifie sachant qu’au premier trimestre de l’année en cours, le premier secteur exportateur du Maroc a été l’industrie automobile et non les phosphates.

Dans le même ordre d’idées, le ministre a relevé qu’en dépit d’une conjoncture internationale défavorable, le Maroc a réalisé un taux de croissance de 4,8% du PIB en 2013, maîtrisé l’inflation avec un taux inférieur à 2% et enregistré une hausse de 25% des investissements extérieurs par rapport à 2012. Il a ensuite mis l’accent sur l’importance du secteur financier dans le développement économique du pays, ajoutant qu’une série de mesures visant à booster ce secteur seront prises prochainement.

S’agissant de l’Afrique, M. Boussaid a noté que SM le Roi Mohammed VI a donné une nouvelle impulsion au partenariat Sud-Sud suite à la dernière visite royale dans des pays subsahariens et d’Afrique de l’Ouest.

«Le continent africain est l’espoir du monde dans les prochaines décennies», a lancé le ministre à l’adresse des investisseurs, faisant remarquer que l’Afrique réalise l’un des taux de croissance les plus élevés au monde.

Avec MAP

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *