«IRESEN 2.0», le chemin vers l’excellence

«IRESEN 2.0», le chemin vers l’excellence

Une nouvelle décennie d’innovation en perspective

Dans le secteur de la mobilité durable, les opportunités pour le pays sont grandissantes en termes d’investissement et d’emplois.

L’IRESEN passe à la vitesse supérieure après sa dixième année d’existence. Actuellement, l’institut travaille sur «IRESEN 2.0», son programme ambitieux pour passer du «Cap Valorisation» (2020-2025) à la phase «Croissance par l’innovation» (2025-2030). Alignée sur la vision stratégique 2030, cette trajectoire prendra une nouvelle dimension grâce au réseau de centres de recherche & développement appliquée de l’IRESEN, son agence de moyen au service de ce réseau et ses projets R&D à fort potentiel de valorisation. Parallèlement, ses initiatives sur la mobilité durable et de l’hydrogène vert sont sur les rails accompagnant la feuille de route nationale.

Transfert de savoir

L’Institut veut désormais faire profiter les entreprises de son expertise. Afin de répondre aux enjeux du marché et cofinancer la R&D, trois familles d’activités ont été identifiées auxquelles s’ajoutent une offre de services et des activités en lien avec les attentes du marché. Il s’agit de la structuration et l’exécution des projets R&D, l’externalisation de services aux entreprises, et la certification. Dans la conduite et réalisation de projets de R&D et d’innovation relatifs à des problématiques spécifiques, il est question de se positionner en fournisseur de R&D externalisée, et répondre à des problématiques d’industriels en capitalisant sur les thématiques, comme le Solaire PV et Thermiques par exemple. Ces activités consistent également à arriver à la commercialisation des services auxiliaires construits autour des infrastructures et des savoirs développés. Pour ce qui est de la certification (certification des technologies PV, certification des batteries et onduleurs, et certifications des électrolyseurs), cela consiste à contrôler, tester et certifier les composantes de renouvelables, selon les normes européennes et marocaines, prioriser le PV et investir en moyens humains et CAPEX pour la certification des batteries.

Mobilité durable, une opportunité pour les industriels marocains

Le Maroc dispose actuellement d’une centaine de bornes de recharge électrique. Actuellement, l’objectif sera de développer des bornes de recharge rapide. Dans le secteur de la mobilité durable, les opportunités pour le pays sont grandissantes en termes d’investissement et d’emplois.
De même, il y a toute une infrastructure de recharge à mettre en place. Celle-ci ne sera pas qu’au niveau des stations de services elle sera aussi au niveau des villes et des régions et par conséquent l’opportunité pour développer les réseaux électriques pour divers usages se présente. Ce qui impliquera aussi la gestion de ce dispositif par les entreprises.

Trois plateformes au service de l’innovation dans le pipe

Dans ces projets, IRESEN espère élargir son réseau pour atteindre 6 plateformes. Actuellement, deux sont opérationnelles, à savoir : Green Energy Park (Systèmes électriques, énergie solaire photovoltaïque et thermique) et Green and Smart Building Park (Bâtiments verts et réseaux intelligents). Une troisième plateforme sera bientôt finalisée (Green Energy Park Maroc-Côte d’Ivoire). Elle est axée sur la technologie photovoltaïque et applications du solaire thermique. En cours de conception, on compte trois projets : Green H2A (production de carburants verts à base d’énergies renouvelables et stockage de l’énergie), Agro Energy TIC (Biomasse et nexus énergie agriculture) et Water Energy Nexus (Dessalement et traitement de l’eau).

Accompagner la décarbonation

Engagé dans la mobilité durable, IRESEN a récemment développé un chargeur électrique «100% marocain» dont la phase de production démarrera au mois d’avril. Fruit de l’ingénierie et de la collaboration entre Green Energy Park, IRESEN, UM6P, l’entreprise EDEEP, et l’industriel Halmes Maroc, cet exemple parmi bien d’autres démontre tout le potentiel de l’ingénierie marocaine dans un secteur concurrentiel et le transfert de technologie qui s’opère de l’Université vers le monde socio-économique.

De plus, les constructeurs automobiles s’orientent de plus en plus vers les énergies propres en raison des nombreux avantages qu’elles représentent. Pour accompagner la décarbonation du secteur de la mobilité au Maroc et l’intégration industrielle, cette initiative devra se renforcer à travers une ligne de production de cette nouvelle génération de bornes intelligentes qui sera mise en place en 2022 à Benguerir avec le soutien du ministère de l’industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique.

A noter que la capacité de production de cette usine sera de 5.000 bornes par an. En termes de puissance, on notera que ce dispositif permet de recharger une voiture de taille compacte en 30 minutes. Les initiateurs de ce projet dévoilent également qu’une borne rapide d’une capacité qui varie entre 20 kw et 60 kw est en cours de développement. Celle-ci sera commercialisée prochainement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *