La BAD livre ses perspectives pour l’Afrique du Nord : Une croissance de -4,6% pour l’économie marocaine en 2020

La BAD livre ses perspectives pour l’Afrique du Nord : Une croissance de -4,6% pour l’économie marocaine en 2020

Après une année morose, le rythme de croissance au Maroc reprendra en 2021. Une anticipation faite par la Banque africaine de développement (BAD) dans son dernier rapport sur les perspectives économiques en Afrique du Nord dévoilé à Tunis mardi 14 juillet.

Les prévisions par pays augurent d’une reprise de l’économie marocaine en 2021 pour atteindre les 4,1%. Elle interviendrait après une récession prévue à – 4,6% au titre de l’année 2020 et une croissance de 2,5% enregistrée en 2019.

Sachant que le HCP avait prévu que le PIB devrait enregistrer une décroissance de 5,8% en 2020 et une croissance de 4,4 en 2021. De son côté Bank Al-Maghrib avait annoncé une contraction du PIB atteignant 5,2% en 2020 contre un retour au vert en 2021 avec un taux de croissance de 4,2%. Une récession expliquée par l’impact de la Covid-19 sur l’ensemble de la machine économique aussi bien au Maroc qu’à l’échelle régionale et internationale. Globalement, l’Afrique du Nord était, en 2019, pour la seconde année consécutive, la deuxième région la plus performante d’Afrique, avec une croissance de 3,7%. La pandémie Covid-19 et le tassement prévu des économies avancées auront une incidence négative sur la croissance prévisionnelle de la région.

Selon les projections, la croissance dans la région enregistrée avant la Covid-19 devait se renforcer en 2020 et 2021, les taux de croissance du PIB passant de 3,7% en 2019 à 4,4% et 4,5% en 2020 et 2021 respectivement. Après la pandémie, les projections de la croissance ont été révisées à la baisse. Les experts de la BAD indiquent de ce fait que la région d’Afrique du Nord connaîtra probablement une récession économique en 2020 avec un taux de croissance de -2,3%, selon le scénario pessimiste.

Dans le scénario de référence, la croissance dans la région baissera de 5,2 points de pourcentage pour toucher un creux de -0,8% en 2020. Par ailleurs, la reprise économique est prévue en 2021, avec une croissance nord-africaine de 3,3% dans le scénario de référence et de 3% dans le scénario pessimiste. Il ressort des Perspectives économiques en Afrique du Nord 2020 que les secteurs des services, du tourisme et de l’industrie, considérés plus forts contributeurs à la croissance régionale, ont été fortement touchés par les nombreuses mesures de restriction. L’impact défavorable de la pandémie sur la demande mondiale ainsi que sur les cours des produits de base devrait avoir pour conséquence une détérioration des déficits budgétaires et des comptes courants dans les pays de la région. Le déficit budgétaire pourrait, dans le scénario pessimiste, atteindre en moyenne 10,9% du PIB régional en 2020. En 2019, le solde budgétaire est estimé à -5,6% du PIB régional, au-dessus de la moyenne africaine de – 4,7%.

Miser sur le capital humain

Pour la BAD, l’investissement dans le capital humain et les compétences est une condition indispensable à l’accélération du développement économique. «En Afrique du Nord, l’adaptation des compétences aux nouveaux métiers induits par la quatrième révolution industrielle nécessitera de coordonner les réformes des systèmes d’éducation et de formation», précise la même source ajoutant que pour les travailleurs en activité, les pays devraient mettre en place davantage de mécanismes efficients pour la promotion de la formation en cours d’emploi.

Pour promouvoir l’investissement privé dans certains secteurs stratégiques, les gouvernements de la région pourraient envisager de fournir des subventions subordonnées à la création d’emplois en faveur des jeunes et des femmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *