970x250

La Bourse de Casablanca appuie la Morocco Tech

La Bourse de Casablanca appuie  la Morocco Tech

Mobilisée pour financer les entreprises technologiques qui porteront l’initiative

Se référant à la place casablancaise, l’investissement en Bourse sur la Tech made in Morocco est un moyen de créer un lien sociétal unique entre le grand public et la Morocco Tech dont l’ambition est de créer une nation digitale.

La Bourse de Casablanca soutient Morocco Tech. Une initiative nationale structurante lancée, il y a quelques jours, par le ministère chargé de la transition numérique et de la réforme de l’administration. «Morocco Tech ambitionne de positionner le Maroc comme un hub numérique reconnu et de référence. La Bourse de Casablanca de par son activité est, pour reprendre un terme digital, une marketplace. Elle souhaite marquer son engagement à servir pleinement cette nouvelle dynamique de l’écosystème numérique marocain en jouant son rôle unique de marketplace de données, de marketplace de flux financiers et de marketplace d’idées», indique l’institution qui se montre pleinement mobilisée pour soutenir la nouvelle ambition digitale marocaine et financer les entreprises technologiques qui la porteront.
«La Bourse de Casablanca est par excellence un partenaire privilégié du ministère de la transition numérique et de la réforme de l’administration, du ministère de l’investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, et de l’écosystème marocain du numérique, en contribuant effectivement à la mise en place des facteurs de succès de ce chantier stratégique pour notre pays», apprend-on à ce propos.
Se référant à la place casablancaise, l’investissement en Bourse sur la Tech made in Morocco est un moyen de créer un lien sociétal unique entre le grand public et la Morocco Tech dont l’ambition est de créer une nation digitale. «L’avènement de PME et de startups doit clairement être dynamisé.

C’est l’un des objectifs premiers de cette nouvelle stratégie. Et l’un des moyens les plus éprouvés pour réaliser cela est l’ouverture du financement du secteur aux personnes physiques, en particulier pour le financement des entreprises qui quittent le stade de la startup et qui peuvent être classées dans la catégorie PME en croissance», souligne la Bourse de Casablanca à cet effet. Et d’ajouter que «cette faculté n’est pas nécessairement une priorité si on la considère du côté ressources (il est toujours plus rapide de faire appel aux fonds et autres investisseurs institutionnels) mais par contre elle a prouvé être l’un des grands moteurs du développement de la Tech US. En investissant son argent dans des titres technologiques, le grand public a une bien meilleure connaissance du secteur, s’en approprie les enjeux et en partage la richesse». Consciente que son marché leur est parfaitement accessible, la Bourse de Casablanca a multiplié récemment les initiatives envers les PME. Il a été procédé à la mise en place d’un compartiment dédié aux PME appelé marché alternatif.
Ce marché se distingue par des conditions d’accès allégées. Ainsi une seule année d’exercice est nécessaire.

Le financement peut être levé à partir de 5 millions de dirhams. La Bourse a par ailleurs lancé le mois dernier une offre de marché PME. Une initiative conduite avec l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), Maroclear et l’Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB). Le but étant de faciliter l’accès au marché alternatif. Cette offre permet une réduction des coûts et un processus guichet unique accéléré. L’institution a également renforcé ses équipes chargées du conseil et de l’accompagnement des PME, et le design d’une formation adaptée aux entreprises du secteur technologique.
Il a également été procédé à la création de l’Association marocaine des entreprises faisant appel public à l’épargne, et ce en partenariat avec la CGEM et l’appui de l’AMMC. L’association est, en effet, présidée par Mohammed Horani, président-directeur général de HPS, société technologique cotée à la Bourse de Casablanca. Elle a pour vision d’encourager le partage d’expériences fructueux entre les sociétés introduites en Bourse et celles qui l’envisagent.

La place casablancaise, 1ère Fintech marocaine

En tant que première Fintech marocaine, la Bourse de Casablanca se veut en effet un cas d’école en matière d’usage de l’innovation technologique. En témoigne son activité entièrement digitalisée. En effet, l’institution a adopté depuis 1997 le trading électronique. La deuxième phase marquante de cette transformation technologique a été menée en collaboration avec le London Stock Exchange à travers l’implémentation du système MIT en 2016, qui a permis d’améliorer significativement le niveau d’automatisation et d’efficacité opérationnelle, avec un impact positif certain sur l’ensemble de la place marocaine. Aussi, la Bourse de Casablanca est considérée comme étant l’un des principaux producteurs et disséminateurs de data du Royaume. Elle est, également, membre actif et assure la présidence de l’Association des utilisateurs des systèmes d’information (AUSIM), l’un des partenaires fondateurs de la Morocco Tech. La Bourse de Casablanca est aussi très active au niveau du Club Ausmose-Startups porté notamment par le Technopark et qui consiste à faire émerger des startups innovantes dans différents domaines et d’encourager l’innovation en offrant un terrain d’expérimentation afin d’élaborer des produits minimum viables (Minimum Viable Products).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.