La conjoncture vue par les patrons : L heure n est pas à l optimisme

La conjoncture vue par les patrons : L heure n est pas à l optimisme

Les patrons d’entreprises ont toujours le blues. Comme pour ce qu’il en a été au dernier trimestre de l’année écoulée, la majorité d’entre eux sont en proie à un doute, plus ou moins prononcé selon leur secteur d’activité, sur les possibilités de reprise des affaires dans un avenir proche. Une note du Haut-Commissariat au Plan montre que les responsables des entreprises du bâtiment et des travaux publics, en particulier,  jugent que leur activité a connu une baisse au 1er trimestre 2013 par rapport au trimestre précédent. En fait, 55% des patrons ont déclaré un recul de leur activité, 30% sa stabilité et 15% l’ont dite en hausse.

Cette situation contrastée serait due au recul des travaux publics conjugué à celui du bâtiment. En ce qui concerne les secteurs de l’énergie et des mines, la production aurait connu une évolution semblable, qui dans le cas de l’énergie, a été imputée à une régression conjuguée de la production du pétrole raffiné et de l’électricité, et, pour les mines, à une diminution de la production des minéraux non métalliques.

Recul également, mais dans des proportions relativement moins graves, pour le secteur manufacturier au 1er trimestre du fait des contre-performances du textile et de la bonneterie, des boissons et des tabacs, ainsi que d’autres produits des industries alimentaires. A contrario, la chimie et la parachimie, ainsi que la transformation des minéraux de carrière, ont continué de progresser. Mieux, les carnets de commande ont été qualifiés d’un niveau normal selon 73% des chefs d’entreprises dans le secteur de l’énergie, 54% dans le secteur des industries de transformation et 43% dans le secteur du BTP. En revanche, ce niveau a été jugé faible par 89% des chefs d’entreprises dans le secteur des mines, 53% dans le secteur du BTP et 43% dans le secteur des industries de transformation.

La situation en ce qui concerne l’emploi est plus différenciée puisqu’elle a été jugée de stable dans le secteur des mines (la majorité des patrons), relativement stable  dans les industries de transformation (68%) et en baisse dans l’énergie et le BTP. Autre fait marquant au cours de ce 1er trimestre : «la capacité productive des entreprises a été sous-utilisée d’environ 32% dans le secteur du BTP (contre 35% un trimestre auparavant), 24% dans les industries de transformation (contre 22%), 23% dans l’énergie (contre 18%) et 14% dans le secteur des mines (même taux que le trimestre précédent)». Pour ce qui est du 2ème trimestre, les patrons s’attendent à une régression de l’activité du secteur du bâtiment et des travaux publics. Dans le même temps, la production du secteur manufacturier croîtrait globalement.

C’est ainsi que 41% des chefs d’entreprises prévoient une hausse, 40% une stabilité et 19% une baisse. Par ailleurs, une amélioration de la production est attendue par les chefs d’entreprises relevant du secteur des mines. Cette hausse trouverait son origine dans une progression couplée de la production des minerais métalliques à celle des minéraux non métalliques.
En revanche, la production du secteur de l’énergie pourrait connaître une baisse due exclusivement à une diminution de la production de pétrole raffiné.  Elément positif dans ce tableau, les chefs d’entreprises prévoient pour ce trimestre une hausse des emplois dans le secteur des l’énergie (66% des chefs d’entreprises prévoient une hausse), une stabilité dans le secteur des mines (la majorité des patrons) et dans les industries de transformation et une baisse dans le secteur du BTP.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *