Economie

La patate irlandaise à la cote au Maroc

© D.R

Pour ceux qui ne le savaient pas, la gastronomie irlandaise est basée sur les viandes, mais aussi et surtout sur la pomme de terre. Cette dernière accompagne en effet la plupart des repas traditionnels que l’on mange au pays de la fameuse bière brune, Guinness. Il est même à rappeler que la pomme de terre a donné son nom à une importante famine, qui avait touché le pays au dix-neuvième siècle, puisqu’un champignon parasite (le phytophthora) avait infecté ce légume ravageant toutes les récoltes.
Aujourd’hui, tout cela fait partie de l’histoire et la «patate» irlandaise est plutôt devenue un produit de renom à l’échelon international. Un constat qui se vérifie au Maroc où les agriculteurs et les chercheurs en agronomie continuent à apprécier la pomme de terre originaire d’Irlande. Ainsi, selon un article publié sur le «Farming Life Reporter», un site Web irlandais entièrement dédié à l’agriculture, le Maroc aurait maintenu ses importations de semence de pomme de terre en provenance d’Irlande. Une information, de prime abord anodine, mais pas tant que cela. Car, du fait de la mauvaise saison agricole, le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes a revu à la baisse ses importations en matière de grains… à l’exception des semences de pomme de terre irlandaise.
Et le Farming Life Reporter de préciser, qu’une délégation irlandaise a visité le Maroc tout récemment pour rencontrer des chercheurs en agronomie et quelques professionnels. Une délégation constituée de représentants du «Irish Department of Agriculture and Rural Development» (le ministère de l’Agriculture en Irlande du Nord), ainsi que des membres du «Potato Partners N.I», un consortium irlandais de producteurs et exportateurs de pommes de terre.
Conduite par le Dr Paul Watts, chercheur et producteur en pommes de terre, cette délégation s’est rendue à la ville de Salé pour y évaluer une expérience de 58 semailles de pommes de terre irlandaises.
Une expérience concluante qui a démontré la pleine compatibilité de cette semence irlandaise avec le climat chaud du Royaume. Et c’est justement, cette résistance à la chaleur (peut-être même à une vague de sécheresse) qui constitue le principal atout de cette semence. De quoi largement aider à sa promotion auprès des agriculteurs marocains. C’est ce qu’a tenté de faire la délégation irlandaise, qui s’est rendue (le deuxième jour de sa visite) dans les environs de Berrechid. Là-bas, les Irlandais ont carrément procéder à une opération de charme, puisqu’ils ont procédé à une démonstration de plusieurs variétés de la pomme de terre d’Irlande du Nord devant une centaine de cultivateurs locaux. Parmi ces variétés, la Sunset, l’Estellar et la Paramount avaient étés auparavant cultivées au Maroc avec succès et n’ont pas manqué de séduire nos agriculteurs. Dernière étape du périple pour cette délégation irlandaise, la ville d’Agadir  a été l’occasion de constater l’engouement et le succès de la pomme de terre irlandaise. Celle-ci est très appréciée par les agriculteurs de la capitale du Souss, du fait de sa grande qualité et sa valeur nutritionnelle. De quoi s’impatienter pour les prochaines récoltes, attendues vers la fin août et durant le mois de septembre prochain.

Articles similaires

EconomieUne

Transport aérien : Royal Air Maroc et la confrérie Mouride signent une nouvelle convention de partenariat

Royal Air Maroc (RAM) et la Confrérie sénégalaise des Mourides ont signé,...

EconomieUne

Agriculture résiliente et éco-efficiente : Le rendement de nouvelles variétés tolérantes à la sècheresse dévoilé

Cet événement constitue une occasion pour passer en revue le programme de...

EconomieUne

Energies renouvelables et hydrogène vert : Le Maroc et les Pays-Bas établissent un plan d’action commun

Cette coopération bilatérale vise notamment à mettre l’accent sur le renforcement du...

EconomieUne

«Ntla9awfbladna» revient avec de nouvelles ambitions axées sur le balnéaire et la nature

L’Office national marocain du tourisme travaille en ce moment sur la deuxième...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus