970x250

La préparation de la campagne agricole 2022-2023 enclenchée

La préparation de la campagne agricole  2022-2023 enclenchée

Une série de mesures mise en marche au niveau de la production végétale

Une batterie de mesures a été mise en place en prévision de la prochaine campagne agricole 2022-2023. Les grandes lignes de ce dispositif ont été exposées lundi par Mohammed Sadiki, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, lors de son passage à la Chambre des représentants. Les mesures engagées portent en effet sur la production végétale.

Elles sont relatives, notamment, aux facteurs de production. En matière de semences sélectionnées, le ministre assure que le marché national sera approvisionné d’environ 1,2 million de quintaux de semences certifiées. De même, l’Etat poursuivra son soutien pour garantir la pérennité de l’écosystème de semences sélectionnées et protéger le rendement de l’ensemble des intervenants (multiplicateurs, agriculteurs et semenciers). Il sera procédé, également, à la mise en place d’une importante subvention des prix des céréales sélectionnées par l’Etat selon les catégories.

Elle ressort à 210 dirhams pour le quintal du blé tendre, à 290 dirhams pour le quintal du blé dur et à 210 dirhams pour le quintal d’orge. M. Sadiki a également fait état du maintien de la prime de stockage, du renforcement de la politique de proximité à travers l’intensification et l’optimisation du réseau de distribution de l’Office national du conseil agricole et du développement continu du réseau privé dans un cadre contractuel avec des distributeurs privés. Concernant les engrais, un volume de 500.000 tonnes d’engrais phosphatés sera fourni pour assurer l’approvisionnement du marché lors de la prochaine campagne agricole, tout en maintenant les mêmes niveaux de prix par OCP.

«Sonacos poursuivra son intervention au niveau de la distribution des engrais pour rapprocher ces produits aux agriculteurs, suivre l’évolution du marché, activer les acquis et les résultats de l’élaboration des cartes pédologiques liées à la rationalisation de l’utilisation des engrais», relève-t-on du ministre de l’agriculture. Et d’ajouter que «les agriculteurs seront également encouragés à réaliser des analyses subventionnées en laboratoires agricoles, en parallèle avec la poursuite de la mise en place du programme national de semis direct à horizon 2030, à travers la programmation d’une superficie de 90.000 hectares, et du programme d’Assurance multirisque climatique céréales, légumineuses et oléagineux».

Le ministre a par ailleurs souligné qu’un système de commercialisation incitatif a été mis en place en vue d’encourager la collecte de la production nationale des céréales, portant sur la fixation d’un prix de référence de 300 dirhams pour le quintal de blé tendre et l’octroi d’une somme de 30 dirhams par quintal, à titre de prime forfaitaire pour les quantités de la production nationale du blé tendre collectées du 1er juin au 31 juillet 2022. Les mesures incitatives comprennent également l’instauration d’une prime de stockage à hauteur de 2,5 dirhams/le quintal par quinzaine, octroyée aux unités de stockage de la production nationale du blé tendre, collectée du 1er juin au 31 décembre 2022.

Il s’agit également de l’attribution des premiers appels d’offres pour approvisionner les moulins industriels en blé tendre orienté vers la production de la farine subventionnée. Se référant aux indicateurs du ministère de l’agriculture, la superficie récoltée à la date du 1er juillet courant s’est élevée à 1,2 million d’hectares. Par type de céréales, la production prévue est estimée à 17,8 millions de quintaux de blé tendre, 7,53 millions de quintaux de blé dur et 6,63 millions de quintaux d’orge. Concernant les cultures sucrières, le ministre a fait état de prévisions initiales de production de l’ordre de 380.000 tonnes de sucre blanc, soit presque le même niveau que celui de la récolte de la campagne précédente.

Pour les légumes, les agrumes, les oliviers, les roses et les palmiers, les perspectives de production sont «bonnes», dans la mesure où la production de tomates et de pommes de terres devrait atteindre respectivement 1,204 et 1,05 million de tonnes. Par ailleurs, environ 30.000 hectares de légumes d’été ont été programmés pour couvrir les besoins de consommation interne pour la saison d’automne. En matière d’exportations, le ministre a fait état d’une bonne performance des fruits et des légumes frais, précisant que le volume des exportations d’agrumes s’est chiffré à 740.000 tonnes à la date du 1er juillet courant, en hausse de 41% comparativement à la saison agricole précédente. Les exportations en légumes ont également connu une hausse de 21% pour s’établir à plus de 1,654 million de tonnes, dont 40% de tomates (+17%), 18% de pastèques et de melons, 8% d’haricots verts et de poivrons et 7% de fruits rouges.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.