Laâyoune: La valeur des débarquements de poissons atteint plus de 720,5 MDH au 1er semestre

Laâyoune: La valeur des débarquements de poissons atteint plus de 720,5 MDH au 1er semestre

La valeur des débarquements de poissons dans le port de Laâyoune a atteint plus de 720,58 millions de dirhams au cours du premier semestre de 2021, soit une hausse de 4% par rapport à la même période de l’an dernier, selon des données fournies par l’Office national des pêches (ONP).

Cette augmentation a été réalisée, malgré le recul du volume de débarquements des produits maritimes à 80.375 tonnes durant la première moitié de 2021, contre 128.993 T un an auparavant, a expliqué à la MAP le directeur régional de l’Office national des pêches (ONP) à Laâyoune, Khatari Ezaroili.
Il a ajouté que la baisse des débarquements, notamment pour le poisson pélagique, s’explique essentiellement par les mauvaises conditions climatiques enregistrées au cours de cette période.

Par contre, les débarquements des poissons blancs, céphalopodes et crustacés ont connu une nette progression de 21% tonnes au premier semestre de cette année pour se situer à 22.228 T, contre 18.427 T durant la même période de l’an dernier, a noté M. Ezaroili.
D’après lui, la progression de ces débarquements a eu un impact positif sur le chiffre d’affaires de ce type de poisson qui a grimpé de 30% sur un an pour atteindre plus de 506,76 MDH.

Le directeur de l’ONP à Laâyoune a souligné que le secteur de la pêche maritime est considéré comme l’une des principales locomotives de la croissance socio-économique à Laâyoune-Sakia El Hamra, une région qui dispose d’énormes potentialités maritimes, relevant que cette filière est le premier employeur dans la région, à la faveur de la création de milliers de postes d’emploi directs, mais aussi indirects.
Il s’agit du recrutement des marins pour les navires de la pêche artisanale et côtière, en plus d’embaucher des travailleurs pour les unités de valorisation des produits de la mer et d’autres industries connexes qui sont implantées dans la commune d’El Mersa où se trouve le port de Laâyoune, a-t-il poursuivi.
M. Ezaroili a indiqué que cette place de choix qu’occupe désormais le secteur de la pêche maritime dans la dynamique socio-économique est le fruit des efforts consentis par l’Etat en matière de réalisation d’infrastructures d’envergure pour valoriser ces produits maritimes, notamment le développement des ports de Laâyoune, de Boujdour, de Tarfaya, de Dakhla et de Lamhiriz.

Il s’agit aussi de la construction des marchés au poisson de nouvelle génération dotés des équipements et technologies des plus modernes, pour veiller au respect des normes et standards internationaux en la matière en vue de favoriser la compétitivité des produits de la mer de la région, a-t-il fait remarquer, rappelant la création des villages de pêcheurs qui ont contribué à l’amélioration des conditions de vie des marins à la faveur de la promotion de leur revenu.

Ces facteurs font du port de Laâyoune la première plateforme maritime nationale en matière de volume des débarquements du poisson, notamment pour la pêche artisanale et côtière, mais aussi en termes de chiffre d’affaires, a fait observer le directeur régional de l’ONP.
Il a précisé que les produits de la pêche côtière et artisanale, commercialisés en 2020 au port de Laâyoune, représentent 25% du volume des débarquements du poisson au niveau national et 23% de leur valeur.
Cette évolution a eu un impact positif sur les revenus de la commune d’El Mersa, devenue au fil des années un pôle économique incontournable qui draine davantage d’investissements pour la région, a-t-il dit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *