L’activité conteneurs poursuit sa dynamique

L’activité conteneurs poursuit sa dynamique

En croissance de 8,4% à fin septembre 2021

Se chiffrant à 981.427 équivalent vingt pieds (EVP) durant les neuf premiers mois de l’année 2021, l’activité des conteneurs est en croissance de 8,4%. En tonnage, elle est en hausse de 4,9% avec un volume de 9,3 millions de tonnes. Par nature de flux, il s’avère que les exportations grimpent de 5,4% affichant un volume de 401.846 EVP. De même, les conteneurs vides à l’export atteignent un volume de 249.685 EVP (+4,8%), représentant ainsi 62,1% du trafic global des conteneurs à l’export. Dans le même sens, les importations s’élèvent à 407.803 EVP, en hausse de 8,6% par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2020.

Pour ce qui est de l’activité cabotage, celle-ci a connu une progression de 20,1% enregistrant un volume de 171.778 EVP. Par ailleurs, au terme des neuf premiers mois de l’année 2021, le trafic TIR (Transit international routier) est à un volume de 19.957 unités, comptabilisant une forte hausse de 46,4% par rapport à la même période de l’année passée. Il est à préciser que le port de Nador a assuré, à lui seul, 19.879 unités, représentant 99,6% du trafic global TIR. Globalement, l’activité portuaire connaît un recul de 2,8% à fin septembre 2021 par rapport à la même période en 2020. Durant cette même période, le volume global de marchandises ayant transité par les ports de l’Agence nationale des ports (ANP) atteint 68,5 millions de tonnes (MT) contre 70,47 MT à fin septembre 2020 et 65,96 MT à la même date en 2019.

Sur les cinq dernières années, l’activité marque un taux d’évolution de 1,9% en moyenne. Les ports de Mohammedia, Casablanca et Jorf Lasfar concentrent 67,2% de l’activité avec un total de 55 MT à fin septembre 2021. S’élevant à 22,4 MT au cours des neufs premiers mois de l’année 2021, le port de Casablanca constitue à lui seul 33% du trafic. Comparé au troisième trimestre de l’année dernière, ce port est en léger retrait de 2,1%. Selon l’ANP, «cette situation résulte principalement de la forte baisse des importations des céréales (-18,8%), des aliments de bétails (-14,5%) et du phosphate (-2,6%).

Cependant, le trafic des conteneurs et celui du sucre à l’import ont marqué des hausses respectives de +12,9% et +11,9%». Pour sa part, le port de Jorf Lasfar comptabilise un volume de 26,6 MT à fin septembre 2021. Ce port est en première place avec une quote-part de 38,9% du trafic global. Comparativement à la même période de l’année précédente, il a enregistré une baisse de 7,3% due à la baisse des exportations des engrais (-5,7%), des phosphates (-39,9), des importations du charbon (-12,9%), du soufre (-14%) et des céréales (-28,7%). Représentant 10,7% du trafic, les ports de Safi ont atteint un volume de 7,3 MT, en progression de 13,7% par rapport à la même période de l’année dernière. Cette croissance est attribuée notamment à la hausse des exportations du gypse (+31,4%), des engrais (+8,5%), de la barytine (+403%), et des importations du charbon avec un volume de 2,3 MT (+39,5%). Avec une quote-part de 6%, le port d’Agadir a vu transiter 4,1 MT de marchandises à fin septembre 2021. Son activité est en baisse de 10,2% sur cette période par rapport aux neufs premiers mois de l’année passée. Ce résultat est imputable à la diminution des importations des céréales (-35,8%), des aliments de bétails (-15,6%) et des exportations du clinker (-16,5%).

Par ailleurs, le trafic des hydrocarbures est en croissance de 17,4%. Pour sa part, le port de Nador est en hausse de 7,2%, cumulant un volume de 2,7 MT sur les neufs premiers mois de l’année 2021. Cette dynamique est due particulièrement à l’augmentation du trafic TIR à l’import (+219), à la barytine (+77,3%) et à la reprise des exportations du clinker avec un volume de 126.000 tonnes. En revanche, le trafic du charbon et le trafic des céréales enregistrent des baisses respectives de 27,3% et 38,8%. S’agissant du port de Mohammedia, on notera une légère reprise de 0,4% comparé à la même période de 2020. A fin septembre 2021, l’activité de ce port a connu le transit de 3,5 MT de marchandises. «Cette variation est due principalement à la hausse des importations du gasoil de 13,1% totalisant un volume de 1.733.000 tonnes. Les importations du trafic du butane ont connu une baisse de 3%», souligne l’ANP. Le port de Laâyoune affiche de son côté une progression de 12,3% atteignant un volume de 1,5 MT durant les neufs premiers mois de 2021, imputable à la hausse des importations des hydrocarbures (+7%) et des exportations du phosphate (+20,8%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *