L’activité industrielle sur un trend baissier

L’activité industrielle sur un trend baissier

Le ralentissement de la production et des ventes se précise

Les ventes de la branche ont baissé suite au repli de l’industrie de l’habillement et des fourrures au moment où les ventes de l’industrie textile et celles de l’industrie du cuir et de la chaussure ont progressé.

Le moral des industriels en berne. L’activité du secteur s’essouffle. C’est ce que l’on peut déduire des avis recensés par Bank Al- Maghrib dans le cadre de son enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie. Le premier constat relevé est la baisse des indicateurs d’activité. Ce repli se confirme d’un mois à l’autre impactant ainsi le taux d’utilisation des capacités (TUC). Ce dernier a reculé de 2 points de pourcentage revenant à fin novembre à 74%. Il ressort que la production aurait connu un repli dans toutes les branches, impactant ainsi le volume des ventes qui s’est retracté au niveau local contre une stagnation à l’export.

A cet effet, la banque centrale relève dans son enquête que «la production de la branche agroalimentaire aurait reculé et les ventes auraient connu une baisse aussi bien sur le marché local qu’étranger».

Au niveau des industries textile et cuir, Bank Al-Maghrib souligne que la baisse observée aurait concerné l’ensemble des sous-branches hormis l’industrie textile où elle aurait augmenté.

Les ventes de la branche ont baissé suite au repli de l’industrie de l’habillement et des fourrures au moment où les ventes de l’industrie textile et celles de l’industrie du cuir et de la chaussure ont progressé. Pour ce qui est des industries chimiques et parachimiques, le TUC a basculé de 78 à 75% à fin novembre. La baisse des ventes de cette branche est pour sa part liée à la diminution sur le marché local tandis que les expéditions à l’étranger se sont inscrites en amélioration.

Même constat pour les industries mécaniques et métallurgiques dont les ventes se sont retractées sur le marché local alors qu’elles affichent une hausse à l’export.

S’agissant des commandes, elles auraient globalement diminué à fin novembre. Une baisse qui se confirme dans «l’agroalimentaire» et la «chimie et parachimie». En parallèle, une stagnation a été observée au niveau des commandes du «textile et cuir» et de la «mécanique et métallurgie». «Les carnets de commandes se seraient, pour leur part, situés à un niveau inférieur à la normale et ce, dans l’ensemble des branches d’activité», explique Bank Al-Maghrib.

Malgré le contexte difficile, les industriels gardent espoir. Une reprise d’activité est attendue pour les trois mois à venir.

Les entreprises s’attendent en effet à une hausse de la production et des ventes dans toutes les branches d’activité et ce à l’exception de la «chimie et parachimie» où les industriels anticipent une stagnation de la production. Les chefs d’entreprises opérant dans la mécanique et métallurgie s’attendent pour leur part à une stagnation des ventes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *