LafargeHolcim Maroc mise sur l’écologie industrielle

LafargeHolcim Maroc mise sur l’écologie industrielle

L’engagement pour l’environnement est ancré dans l’ADN du cimentier

En 2020, 86% de l’énergie électrique utilisée par les usines du cimentier était d’origine éolienne, l’ambition du groupe est d’atteindre 90% dans les prochaines années. L’entreprise, premier cimentier au monde à construire dès 2005 son propre parc éolien,
faisant de l’usine de Tétouan la première cimenterie à l’échelle mondiale à être alimentée en énergie verte.

«L’engagement pour l’environnement est ancré dans l’ADN de LafargeHolcim Maroc et il est intégré dans toute la chaîne de valeur, de l’exploitation des carrières au transport du produit fini». C’est ainsi que résument les représentants du groupe la responsabilité sociale et environnementale que mène le cimentier. Ils assurent que l’entreprise est plus que jamais mobilisée pour limiter ses impacts environnementaux, à travers une politique environnementale, qui privilégie le recours aux énergies vertes. Pour cette multinationale cela constitue un des principaux leviers de réduction des émissions de CO2.
Pour les besoins en électricité de toutes ses unités industrielles, l’énergie éolienne constitue une part de plus en plus importante dans le mix énergétique. En 2020, 86% de l’énergie électrique utilisée par ses usines était d’origine éolienne, contre 80% en 2019 et 58% en 2017. Et l’ambition du groupe est d’atteindre 90% dans les prochaines années.
A noter que LafargeHolcim Maroc a été le premier cimentier au monde à construire son propre parc éolien. En effet, dès 2005, LafargeHolcim Maroc a investi dans la construction d’un parc éolien d’une capacité totale de 32MW, pour alimenter son usine de Tétouan, devenant ainsi la première cimenterie au monde à être alimentée en énergie verte. En 2011, LafargeHocim Maroc a signé les premiers contrats accords d’achat d’énergie éolienne au Maroc couvrant l’alimentation de ses usines.

«La signature de ces accords s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement durable de LafargeHolcim Maroc et ce dans le cadre de la Stratégie nationale de développement des énergies renouvelables et de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables», précisent dans une note d’information les dirigeants du groupe. Pour eux, l’éolien satisfait à la fois à l’exigence économique de réduire le coût de l’énergie consommée et à celle de performance environnementale. Et ce pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en substituant une énergie propre à une énergie produite par combustion de charbon.

Aujourd’hui, toutes les usines LH Maroc sont alimentées par l’énergie verte et toutes les usines sont certifiées NM ISO 50000. A noter que cette norme a été élaborée pour accompagner les organismes qui s’engagent à réduire leur impact sur le climat, à préserver les ressources et à améliorer leurs résultats grâce à un management efficace de l’énergie.Comme les autres usines, la cimenterie de Settat est certifiée NM ISO 5000. Elle est pour sa part alimentée depuis 2017 dans le cadre d’un accord d’achat d’énergie verte. 86% de l’énergie de cette usine provient de cette énergie.
«En tant qu’industriel, notre principal objectif est d’optimiser nos ratios énergétiques et principalement notre consommation électrique à travers des technologies qui réduisent la consommation électrique», explique M. Bensouda, responsable production.

Dans la nouvelle usine en cours d’aménagement dans le Souss-Massa, – la cimenterie sera opérationnelle en juillet prochain-, la responsabilité sociale et environnementale est aussi au cœur du projet. 15% de l’investissement est consacré à la protection de l’environnement, précise Malika Youssoufine, directrice ressources humaines, RSE et communication du groupe LH. Pour la captation de poussières, 80 filtres sont notamment mis en place dans les installations. Et pas seulement. Plusieurs mesures sont mises en œuvre dans ce sens. Il s’agit de s’inscrire dans la durabilité et le respect de l’écosystème naturel environnant.

A cet effet, l’entreprise prévoit le reboisement de l’arganier défriché. Ce sont 10 arganiers qui seront plantés pour chaque arganier défriché, assurent les représentants du groupe. Dans ce programme de reboisement, il est aussi prévu de transplanter les arganiers défrichés. Selon une source bien informée, l’opération a déjà commencé. Ce sera ainsi une première mondiale du genre et une opération pilote qui sera sûrement dupliquée dans d’autres projets industriels.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *