L’AMMC dresse son bilan 2019 : Le marché des capitaux contribue au financement de l’économie

L’AMMC dresse son bilan 2019 : Le marché des capitaux contribue  au financement de l’économie

A l’heure où son premier plan stratégique arrive à terme, l’Autorité marocaine des marchés des capitaux (AMMC) se penche sur l’élaboration d’un nouveau dispositif quadriennal.

Une feuille de route qui ne pourra éluder le contexte actuel qui est à la fois inédit et incertain et qui implique des défis de régulation majeurs. Cette orientation a été relevée par Nezha Hayat, présidente de l’AMMC, dans son mot introductif du 4ème rapport annuel de l’institution.

«La relance de l’activité économique est une priorité pour laquelle l’AMMC est pleinement déterminée à apporter sa contribution. Nous œuvrerons à déployer de nouvelles solutions de financement via le marché des capitaux, tout en veillant à la protection de l’épargne», peut-on relever de Mme Hayat. Les équipes de l’AMMC s’engagent ainsi à offrir aux opérateurs et infrastructures de marché des alternatives de financement et ce en leur déployant une large panoplie d’instruments proposés par le marché des capitaux.

Le bilan dressé au titre de l’exercice 2019 reflète la conjoncture favorable du marché. D’importantes nouveautés sont venues enrichir cet écosystème. Citons à cet effet l’aboutissement du cadre réglementaire relatif aux OPCI, le lancement effectif du dispositif d’habilitation des professionnels du marché des capitaux, l’entrée en vigueur du nouveau régime de l’appel public à l’épargne et l’opérationnalisation de la nouvelle loi sur la Bourse.

Titre de créances : Les émissions atteignent les 88 milliards de dirhams

La contribution du marché des capitaux au financement de l’économie a maintenu son rythme de progression. Les émissions de titres de créances ont atteint en 2019 les 88 milliards de dirhams marquant une croissance de 31%. De même, les émissions de titres de capital se sont également inscrites en amélioration. Le volume d’émissions a doublé par rapport à l’exercice précédent. L’AMMC note ainsi un volume de plus de 10 milliards de dirhams à fin 2019 contre 5 milliards de dirhams une année plus tôt. Une hausse, qui selon l’AMMC, est tirée principalement par les augmentations de capital réalisées par BCP, BMCE Bank of Africa et CIH pour plus de 9 milliards de dirhams. Le marché boursier a, pour sa part, affiché de bons indicateurs en 2019. La capitalisation boursière s’est consolidée de 7,65%. Le volume transactionnel global a, également, progressé de 43,1%. Un accroissement en lien avec la cession des 8% du capital d’Itissalat Al Maghrib dont 6% sur le marché de blocs au profit d’investisseurs qualifiés de droit marocain et 2% par voie d’offre de vente au public. Ces deux opérations ont porté sur un montant global de 9 milliards de dirhams.

Le résultat net de l’AMMC ressort bénéficiaire

Sur le plan comptable, l’AMMC observe au titre de l’année 2019 une appréciation de son résultat net. Il s’est établi à 27,9 millions de dirhams contre 27,2 millions une année auparavant marquant ainsi une progression de 3%. Les produits d’exploitation ont pour leur part augmenté de 11% atteignant à cet effet les 140,8 millions de dirhams contre 126,7 millions de dirhams une année plus tôt. Cette évolution résulte de la hausse de la commission sur opérations financières et de la taxe parafiscale. Ces dernières ont atteint respectivement 11,1 millions de dirhams (+80%) et 10,6 millions de dirhams (+34%). Par ailleurs, la commission sur actif net d’OPCVM ressort avec une ventilation positive. On relève dans ce sens une hausse de 111,8 millions de dirhams contre 106,2 millions de dirhams en 2018. En parallèle, les produits financiers ont baissé de 7% en 2019 revenant à 4,9 millions de dirhams contre 5,2 millions de dirhams en 2018.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *