970x250

Le 1er Salon international de recyclage et de gestion des déchets « RWM expo » ouvre ses portes à Tanger

Le 1er Salon international de recyclage et de gestion des déchets « RWM expo » ouvre ses portes à Tanger

Les travaux de la première édition du Salon international de recyclage et gestion des déchets « RWM expo » se sont ouverts, mercredi à Tanger, sous le thème « Transition vers une économie propre et compétitive », en présence d’un parterre d’experts, d’universitaires, d’acteurs économiques et d’institutionnels marocains et étrangers.

Cet événement, organisé par la revue « Energie/Mines et carrières Magazine », sous l’égide des ministères de la Transition énergétique et du développement durable, et de l’Industrie et du commerce, en partenariat avec le Centre régional d’investissement de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CRI-TTA), et de la Mairie de Tanger, porte l’ambition de contribuer à l’effort collectif du Royaume du Maroc dans la mise en œuvre du modèle de développement durable dicté par les Orientations stratégiques de SM le Roi Mohammed VI, et les engagements internationaux du Maroc.

Il s’inscrit également dans la nouvelle stratégie du Maroc dans sa transition vers une économie verte et durable, grand chantier du Royaume.

S’exprimant à cette occasion, le directeur de la revue « Energie/Mines et carrières Magazine », 1er magazine spécialisé dans l’énergie, les mines et le développement durable, Mohamed Moudarir, a souligné que cet événement, dont la thématique est stratégique pour le Maroc, l’Afrique et le monde entier, a choisi de mettre le Sénégal à l’honneur, avec la participation d’une délégation ministérielle, notant que cette manifestation est rehaussée également par la participation d’une délégation d’opérateurs du secteur public et privé de la Côte d’Ivoire.

« Le secteur de la gestion des déchets au Maroc a connu une évolution importante, mais il reste encore beaucoup à faire, notamment en matière des décharges anarchiques », a noté M. Moudarir, relevant que plusieurs programmes relatifs à la réhabilitation de l’environnement, à la préservation des ressources naturelles et à la lutte contre la pollution sont en cours de lancement par le ministère de la Transition énergétique et du développement durable.

Il a fait savoir que le volume des investissements alloués au Programme national des déchets ménagers (PNDM) s’est élevé à près de 21 milliards de dirhams (MMDH) à fin 2021, avec une contribution du ministère de 3 MMDH, rappelant que ce programme a pour objectifs d’augmenter le rythme de la collecte professionnelle des déchets, doter tous les centres urbains de décharges contrôlées, réhabiliter les décharges non contrôlées et professionnaliser la gestion de ce secteur, notamment à travers la gestion déléguée.

« La gestion et la revalorisation des déchets industriels est également au cœur des préoccupations du Maroc », a-t-il insisté, faisant observer que le volume des déchets ménagers s’élève à 6 millions de tonnes par an et que le facteur démographique ne facilite pas la tâche.

M. Moudarir a, par ailleurs, relevé que le projet de réforme de la loi 28.00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination, qui vient réglementer la gestion des déchets en couvrant toute la chaine de la collecte jusqu’à l’élimination, en passant par le traitement et la valorisation est une aubaine pour le secteur, soulignant que du chemin reste encore à parcourir et du travail attend les différents acteurs qui interviennent dans les secteurs du recyclage, et de la gestion et la valorisation des déchets.

Il a indiqué que ce Salon se veut une tribune pour ouvrir le débat avec les différents intervenants autour de la problématique des déchets dans ses différentes composantes: déchets plastiques, ménagers, hospitaliers, de chantiers de construction, électroniques et agricoles, entre autres.

Pour sa part, le directeur régional de l’Environnement, Lhoussine Khidour, a mis en avant l’importance de ce événement comme une nouvelle plateforme d’échange entre les différents intervenants dans le secteur des déchets, notant que le thème choisi pour cette édition revêt une grande importance, puisqu’il concerne un secteur porteur de l’économie, favorisant à la fois la création des emplois, à travers l’émergence de nouveaux métiers verts, et le développement des produits sobres en carbone, en faisant appel à des ressources alternatives, et en diminuant aussi la pression sur les ressources naturelles.

« Au Maroc, la structuration du secteur des déchets a commencé depuis 2008 grâce au PNDM, qui est le fruit d’une collaboration étroite avec le ministère de l’Intérieur », a souligné M. Khidour, faisant savoir que ce programme, d’un budget global de 40 MMDH, a permis, grâce aux efforts conjoints des différents acteurs, d’atteindre des résultats importants, notamment l’augmentation du taux de collecte professionnalisée à 90%, contre 44% en 2008, et la progression du taux de mise en décharges contrôlées et Centre d’enfouissement et de valorisation (CEV) pour atteindre 62,63% des déchets ménagers produits, contre 10% avant 2008.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.