Accueil Economie Le 1er système de production d’hydrogène vert finalisé
EconomieSpécialUne

Le 1er système de production d’hydrogène vert finalisé

Inscrit pleinement dans le cadre du projet «Power-to-X µPilot»

L’annonce a été faite mi-septembre 2015. L’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen) finalise avec succès l’installation de son premier système de production d’hydrogène vert à l’échelle micro-pilote. Il s’agit d’une unité d’électrolyse d’une capacité de 20 kW couplée à des panneaux solaires photovoltaïques (PV). Un système qui s’inscrit pleinement dans le cadre du projet «Power-to-X µPilot», initié par l’Institut. Incubé au cœur du Green Energy Park de Benguerir et en collaboration avec l’UM6P, le projet «Power-to-X µPilot» sera doté dans ses prochaines phases de briques technologiques supplémentaires, issues de la chaîne de valeur de la filière de l’hydrogène vert et ses applications, communément appelée filière «Power-To-X». «L’intérêt principal porte sur la production d’ammoniac vert, de méthanol vert, de carburants verts, mais aussi à des aspects comme la mobilité durable et le stockage de l’électricité renouvelable, en utilisant l’hydrogène et les piles à combustibles», indique Iresen à ce propos. Et de préciser qu’«en plus d’être un outil de recherche et d’innovation, ce micro-pilote jouera un rôle clé dans la formation et la montée en compétences du personnel d’Iresen et de l’UM6P et leurs partenaires de l’écosystème de l’hydrogène au Maroc, à savoir les membres de la commission nationale de l’hydrogène et le cluster Green H2 Maroc».

Dans ce sens, des étudiants, des chercheurs jeunes et confirmés, des techniciens, des ingénieurs et des cadres issus du secteur public et privé pourront bénéficier des programmes de formation adaptés à leurs besoins et aux défis techniques et technologiques auxquels sont confrontées leurs structures respectives dans le cadre du déploiement de projets «Power-To-X» au Maroc. Ce rôle pourra également être porté au niveau de la région Moyen-Orient-Afrique (MEA), en proposant cette plate-forme de formation aux pays partenaires, à l’image du programme de la Middle East & Africa Clean Tech Academy (MEA-CTA), organisée récemment par Iresen, le Green Tech Institute-GTI de l’UM6P en partenariat avec le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEAtech), le Centre d’hydrogène d’Oman (OHC), le Centre régional pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (RCREEE) et l’Association arabe des engrais (AFA). Notons que ce projet fait partie de la nouvelle plate-forme technologique dédiée à l’hydrogène et ses applications-Green H2A, et ses projets pilotes, dont le contrat tripartite de sa création a été signé entre le Groupe OCP, l’UM6P et Iresen en novembre 2021, et qui prendra place au sein du site industriel OCP de Jorf Lasfar. Il est à rappeler que le Royaume fait partie des rares pays arabes et africains à s’être doté d’une feuille de route ambitieuse. La déclinaison de la stratégie se fera de manière progressive.

Le but étant d’assurer une exploitation optimale de l’ensemble du potentiel aussi bien pour l’économie nationale que pour l’export. On note dans ce sens 3 grandes phases. La première couvre la période allant de 2020 à 2030. Deux piliers sont envisagés à ce niveau. Le premier porte sur l’utilisation locale comme matière première dans l’industrie. L’accent sera mis sur la production de l’ammoniac vert dans l’industrie des engrais. Le deuxième pilier consiste à exporter les produits issus de l’hydrogène vert vers des pays engagés dans des objectifs ambitieux de décarbonation. Le deuxième cap de l’implémentation de la feuille de route de l’hydrogène vert s’étale sur la décennie 2030-2040.

A ce niveau, d’autres conditions spécifiques favorables permettront de développer des premiers projets économiquement viables, notamment pour l’ammoniac et l’hydrogène vert, aux niveaux national et international. Citons dans ce sens la réduction des coûts des produits de l’hydrogène vert et la mise en place d’une réglementation environnementale. Il en est de même pour les exportations de combustibles liquides synthétiques tels que le kérosène, le diesel, l’essence dans le cas de l’adoption d’une réglementation environnementale encourageante dans les régions importatrices des dérivés de l’hydrogène vert comme l’Europe, ce qui représente des opportunités pour le Maroc afin de développer progressivement cette filière.

C’est le titre de la boite

Le Cluster «Green H2» organise des journées thématiques autour de l’hydrogène vert

Couvrant un volet de la chaîne de valeur de l’économie Power-to-X

Le Cluster marocain de l’hydrogène vert et ses applications «Cluster Green H2» organise un programme d’événements sous forme de journées thématiques, appelées «Green H2 Days». Chacune couvre un volet de la chaîne de valeur de l’économie Power-to-X allant du dessalement de l’eau jusqu’aux applications y compris les technologies de stockage et de transport. Aussi, les journées aborderont la production durable de molécules à haute valeur ajoutée, en l’occurrence l’ammoniac, le méthanol, ainsi que les carburants synthétiques. «Ces journées spécialisées seront organisées sous forme de conférences d’une fréquence bimestrielle avec la participation du Cluster Green H2 et ses membres en plus de divers partenaires aux échelles nationale, continentale et internationale», apprend-on du Cluster. Et d’ajouter que «ce programme divers commencera par une première conférence autour de la production de l’ammoniac vert en collaboration avec le Groupe OCP, Engie et d’autres partenaires et aura lieu le 28 novembre 2022». Un autre atelier est prévu en janvier 2023 en partenariat avec la GIZ. Il portera sur le sujet de l’infrastructure. Le troisième Green H2 Day aura lieu, par ailleurs, en mars 2023 et traitera du sujet du méthanol vert et des développements de l’industrie chimique autour de cette molécule en partenariat avec la Fédération de la chimie et de la parachimie du Maroc ainsi que d’autres acteurs du domaine. Notons qu’une quatrième journée technique aura lieu autour de l’électrolyse en mai 2023 en partenariat avec John Cockerill et d’autres acteurs du secteur du marché. Il est également envisagé de dresser un bilan de cette série de journées de l’hydrogène lors de la troisième édition du Sommet mondial Power-to-X, prévue en juin 2023, à travers un side-event «Hydrogen Days» au cours duquel seront exposées les conclusions et recommandations des différentes journées précédentes.

Articles similaires

Le Festival Mawazine-Rythmes du Monde annonce son come-back en 2024

Après trois années d’interruption dues à la pandémie du Covid 19, le...

Salon Halieutis : Une vitrine pour l’économie bleue

Le Salon a ouvert ses portes mercredi à Agadir Evénement. Après un...

Coopération : La SFI réitère son appui aux réformes déployées par le Maroc

La Société financière internationale (SFI) réitère sa disposition à accompagner les réformes...

Le Maroc a accueilli près de 11 millions de touristes en 2022

Avec un taux de récupération de 84% par rapport à 2019 Retour...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux