Accueil Economie Le besoin de financement du Trésor frôle les 50 MMDH
EconomieUne

Le besoin de financement du Trésor frôle les 50 MMDH

Essentiellement couvert par le recours au marché de la dette extérieure

C’est le titre de la boite
Les prévisions de la loi de Finances affichent des taux d’exécution avancés. On note un dépassement des objectifs fixés au titre de l’année budgétaire 2022. Retour sur les principales tendances mensuelles du ministère de l’économie et des finances.

Le besoin de financement du Trésor ressort à 49,7 milliards de dirhams à fin novembre 2021. Il a été couvert principalement par le recours au marché domestique. C’est ce que l’on peut retenir du dernier document statistique élaboré par le ministère de l’économie et des finances. Il ressort dans ce sens que le besoin de financement du Trésor a été couvert à hauteur de 31,2 milliards de dirhams par le recours au marché de la dette extérieure. Il a également été procédé à la mobilisation de financements extérieurs pour un montant net de 10,1 milliards de dirhams ainsi qu’à l’augmentation des dépôts au Trésor de 7 milliards de dirhams. S’agissant du flux de l’endettement intérieur, le ministère de l’économie et des finances souligne dans son document qu’il recouvre des souscriptions pour un montant de près de 132,1 milliards de dirhams contre 141,9 milliards de dirhams au titre de la même période de l’année passée. A cela s’ajoutent des remboursements en principal pour un montant de 100,9 milliards de dirhams contre près de 100,6 milliards de dirhams une année plus tôt.

Pour ce qui est de l’endettement extérieur, il recouvre des tirages d’environ 19,5 milliards de dirhams alors qu’ils se situaient autour de 15,6 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente. Les amortissements se chiffrent pour leur part de 9,3 milliards de dirhams contre 9,5 milliards de dirhams un an auparavant. Pour ce qui est des comptes spéciaux du Trésor, ils continuent d’afficher un solde excédentaire. Le surplus réalisé au titre des onze premiers mois de l’année ressort à près de 17,1 milliards de dirhams contre 7,5 milliards de dirhams à fin novembre 2021. Se référant au ministère de l’économie et des finances, les ressources des comptes spéciaux du Trésor tiennent compte d’un montant de 6,5 milliards de dirhams. Il correspond en effet au produit de la Contribution sociale de solidarité sur les bénéfices et revenus, affecté au fonds d’appui à la protection sociale et à la cohésion sociale contre près de 3,9 milliards de dirhams observé à la même période de l’année précédente.

Un déficit budgétaire de 48,1 milliards de dirhams
Il est à rappeler que le document statistique du ministère de l’économie et des finances porte sur la situation des charges et ressources du Trésor. Il présente ainsi l’exécution des prévisions de la loi de Finances avec un comparatif avec les réalisation de la même période de l’année précédente. A cet égard, la situation des charges et ressources laisse apparaître au titre des onze premiers mois de l’année un déficit budgétaire de 48,1 milliards de dirhams, en amélioration de 15,2 milliards de dirhams comparé à une année plus tôt (-63,2 milliards de dirhams). Le ministère assure par ailleurs dans sa publication que les recettes ordinaires ont enregistré à fin novembre un taux de réalisation de plus de 102% par rapport aux prévisions de la loi de Finances 2022. Pour ce qui est des dépenses globales, elles affichent un taux d’exécution de l’ordre de 94,6%.

Dans les détails, les recettes ont enregistré, sur une base nette des remboursements, dégrèvement et restitutions fiscaux, une hausse de près de 51,6 milliards de dirhams, soit une progression de l’ordre de 23,7% en glissement annuel. Les tendances relevées dans ce sens confirment la poursuite du comportement favorable des recettes fiscales. Réalisées à hauteur de 101,2%, les recettes fiscales se sont ainsi consolidées de 34,2 milliards de dirhams, ce qui correspond à 17,9%. Une progression qui intervient en dépit de l’augmentation des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux ayant porté sur un total de 16,1 milliards de dirhams. Le ministère observe également l’amélioration des recettes non fiscales. Elles se sont établies à près de 40,6 milliards de dirhams affichant un taux de réalisation de 113% comparé à la loi de Finances.

Par ailleurs, les prévisions de la loi de Finances par rapport aux dépenses ordinaires ont été réalisées à hauteur de 99% marquant ainsi une augmentation de 31,7 milliards de dirhams. Une évolution qui s’explique par la hausse de 20 milliards de dirhams des charges de la compensation et de 10,4 milliards de dirhams des dépenses au titre des biens et services.

Articles similaires

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

Agriculture durable : Les avancées du Maroc en matière de micro-irrigation présentées à Dakhla

Micro-irrigation  » Cette rencontre internationale, scientifique et technique constitue l’occasion pour de...

Tendances futures : Cyberattaques, les prédictions de Kaspersky pour 2023

Menace persistante. » Les cyberattaques restent une menace constante et ne présentent aucun...

Adoption de lois, les parlementaires mettent le turbo

La session parlementaire d’automne sera bientôt clôturée Parlement.» C’est une course contre...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie