Le coup de pouce du Forum «Act4community» aux projets novateurs

Le coup de pouce du Forum «Act4community» aux projets novateurs

Coopératives, auto-entrepreneuriat, initiatives créatrices de valeur…

Ateliers, expositions, networking… plusieurs activités se sont déroulées lors du 1er Forum «Act4community» organisé par le Groupe OCP au sein de l’Université Polytechnique Mohammed VI de Benguérir les 3 et 4 mars 2020. Parallèlement aux ateliers, les jeunes et les porteurs de projets ont investi les locaux de l’université pour dévoiler leur potentiel créatif. Diverses initiatives plus surprenantes les unes que les autres sont présentées. Le temps de l’évènement, l’université s’est donc transformée en un grand espace exposition et une plate-forme entrepreneuriat. Zoom sur quelques produits exposés.

Culture de l’hydroponie pour l’orge : Réduire jusqu’à 60% le coût de production

Identique à un conteneur, une unité de culture hydroponique pour l’orge est exposée à l’entrée du grand espace de l’université. L’hydroponie est une technique permettant de cultiver des végétaux sans sol et dans l’eau. Ainsi, les racines des plantes plongent dans un substrat inerte irrigué par une solution nutritive. C’est la méthode adoptée par l’un des exposants qui a choisi de l’appliquer sur l’orge. Elle permet de réduire jusqu’à 60% le coût de production. L’unité de culture de l’orge hydroponique se veut pratique dans la mesure où elle n’occupe pas beaucoup d’espace.

«Le système d’irrigation est programmé pour tourner toutes les 3 heures et irrigue la plante pendant une minute. Ce qui fait au total dans la journée 4 minutes. Par contre dans la nuit, l’orge n’est pas irriguée. En termes de température, il est soumis à une température qui va de 18 à 24 degrés. Grâce à cette unité tout est contrôlé y compris l’humidité. Au bout de 7 jours la production démarre. Ainsi, 1 kg de graines nous donne l’équivalent de 7 à 10 kg de fourrage.

Une unité de 18 mètres carrées est équivalente à 9 hectares (sur une terre agricole). Elle est alimentée par l’énergie électrique, ce qui peut coûter 150 DH par mois mais celle-ci peut éventuellement être raccordée à des panneaux solaires», explique le représentant de l’entreprise exposante ajoutant que cette unité peut donner entre 300 à 350 kg de fourrage vert par jour. Sa production est suffisante pour nourrir 16 vaches. Par ailleurs, cette unité coûte 200.000 DH.

Act School Youssoufia : «Construire sa vie sur des bases solides»

Dans l’espace exposition on retrouve plusieurs initiatives créées par des jeunes. Parmi ces projets, ceux de «Act School Youssoufia» où les lauréats ont d’abord appris que rien n’est impossible. Dans l’ensemble, l’école a donné naissance à 8 projets réunissant 20 jeunes entrepreneurs. «On a suivi un programme au sein de l’école où on a acquis les principes de base pour mettre en corps notre créativité et les idées innovantes que nous avons. A la fin de l’année, on en est sorti avec des initiatives comme you print qui opère entre autres dans la création de conceptions graphiques et les illustrations et concepts pour la commercialisation de marque, Mzindaret qui est un projet spécialisé dans la commercialisation des tapis traditionnels sur Internet, l’association aich’in qui est une troupe de théâtre, ou encore stud you qui réunit les amateurs de photographies», souligne Reda Oudada, lauréat d’Act School Youssoufia.

Et de poursuivre : «L’idée à laquelle nous croyons, c’est qu’il ne faut pas attendre que l’opportunité se présente. Nous sommes des jeunes qui croient en leur potentiel et nous sommes prêts à faire évoluer nos projets. On a appris beaucoup de choses nous-mêmes au sein de cette école qu’on peut qualifier de grande famille vu la bonne relation qui réunissait le staff et les jeunes.

Cette école nous a permis de faire également du théâtre et d’autres activités qui étaient totalement nouvelles pour nous». Le jeune homme nous explique qu’avant de faire tout projet il faut d’abord apprendre les basiques, chercher à apprendre des langues, apprendre à communiquer correctement «Parce que le monde évolue et il ne suffit pas d’avoir de l’argent pour réussir un projet, c’est tout un tout. Nous avons appris aussi à changer nos mauvaises habitudes. Par exemple : pratiquer de la lecture et s’autoformer au lieu par exemple de perdre son temps à regarder les vidéos de scandales qui circulent sur le Web».

La passion de l’art équestre

Tbourida est un art équestre traditionnel qui fascine dans le monde entier. Associé aux festivités, cet art acquiert ses lettres de noblesse grâce notamment à l’équipement et l’apparat du cavalier et de son cheval. Pour sauvegarder ce patrimoine culturel marocain, la coopérative Al Mahfoudi s’est spécialisée dans la fabrication de tout l’équipement nécessaire aux cavaliers et leurs chevaux : Selle de cheval marocaine, drapeau marocain brodé, babouches traditionnelles de Tbourida, ou encore le fameux fusil à poudre décoré, explique Hiba Bakri, représentante de la coopérative. Sise  dans la province de Khouribga et plus précisément à Oued Zem, cette coopérative qui existe depuis presque un an réunit environ 100 femmes bénéficiaires et son bureau compte 5 femmes.

Produits à base de la bossede chameau

Venant des provinces du Sud et plus précisément de Laâyoune, Aloua Fatmatou, qui représente la coopérative Aloua, indique que cette initiative compte 5 membres dirigeants et 15 adhérentes. Celle-ci est spécialisée dans les produits issus de la bosse du chameau qu’on appelle «Daroua». «Cette partie du corps du chameau stocke une valeur nutritive importante sous forme de graisse et présente ainsi plusieurs vertus», relève Aloua Fatmatou soulignant que la coopérative fabrique des produits divers comme des masques et des crèmes à partir de la bosse de chameau.

«Cette graisse présente des bienfaits pour le corps, notamment pour les personnes qui souffrent de difficultés respiratoires ou de douleurs articulaires. Depuis la création de la coopérative en 2017, notre objectif a toujours été de faire connaître toutes les vertus de ces produits parce qu’il n’y a pas mieux que les produits naturels pour la santé. Ils soignent les maux et renforcent le système immunitaire», précise l’exposante.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *