Economie

Le déficit commercial s’allège au 1er trimestre: L’écart se réduit de 15 MMDH

La résorption du déficit commercial se confirme. Au premier trimestre 2015, cet écart s’est allégé de 15,2 milliards de dirhams, soit 29,7 %. Le solde est donc passé de 50,85 milliards de dirhams à 35,74 milliards de dirhams au cours des trois premiers mois de l’année. Le taux de couverture des importations par les exportations a, ainsi, gagné 10,9 points. Il est donc passé de 49,4 à 60,3%. C’est ce qui ressort des échanges commerciaux au titre du premier trimestre 2015.

Les trois premiers mois de l’année ont connu des importations en baisse de 10,4 %. Elles ont donc perdu 10,5 milliards de dirhams de leur valeur se situant à fin mars autour de 90,08 milliards de dirhams contre 100,56 milliards de dirhams une année auparavant. Les exportations ont connu une nette progression au titre dudit trimestre. Selon les dernières statistiques de l’Office des changes, les exportations se sont consolidées de 4,6 milliards de dirhams, soit une progression de 9,3%. Les exportations ont donc généré au premier trimestre 54,33 milliards de dirhams contre 49,70 milliards de dirhams enregistrés à la même période de l’année passée. «La baisse des importations est imputable pour l’essentiel à la régression des approvisionnements en produits énergétiques et en céréales.

En revanche, l’accroissement des exportations provient de la reprise des ventes de phosphates et dérivés, de la progression des exportations du secteur automobile et de l’industrie alimentaire», explique dans ce sens l’Office des changes. Ainsi, les transactions globales ont atteint à fin mars 144,41 milliards de dirhams.

S’agissant du compte courant, la balance des paiements a affiché au premier trimestre un crédit de 95,56 milliards de dirhams contre un débit de 100,14 milliards de dirhams. Il en résulte un déficit du compte des transactions courantes d’environ 4,6 milliards de dirhams, en amélioration par rapport à son niveau à fin mars 2014 (-19,1 milliards DH). En commentant ce résultat, l’Office des changes l’attribue à l’allégement du déficit des transactions au titre des biens. Ce dernier s’est établi à 32,3 milliards de dirhams contre un besoin de 47,3 milliards de dirhams. L’Office des changes souligne, par ailleurs, que les soldes des autres rubriques du compte courant sont restés relativement stables.

Par ailleurs, la position extérieure globale laisse apparaître une situation débitrice des investissements internationaux. Le déficit est ainsi passé de 611 milliards de dirhams à fin mars 2014 pour atteindre les 633,6 milliards de dirhams au premier trimestre de l’année.
Ceci est tributaire à la hausse de l’encours des engagements financiers. En effet, ils demeurent plus importants que les avoirs financiers. Les engagements à fin mars se sont fixés autour de 924,4 milliards de dirhams au moment où ils frôlaient les 895,8 milliards de dirhams à fin décembre.

Se référant à l’Office des changes, cette hausse (estimée à 28,7 milliards de dirhams) est imputable principalement à l’augmentation du stock des investissements directs ayant évolué de 3,6 % , soit un additionnel de 16,6 milliards de dirhams. Les avoirs financiers, incluant également les avoirs officiels de réserve, ont gagné, au premier trimestre 2015, 6,3 milliards de dirhams pour se situer autour de 290,9 milliards de dirhams contre 284,5 milliards de dirhams à fin décembre.

Marchandises générales: Le besoin en financement dépasse les 32 MMDH à fin mars

La balance des paiements démontre à fin mars 2015 des biens en déficit de 32,14 milliards de dirhams des biens. Ce besoin résulte principalement de l’écart existant entre un débit de 78,24 milliards de dirhams et un crédit de 46,10 milliards de dirhams. Les marchandises générales ont affiché à elles seules un creusement de 32,21 milliards de dirhams. Pour leur part, les exportations nettes du négoce n’ont réalisé aucun débit à fin mars, conservant ainsi leur solde à 23,4 milliards de dirhams. L’or non monétaire a, quant a lui, affiché une capacité de financement de 49,3 résultant d’un débit de 4,7 milliards de dirhams contre un crédit de 54 milliards DH observé à fin mars.

Services : Près de 13 MMDH conservés

Les trois premiers mois de l’année ont connu un bon comportement des services. La balance des paiements laisse montrer une capacité de financement de 12,96 milliards de dirhams à fin mars. Ce montant conservé a été alimenté principalement par les voyages. D’un crédit de 11,40 milliards de dirhams, à peine 2,74 milliards de dirhams ont été débités en termes de voyage.

Le solde positif dégagé est donc de 8,65 milliards de dirhams. Les services de fabrication fournis sur des intrants physiques détenus par des tiers ont gagné 3,10 milliards de leur capacité de financement. Les débits observés dans ce sens ne dépassent pas les 10 millions de dirhams au moment où le crédit est de 3,11 milliards de dirhams. Même constat pour les services de télécommunications, d’informatique et d’information. Sur la base d’un crédit de 3,037 milliards de dirhams, ce service a conservé 2,64 milliards de dirhams de son financement ne débitant que 393 millions de dirhams au cours des trois premiers mois de l’année.

 

Articles similaires

EconomieUne

En hausse de 10 % par rapport à la même période de 2023 : Près d’1 million de touristes au Maroc au mois de janvier

Les arrivées des touristes étrangers se sont consolidées de 11 % comparé...

Economie

Radisson hotel Group : 14 nouveaux hôtels prévus en 2024

Radisson Hotel Group formule des ambitions prometteuses pour l’année 2024.

EconomieUne

Maroc-France : Niveau record pour les échanges commerciaux en 2023

Avec un volume de plus de 14 milliards d’euros

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux