EconomieUne

Le HCP prévoit une croissance de 3,6% en 2024

Le volume de la demande intérieure devrait progresser de 2,8%

Perspectives : Dans son budget économique exploratoire 2024, le Haut-Commissariat au Plan ( HCP) table sur une croissance de 3,3% en 2023 et 3,6% en 2024. L’inflation devrait connaître un ralentissement de près de 2,8% en 2023 et 1,8% en 2024.

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) vient de publier son Budget économique exploratoire 2024, qui présente une révision de la croissance économique en 2023 et les perspectives pour l’année 2024. Selon le HCP, le Produit intérieur brut (PIB) devrait enregistrer une croissance de 3,6% en 2024 au lieu de 3,3% en 2023. Dans son document, le HCP explique que «les perspectives pour l’année prochaine sont établies sur la base des hypothèses portant essentiellement sur un redressement de l’économie mondiale, induisant un regain de croissance de la demande étrangère adressée au Maroc et sur une atténuation des niveaux élevés des prix des matières premières au niveau mondial. Ces prévisions se basent sur un scénario d’une production céréalière moyenne durant la campagne agricole 2023/2024, et tiennent compte également de la reconduction de la politique budgétaire en vigueur durant l’année 2023».

Sur la base de ces hypothèses, le secteur agricole devrait dégager une hausse de 8,3% en 2024 au lieu de 6,7% en 2023. Pour leur part, les activités non agricoles devraient maintenir leur taux de croissance à près de 2,9% en 2024. Le secteur secondaire devrait être marqué par un regain du dynamisme. Ainsi, sa valeur ajoutée devrait afficher un accroissement de 2% en 2024 au lieu de 0,3% en 2023. De son côté, le secteur minier, qui avait affiché une contreperformance de son activité depuis l’année 2022, devrait connaître une hausse de sa valeur ajoutée de 1,6% en 2024 au lieu d’une baisse de 4,2% en 2023. Quant au secteur du BTP, sa valeur ajoutée devrait s’accroître à un rythme plus soutenu que celui enregistré en 2023 et ce compte tenu d’un apaisement des prix des matériaux de construction, de la consolidation de l’investissement public et des mesures relatives au soutien à l’acquisition des logements. Par ailleurs, le HCP estime que les services marchands, tirés par la reprise de la demande intérieure, devraient enregistrer une croissance de 3,1% en 2024, sous l’effet du raffermissement de la performance de l’activité touristique, du commerce et du transport ainsi que de l’amélioration des activités financières. En 2024, le commerce devrait enregistrer une croissance de 1,8% en 2024 au lieu de 1,1% en 2023 grâce à l’accroissement de la demande intérieure, la poursuite de la performance du tissu productif national et la décélération de l’inflation.

Amélioration de la demande en 2024

La demande intérieure devrait afficher une contribution positive à la croissance du PIB en 2024 s’élevant à 3,1 points au lieu d’un point estimé en 2023. Cette hausse est attribuable à l’accroissement de la consommation des ménages qui devrait enregistrer une hausse de 1,6% contribuant de 1 point à la croissance économique. De son côté, la consommation des administrations publiques devrait enregistrer une hausse de 3,8% donnant lieu à une contribution positive de 0,7 point au PIB. Ainsi, la consommation nationale devrait évoluer de 2,2%. La formation brute de capital fixe devrait s’inscrire en hausse de 2,9% contribuant de 0,8 point à la croissance du PIB. Ainsi le volume de l’investissement brut devrait s’accroître d’environ 4,6% générant une contribution positive à la croissance de 1,3 point au lieu d’une contribution négative de 0,2 point en 2023. Tenant compte de ces évolutions, le volume de la demande intérieure devrait progresser de 2,8% au lieu de 0,9% en 2023.

Le déficit budgétaire devrait passer à 5% du PIB en 2024

L’amélioration du rythme de croissance de l’économie nationale en 2024 et la baisse prévue des cours des matières premières devraient contribuer à limiter l’accentuation du déficit budgétaire qui devrait passer de 4,8% en 2023 à 5% du PIB après 5,2% en 2022. Les recettes ordinaires devraient s’inscrire en hausse suite notamment à l’accroissement des recettes fiscales de 4,4%. De leur côté, les dépenses ordinaires devraient marquer un ralentissement de leur rythme de croissance à 4,3% atteignant ainsi 21,2% du PIB au lieu de 21,4% l’année précédente. Pour leur part, les dépenses d’investissement devraient atteindre 6,2% du PIB au lieu de 6,5% du PIB en 2023.

Une croissance de 3,3% en 2023

L’activité économique nationale devrait se redynamiser en 2023, soutenue principalement par les activités primaires et tertiaires. La croissance économique nationale devrait afficher une reprise de 3,3% en 2023 après une forte décélération de 1,3% enregistrée en 2022. L’inflation devrait connaître un ralentissement de près de 2,8% en 2023 et à 1,8% en 2024. Dans les détails, le secteur agricole devrait dégager une hausse de 6,7% en 2023 après une baisse brutale de 12,9% en 2022. De leur côté, les activités non agricoles devraient profiter de la dynamique des activités tertiaires, mais resteraient affectées par le ralentissement de la demande étrangère et par le maintien du niveau élevé des prix des matières premières. La croissance des industries manufacturières devrait connaître une amélioration modeste à 1,1% au lieu de 0,3% en 2022. Le secteur du BTP devrait poursuivre son essoufflement, avec une croissance timide de 0,4% en 2023- après un repli de 3,6% en 2022. Cette situation s’explique par le renchérissement des coûts de construction et du foncier ainsi que le durcissement des conditions de financement. Le secteur secondaire devrait dégager une valeur ajoutée en légère hausse de 0,3% en 2023 contre une baisse de 1,7% enregistrée en 2022. Par ailleurs, les services non marchands devraient continuer d’afficher une croissance soutenue par suite de l’accroissement des dépenses du personnel de l’administration publique. Globalement, le secteur tertiaire devrait s’accroître de 4,2% en 2023 après 5,4% en 2022, contribuant ainsi positivement à la croissance du PIB de 2,3 points.

Articles similaires

ActualitéUne

Séisme d’Al Haouz: La Commission interministérielle planche sur la future agence de pilotage du programme d’urgence

La future agence du pilotage du programme d’urgence pour les zoned touchées...

ActualitéUne

Un Conseil de gouvernement se tiendra ce mercredi

Un Conseil de gouvernement se tiendra mercredi sous la présidence du Chef...

Economie

La BERD engage 30 millions d’euros dans Mediterrania Capital IV

En soutien aux entreprises de taille intermédiaire au Maroc, en Tunisie et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus