EconomieUne

Le Maroc médiateur entre les USA et l’Europe ?

© D.R

Un think tank américain propose de rassurer les partenaires européens sur l’alliance US en Afrique du Nord et de l’Ouest

Géopolitique : Alors que les puissances européennes suivent avec une certaine méfiance le renforcement des partenariats américains dans les régions de l’Afrique du Nord et de l’Ouest, un think tank influent à Washington propose une nouvelle politique US avec le Maroc comme pivot. Eclairages.

Et si les Américains et les Européens se mettaient d’accord grâce au Maroc? L’idée est loin d’être saugrenue. Le Royaume est appelé à jouer un rôle important comme pays pivot dans la région. A Washington, les spécialistes identifient déjà les premières pistes d’un repositionnement géostratégique en Afrique du Nord et de l’Ouest. The Heritage Foundation, think tank influent à Washington, a publié un point de vue intitulé «Réinitialiser la politique américaine en Afrique de l’Ouest», de Amine Ghoulidi, chercheur à l’Institut Shelby Cullom Davis pour la sécurité nationale et la politique étrangère de Heritage. «Pendant trop longtemps, l’engagement américain en Afrique s’est appuyé sur un ensemble restreint de partenaires et un modèle uniforme de coopération en matière de sécurité. Même si cette approche a donné des résultats, comme la neutralisation des dirigeants essentiels d’Al-Shabaab en Somalie grâce à des missions soutenues par les partenaires américains, elle nous a également rendus vulnérables aux chocs, comme le démontre l’épisode du Niger.

La perte de la base aérienne d’Agadez , qui soutenait les efforts américains à travers le Sahel, diminue considérablement les capacités régionales de lutte contre le terrorisme des États-Unis», dit-il. Et de poursuivre: «Pour garantir leurs intérêts à long terme, les États-Unis devraient donner la priorité à l’établissement et au maintien de partenariats avec des partenaires solides et durables partageant des intérêts similaires à ceux basés ailleurs sur le continent. Cela nécessite de travailler avec des pays qui possèdent la capacité, la stabilité et la volonté politique de devenir des alliés influents à long terme, en veillant à ce que la coopération soit adaptée à leurs besoins de sécurité et à leur contexte politique uniques». Les Américains veulent ainsi capitaliser sur le parcours déjà accompli avec le Royaume pour le développement dans la région. «Le Maroc se présente comme une voie particulièrement prometteuse pour des partenariats régionaux élargis avec les États-Unis. L’administration Trump a considérablement renforcé les relations américano-marocaines, reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara. Ces étapes diplomatiques, combinées aux solides capacités militaires du Maroc, à sa coopération antiterroriste éprouvée et à son emplacement stratégique le long de l’Atlantique et de la Méditerranée, en font un pilier des efforts de sécurité américains en Afrique du Nord et de l’Ouest», précise-t-on.

Défense et diplomatie

La même source préconise de rassurer les partenaires européens expliquant qu’une «présence élargie des États-Unis en Afrique du Nord et de l’Ouest devrait être recherchée d’une manière qui complète, plutôt que de nuire, à ces engagements existants. En expliquant que le renforcement de la coopération américaine avec la Mauritanie ou le Maroc peut constituer un pilier de la stabilité régionale renforçant la sécurité collective, les États-Unis pourraient apaiser les inquiétudes potentielles de leurs partenaires espagnols.
La mise en œuvre de ce changement nécessitera un effort concerté de la part du département américain de la défense pour mettre à jour ses plans de posture de force mondiale et du département d’État américain pour intensifier l’engagement diplomatique afin de forger des partenariats nouveaux ou élargis. Le Congrès doit fournir les autorités et les ressources nécessaires pour permettre cette approche adaptative». Et d’ajouter: « Une dépendance excessive à l’égard d’un ensemble statique de partenaires rend les États-Unis vulnérables aux perturbations, tandis que céder l’initiative à des concurrents de grande puissance risque de perpétuer l’instabilité et de saper les intérêts américains à long terme. Le revers au Niger devrait catalyser une «réimagination» de la manière dont les États-Unis poursuivent leurs objectifs dans la région.

En s’engageant dans des partenariats adaptatifs et durables, tels que l’élargissement de la coopération avec des pays stratégiquement situés comme le Maroc et la Mauritanie, les États-Unis garantiront leurs intérêts et promouvront la sécurité régionale». Il faut préciser que le Maroc et les Etats-Unis organisent actuellement des manœuvres militaires programmées dans le cadre de l’exercice combiné maroco-américain «African Lion 2024».
L’exercice qui est organisé par les Forces Armées Royales et les Forces armées américaines sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, Chef Suprême et Chef d’État-Major Général des Forces Armées Royales, vise à renforcer l’interopérabilité opérationnelle technique et procédurale, entre les armées participantes. Considéré comme le plus grand exercice conduit dans le continent, «Africain Lion 2024» constitue un rendez-vous incontournable où se côtoient les cadres militaires pour échanger les procédures et les expériences, notamment en matière de formation et d’entraînement interarmées combiné.

Environ 7.000 éléments des forces armées provenant d’une vingtaine de pays en plus de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) prennent part aux côtés des Forces Armées Royales et des Forces armées américaines, à l’exercice combiné maroco-américain du 20 au 31 mai. Cette vingtième édition témoigne de la pérennité qui caractérise la coopération entre les FAR et les Forces armées américaines à l’image des liens historiques et solides qui lient les deux pays. L’exercice «African Lion 2024», qui se déroule au niveau de Benguérir, Agadir, Tan-Tan, Akka et Tifnit, comporte plusieurs activités dont des exercices tactiques, terrestres, maritimes et aériens, combinés, de jour et de nuit, un exercice des forces spéciales, des opérations aéroportées, ainsi qu’un exercice de planification opérationnelle pour les cadres des Etats-majors de la «Task Force». Cette édition comprend également des entraînements de lutte contre les armes de destruction massive et un ensemble de prestations médico-chirurgicales et sociales fournies au profit de la population de la région d’Akka par un hôpital militaire de campagne.

Articles similaires

SociétéUne

Aïd Al Adha: Grâce Royale au profit de 1484 personnes

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, a bien voulu...

ActualitéUne

SM le Roi, Amir Al Mouminine, accomplira lundi la prière de l’Aïd Al-Adha à la mosquée Hassan II à Tétouan

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, que Dieu L’assiste, accomplira...

ActualitéUne

Opération « Marhaba 2024 »: Arrivée du premier navire au port d’Al Hoceima

Le premier navire transportant environ 220 Marocains résidant à l’étranger (MRE) et...

ActualitéUne

L’ONEE appelle à rationaliser la consommation de l’eau potable

L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) – Branche Eau-...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux