Le Maroc veut réussir le pari des villes nouvelles

Le Maroc veut réussir le pari des villes nouvelles

La ville nouvelle de Chrafate était, pendant trois jours, au centre des débats par des experts internationaux. C’était lors de la conférence finale du programme «New Medina», dont les travaux ont pris fin, mercredi 12 juin, à Tanger. Située à 18 km de la perle du nord et sur une superficie totale de 769 hectares, Chrafate figure parmi les villes méditerranéennes bénéficiant de ce programme, qui a été lancé il y a trois ans et a nécessité 710.000 euros, financés à hauteur de 80% par l’Union européenne. 

Intervenant à l’occasion de la séance de clôture de cette conférence, Mohamed Nabil Benabdellah, ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, a souligné l’importance de ce programme, particulièrement pour le Royaume. L’intervenant poursuit que la Royaume adopte une approche globale et transversale dans le cadre de la réalisation du projet des villes nouvelles au Maroc. Il s’agit d’en faire «de véritables lieux de vie et de production de richesse, plutôt qu’une simple réponse aux besoins en logements», précise M. Benabdellah. Ce responsable appelle à la convergence et à la mobilisation générale des citoyens, des élus et des autorités publiques pour réussir «le concept des villes nouvelles». «Leurs interventions doivent aller dans le même sens», dit-il.

S’étalant sur une période de trois ans, New Medina- qui est mis en œuvre dans le cadre du programme de coopération en matière du développement urbain et du dialogue- rassemble des villes nouvelles en Europe et dans les pays méditerranéens, notamment Marne-la-Vallée (France), New Fayoum (Egypte), Sidi Abdellah (Algérie) et Chrafate, représentée par l’opérateur Al Omrane.

Les travaux de la séance de clôture de cette conférence ont été marqués aussi par la signature d’une convention de coopération par Badre Kanouni, président du directoire du Groupe Al Omrane, et Serge Telle, ambassadeur, délégué interministériel français à la Méditerranée et président de l’Agence française des villes et territoires méditerranéens durables, et ce en matière de création et de gestion des villes nouvelles.

Avec l’achèvement du programme New Medina, «il est question de réfléchir à un nouveau programme New Medina II. Nous avons entre temps conclu cette convention de coopération pour continuer sur cet échange d’expériences et faire bénéficier de l’appui de l’Agence française les villes nouvelles au Maroc, qui sont gérées par le Groupe Al Omrane», affirme M. Kanouni.   

De son côté, M. Telle a fait part que le Groupe Al Omrane et l’Agence française vont essayer, avec le soutien d’autres partenaires, de relever le défi des villes nouvelles pour répondre à la pression démographique et à l’aménagement des territoires. Les deux parties sont engagées à mobiliser leurs efforts et leur savoir-faire en vue d’en faire «des lieux de vie, où les citoyens trouvent de l’emploi, ont accès à l’éducation, voire à la santé. Ces villes nouvelles se structurent autour d’une véritable infrastructure, un réseau de voiries…», souligne M. Telle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *