Le nouveau modèle de développement vu par les agriculteurs : Ce que propose la Comader…

Le nouveau modèle de développement vu par les agriculteurs : Ce que propose la Comader…

Les concertations autour du nouveau modèle de développement se poursuivrent.

Pas plus tard que la semaine dernière, les opérateurs du monde agricole se sont entretenus avec les membres de la commission spéciale pour dévoiler leur vision quant à ce grand chantier national. A cet effet, la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader) a présenté sa contribution à l’élaboration de ce modèle. Les échanges ont été très fructueux. C’est ce que d’ailleurs souligne la confédération dans un communiqué de presse partagé à ce propos.

L’échange avec les membres de la commission spéciale sur le modèle de développement a été une occasion pour la Comader de mettre le point aussi bien sur les acquis que sur les contraintes et attentes du monde rural. A cet effet, des propositions concrètes ont été formulées. L’accent a été mis sur l’amélioration de l’efficience de l’éducation, de la santé et de l’employabilité des jeunes en milieu rural. Le développement agricole a été également au cœur de cette rencontre. Les membres de la Comader ont mis l’accent à cet égard sur la problématique de l’eau et ont dressé des pistes de solutions pour le développement d’une agriculture durable et à haute valeur ajoutée. L’amélioration de la commercialisation des produits agricoles a également été abordée.

La Comader a, dans ce sens, exposé les moyens et actions qui tendent à améliorer la commercialisation de ces produits, de booster leur valorisation ainsi que leur transformation au niveau local. A ce propos, les représentants de la confédération ont par ailleurs souligné le danger que représentent certains accords de libre- échange, notamment l’accord d’Agadir et celui scellé avec la Turquie.

Parmi les thèmes abordés figurent également l’agrégation, la recherche et développement ainsi que le soutien aux produits du terroir et à l’agriculture biologique. Les participants à cette rencontre se sont également attardés sur le volet fiscal. Se référant à la confédération, la fiscalité doit être absolument appréhendée en tenant compte de nombreuses contraintes dont le déficit pluviométrique ou encore l’épizootie. De même, la Comader indique «avoir particulièrement mis en évidence le rôle central que peuvent jouer les coopératives et les groupements agricoles dans l’amélioration de l’encadrement, la productivité et le niveau de vie des agriculteurs».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *