Le Plan Maroc Vert ressort avec un plan satisfaisant : Panorama des principales réalisations agricoles des dix dernières années

Le Plan Maroc Vert ressort avec un plan satisfaisant : Panorama des principales réalisations agricoles des dix dernières années

Le Plan Maroc Vert a rempli ses objectifs dans les délais fixés. De 2008 à 2019 l’agriculture marocaine a franchi un saut quantitatif et qualitatif. Les résultats atteints sont le fruit de la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes et de la bonne synergie public-privé.

Au fil des dix années de son déploiement, la stratégie a opéré une refonte profonde du secteur. On relève dans ce sens une augmentation constante de la production, un renforcement de l’employabilité du secteur et une nette amélioration du revenu agricole. Retour sur les principales réalisations.

Un PIB agricole doublé

Le bilan dressé lors du lancement de la nouvelle stratégie est satisfaisant. On note un doublement du PIB agricole. Ce dernier est passé de 65 milliards de dirhams en 2007 à 125 milliards de dirhams en 2018. Les exportations agricoles se sont en effet nettement consolidées. Elles se sont multipliées par 2,4. Certaines filières ont affiché une belle performance à l’export. Tel est le cas pour les fruits rouges qui ont vu leur rendement sur le marché international se multiplier par 18. Il en est de même pour le rendement de la tomate et l’argane ayant respectivement triplé et quintuplé. Le Plan Maroc Vert a par ailleurs créé une forte émulation entre les investisseurs, notamment ceux relevant du secteur privé. L’agriculture marocaine a généré ces dernières années 63 milliards dirhams d’investissements privés tout au long du déploiement de la stratégie. Les incitations à l’investissement dans le secteur se sont en effet avérées rentables. Selon les estimations de la tutelle, 1 dirham d’incitation a généré 2,3 d’investissement durant la mise en œuvre du Plan Maroc Vert.

Un impact social positif

Outre les impacts macroéconomiques, les impacts sociaux de la stratégie sont positifs. La stratégie a réussi à créer plus de 50 millions de journées de travail. On relève également une hausse de 30% des jours de travail par employé agricole. Ils sont ainsi passés de 108 jours en 2007 à 139 jours à fin 2018, soit 250 à 300.000 équivalent emplois agricoles. Par ailleurs le taux de couverture des principaux produits de base va de 50 à 100%.

En effet, l’autosuffisance en matière de produits agricoles s’est consolidée. Elle va de 60 à 70% pour les céréales, 67% pour le sucre, de 98 à 100% pour les viandes et lait et 100% pour les fruits et légumes.

Une durabilité assurée

Le Plan Maroc Vert a également fait de la durabilité son cheval de bataille. La stratégie a contribué à la refonte du système d’irrigation en optant pour des méthodes écoresponsables. Une démarche ayant favorisé une meilleure résistance, une atténuation des émissions de gaz à effet de serre ainsi qu’une baisse de la dépendance des céréales. Tout au long des dix ans du Plan Maroc Vert, le Maroc a économisé 2 milliards de mètres cubes dans le secteur agricole. De même, la superficie équipée en goutte-à-goutte a plus que triplé. Elle est passée de 160.000 hectares en 2008 à 585.000 hectares en 2019. A ces données s’ajoute la plantation de 450.000 hectares supplémentaires.

La petite et moyenne agriculture renforcée

Le Plan Maroc Vert a accordé une attention particulière à la petite et moyenne agriculture. Une dynamique d’inclusion a été observée tout au long de ce cap profitant ainsi à 2,7 millions d’agriculteurs. L’idée étant de développer une approche orientée vers la lutte contre la pauvreté, en augmentant de manière significative le revenu agricole des exploitants les plus fragiles, notamment dans les zones périphériques. Cette approche porte sur l’amélioration de la productivité et de la valorisation à travers des actions d’encadrement et de développement rural, l’appui à la reconversion vers des secteurs porteurs, le développement d’outils d’agrégation sociale ainsi que la mise en œuvre des innovations institutionnelles qui s’imposent pour affronter les défis de l’eau.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *