Le potentiel des régions à l’export décelé par l’Asmex

Le potentiel des régions  à l’export décelé par l’Asmex

Anticiper le positionnement des secteurs porteurs et identifier les filières prometteuses

En dépit de l’essor des exportations marocaines, porté par les dynamiques sectorielles, le positionnement du Royaume dans le commerce mondial demeure faible.

Le potentiel inexploité est estimé à 15 milliards de dollars. C’est ce que relève l’Association marocaine des exportateurs du Maroc (ASMEX) dans son étude sur l’offre exportable des 12 régions du Maroc élaborée en partenariat avec Mazars et Grant Thornton. L’enjeu étant d’anticiper le positionnement des secteurs porteurs et de filières de niches sur les marchés émergents et/ ou à fort potentiel de croissance insuffisamment adressés par les professionnels marocains. En effet, l’accélération et la pérennité de la dynamique des ventes du Maroc sur le marché national passe par le renforcement du potentiel exportable des régions. L’offre régionale est en effet concentrée dans les grands axes, notamment Casablanca-Settat.

De même, la population d’entreprises exportatrices en croissance reste volatile. Dans l’ensemble, l’offre marocaine est adressée à des marchés qui représentent 35% de la demande mondiale. Aussi, près de la moitié des exportations (46%) sont expédiées vers l’Espagne et la France au moment où d’autres marchés porteurs en Europe sont peu ou pas adressés par le Maroc. Retour sur les principales conclusions tirées par la communauté des .

Un potentiel de 15 milliards de dollars à gagner

Le potentiel des 15 milliards de dollars inexploité sur certains secteurs et régions émane de plusieurs origines. L’Asmex évoque dans ce sens les capacités existantes dormantes, les opportunités offertes par les dynamiques sectorielles, la forte demande mondiale non adressée par les entreprises marocaines et les projets structurants dans les programmes de développement régional. L’Asmex relève, en parallèle, plusieurs potentialités, en l’occurrence la possibilité d’adressage des marchés faiblement exploités, le développement de la production, la compétitivité et la valeur ajoutée des produits ainsi que les incitations spécifiques aux régions.

A cela s’ajoutent l’exploitation des opportunités offertes par les pays des accords de libre-échange, l’accompagnement adapté des entreprises exportatrices et l’élaboration de politiques de promotion par marché ciblant les secteurs à potentiel. Quant à la répartition du potentiel global des exportations marocaines par secteur, elle ressort comme suit : 2,85 milliards de dollars pour la chimie et parachimie, 2,64 milliards de dollars pour le textile, 2,14 milliards de dollars pour l’automobile, 1,8 milliard de dollars pour les produits de la mer, 1,7 milliard de dollars pour l’agriculture, 1,07 milliard de dollars pour l’agroalimentaire et 1,06 milliard de dollars pour l’aéronautique.

On note par ailleurs un potentiel de 888 millions de dollars pour les industries électriques et électroniques, contre 253 millions de dollars pour les industries métalliques et métallurgiques, 150 millions de dollars pour les matériaux de construction, 121 millions de dollars pour le bois et ameublement, 118 millions de dollars pour le cuir, 44 millions de dollars pour la plasturgie et 29 millions de dollars pour l’industrie pharmaceutique.

Répartition du potentiel global des exportations marocaines par secteur

Répartition des exportateurs/exportations par région

Se référant à cette étude de l’Asmex, la forte concentration des exportateurs et des exportations autour de la région de Casablanca-Settat génère un déséquilibre régional au niveau des potentialités d’exportation et un décalage entre les zones de production et la localisation des exportateurs. Selon les données formulées, 75% de la production halieutique est concentrée au niveau du Sud transitant pour l’export par Agadir ou Casablanca. De même, la production agricole est essentiellement exportée depuis Casablanca et ce en dépit qu’elle soit répartie sur l’ensemble du territoire national. L’Asmex relève par ailleurs que les exportateurs marocains sont marqués par leur irrégularité. Seuls 25% sont récurrents au moment où le turnover annuel tourne autour de 50%.

Etude sur l’offre exportable des régions : Quelle finalité ?

A travers cette étude, l’Asmex ambitionne d’élaborer un contrat-cadre avec la tutelle en vue de mettre en place une stratégie de développement des exportations marocaines et de formuler un mode de gouvernance approprié pour la mise en œuvre des mesures et actions à fort impact à court et moyen termes. L’Asmex a identifié dans ce sens 5 facteurs clés pour l’atteinte de l’objectif de l’étude. Citons dans ce sens la fédération de toutes les synergies vers un label «Made in Morocco» fort, la définition d’une vision pour le développement des exportations en consolidant les marchés actuels et en développant les marchés à venir ainsi que la diversification des marchés et secteurs et la création d’une forte valeur ajoutée à l’export. Parmi les facteurs relevés figurent également l’impulsion d’une dynamique régionale et d’un ancrage territorial et l’accélération de la mise en place d’un modèle de compétitivité de l’entreprise marocaine. Quant aux enjeux à prendre en compte pour l’élaboration de la feuille de route, l’Asmex énumère la promotion des facteurs de différenciation, l’internationalisation des entreprises marocaines, la prise en compte du développement de la concurrence africaine et le leadership marocain sur le continent face à la concurrence des pays africains émergents.

Accompagnement des régions exportatrices : Ce que recommande l’Asmex

Pour ce qui est de l’accompagnement des régions pour l’exploitation de leur potentiel à l’export, l’Asmex articule son approche autour de trois axes, à savoir : fédérer, adapter et structurer. Concernant le premier axe, l’Asmex recommande de mettre en place des écosystèmes régionaux orientés vers l’export, d’exploiter des capacités de productions dormantes à travers des incitations ainsi que l’intégration des exportateurs non structurés. L’Asmex plaide par ailleurs pour le développement d’infrastructures orientées export pour les entreprises exportatrices telles que les zones industrielles adaptées ou les ports secs ainsi que le développement de l’offre de produits à forts potentiels à travers le ciblage des couples produits/marchés.

En termes d’adaptation, l’Asmex appelle à valoriser les produits et services régionaux, à exploiter de nouveaux business models plus adaptés aux marchés particulièrement les marchés africains, à accompagner les entreprises en perte de vitesse et à soutenir l’adaptation des processus de production et produits aux normes et réglementations dans les pays ciblés en particulier africains et anglophones. L’adaptation passe par ailleurs par le marketing produit orienté vers les autres pays de la zone de non chalandise. S’agissant de la structuration, l’Asmex recommande l’encouragement au développement des synergies intersectorielles et intra-sectorielles, l’encouragement à l’intégration des chaînes de valeur internationales ainsi que le renforcement des synergies entre les champions nationaux et les PME/Primo exportateurs.

Estimation du potentiel des 12 régions à l’export

· Tanger-Tétouan- Al-Hoceima
Potentiel estimé : 72,4 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Automobile, Textile, Agriculture, Offshoring et Produits de la mer
· Rabat – Salé – Kénitra
Potentiel estimé : 61 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Automobile, Textile, Agriculture, Offshoring, Cuir, Agro-industrie
· Casablanca – Settat
Potentiel estimé : 147 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Chimie-Parachimie, Aéronautique, Automobile, Textile, Agriculture, Offshoring, Électrique, Services, Finance
· Marrakech – Safi
Potentiel estimé : 24,2 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Offshoring, Matériaux de construction, Agro-industrie, IMM, Textile, IEE, Produits de la mer, Tourisme
· Souss – Massa
Potentiel estimé : 33,5 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Agro-industrie, Produits de la mer, Tourisme
· Oriental
Potentiel estimé : 4,2 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Textile, Agro-industrie, Offshoring, Produits de la mer
· Fès – Meknès
Potentiel estimé : 16,7 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Cuir, Electrique, Agro-industrie, Offshoring
· Beni Mellal – Khénifra
Potentiel estimé : 17,3 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Textile, Agro-industrie, électrique métallurgie, matériaux de construction
· Drâa – Tafilalet
Potentiel estimé : 2,3 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Agro-industrie, Electrique, Matériaux de construction
· Guelmim – Oued Noun
Potentiel estimé : 6 millions de dirhams
Secteurs porteurs : Cuir, Produits de la mer
· Laayoune – Sakia El Hamra
Potentiel estimé : 11 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Produits de la mer, Electrique
· Dakhla-Oued Eddahab
Potentiel estimé : 15,7 milliards de dirhams
Secteurs porteurs : Agriculture, Produits de la mer, Electrique

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *