Le poulpe a le vent en poupe

Le poulpe a le vent en poupe

Le poulpe a de la ressource à nouveau, a indiqué un communiqué du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime publié samedi à Rabat. Le document qui annonce que la pêche aux céphalopodes, au titre de la saison «été» 2013, a débuté, hier dimanche 2 juin «sur tout le littoral national», a précisé qu’elle durera 2 mois et 10 jours pour ne prendre fin que le 10 août.

Selon les experts du ministère, cette nouvelle campagne démarre sous de bons auspices par effet conjugué des mesures de sauvegarde de la ressource prises au printemps dernier et des conditions naturelles qui ont prévalu au cours de cette période. Une convergence de facteurs qui a entraîné l’amélioration de la ressource, indique-t-on de source proche du ministère.

Des sources qui précisent que couplé aux conditions bioclimatiques favorables qui ont prévalu durant une bonne partie du printemps dernier, l’arrêt de pêche généralisé observé durant deux mois – du 1er avril au 31 mai 2013-, a grandement contribué à l’amélioration de l’état et à la qualité du stock de poulpe par rapport à ce qu’il en a été durant le printemps 2012.

Du reste, ajoute le communiqué publié samedi, cette embellie a été constatée par l’Institut national de recherche halieutique à la suite de la campagne de prospection -par chalutage- qu’il a effectuée dans les zones de pêche du 13 avril au 3 mai 2013. Selon les experts du ministère, «les résultats de cette prospection ont établi une importante embellie des rendements de poulpe avec une amélioration de la biomasse de 130% par rapport au printemps 2012 avec un taux de reproducteur matures femelles relativement important».

Un état de fait qu’ils affirment être la conséquence de la rationalisation de l’exploitation de la ressource. Ils précisent en effet que cette situation favorable nouvelle est «l’aboutissement du nouveau mode de gouvernance des pêcheries nationales et de l’application des mesures du plan d’aménagement de cette ressource tel que cela a été tracé dans le cadre de la stratégie Halieutis».

Ils rappellent que le but ultime de cette stratégie est d’instaurer des conditions d’exploitation rationnelles et durables, propres à permettre au stock de poulpe d’évoluer de la meilleure manière au gré des conditions bioclimatiques et en s’y adaptant. Ces mêmes experts ajoutent que ces résultats sont le fruit de l’adhésion de tous les intervenants, qu’ils soient publics ou privés, dont la mobilisation durant la période d’arrêt de pêche généralisé a garanti le respect de la réglementation des pêches.

Ils estiment également que cette embellie et ce redressement du stock poulpier sont la conséquence directe des mesures de contrôle, de suivi et de traçabilité opéré notamment par système de suivi par satellite (VMS) «qui a été généralisé par les pouvoirs publics à toute la flotte côtière, permettant ainsi d’éviter les interactions entre le pot et le chalut, d’une part, et de lutter contre les formes de pêche illégales dans les zones interdites, d’autre part».

Selon eux, cette amélioration du stock a permis de porter le volume total des captures autorisées (TAC) à 10.900 tonnes dans la zone aménagée pour la saison «été» 2013. Ce faisant, ces TAC auraient accusé une augmentation de 50% par rapport à la même saison 2012.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *