Accueil Actualité Les 22 recommandations des Centraliens-Supélec
ActualitéEconomie

Les 22 recommandations des Centraliens-Supélec

Mobilité urbaine, réchauffement climatique, transformation numérique, changement des modes de vie et du travail… les villes d’aujourd’hui sont appelées à répondre à des enjeux majeurs.

Pour éclairer les décideurs publics et repenser la planification urbaine, l’Association des Centraliens-Supélec a organisé les 13 et 14 novembre 2022 à Casablanca la 7ème édition de son forum sous le thème «Quelle planification urbaine pour une ville durable ?». «Notre objectif principal est celui d’être une force de proposition», affirme Said El Baghdadi, président de l’Association des Centraliens-Supélec du Maroc, lors de la séance plénière qui s’est déroulée le 14 novembre. Au cours de son intervention, il a mis l’accent sur l’intérêt que porte la communauté des centraliens-Supélec au débat public et à la politique citant ainsi que les différentes activités et les évènements tenus par l’association. «L’évènement majeur organisé par notre association est le Forum Centraliens et Supélec qui a été créé en 2007 sous la présidence de Said El Ibrahimi», rappelle-t-il soulignant que l’édition de 2020 n’a pas pu être organisée en raison de la période pandémique mais l’association a travaillé activement sur le modèle de développement. Pour ce qui est des sujets traités lors du Forum, Said El Baghdadi a assuré que le choix repose essentiellement sur des thématiques de débat national qui intéressent l’ensemble de la population marocaine. Dans cette optique, le regard d’experts et d’ingénieurs permet de mieux appréhender les différentes problématiques posées. Ainsi, quatre axes clés ressortent des ateliers organisés permettant d’aboutir à 22 recommandations pour appuyer la planification urbaine durable au Maroc. Ils englobent la stratégie de développement de la ville de demain, le processus et gestion de l’urbanisme, la gouvernance et le cadre juridique, et l’écoute et la mobilisation de la société civile. A cela s’ajoutent trois leviers transverses qui touchent au financement, aux compétences et à la data. En ce qui concerne la stratégie de développement de la ville de demain, les experts recommandent de promouvoir une nouvelle approche de planification urbaine incluant les incidences du changement climatique, la rareté des ressources (eau, terrain agricole, foncier), les enjeux de la nouvelle mobilité (électrique, autonome, partagée, connectée), la levée du tabou de hauteur et une démarche centrée sur le citoyen permettant l’inclusion et la mixité socio-économique. Dans cette stratégie de développement de la ville de demain, il est également appelé à appuyer le développement des villes intermédiaires en les dotant des équipements et services afin de les rendre plus attractives. Les experts suggèrent aussi de réinjecter les atouts de conception des médinas et s’inspirer des expériences marocaines et internationales réussies en matière de villes durables. Du côté de la gestion, les experts incitent à encourager et systématiser des revues périodiques des documents de l’urbanisme en tenant compte des remontées du terrain fiables et actualisées, à refocaliser les efforts des agences urbaines sur la prospective et les projets structurants et sécuriser la réalisation des infrastructures communes (telles que la santé, l’éducation, les espaces verts ou encore la culture) par le biais de mécanismes réussis (SDL, PPP et notamment les GIE). S’agissant de la gouvernance et du cadre juridique, les participants aux travaux des ateliers appellent à la création d’une instance nationale en charge d’identifier les orientations stratégiques, de mettre en place les normes et les réglementations et d’évaluer les documents d’urbanisme. Il en ressort également la nécessité de soutenir la subsidiarité et la déconcentration des instances régionales de la planification urbaine de revoir le cadre juridique pour une planification souple et dynamique des territoires, et de faciliter la collaboration des parties prenantes nationales et territoriales par le digital ainsi que de renforcer leur coordination par la mise en place de passerelles entre les documents de planification territoriale. Sur le volet de l’écoute et de la mobilisation de la société civile, il est important pour les experts de mettre en place un conseil (composé entre autres de scientifiques, sociologues, urbanistes, anthropologues) auprès des communes et des régions pour appuyer le développement territorial durable, de sensibiliser les citoyens (à travers les médias et les réseaux sociaux) et d’impliquer la société civile par le relais d’unités de quartier. Pour l’aspect financier, les experts présents recommandent la promotion du partenariat public-privé pour un outil de financement pour accélérer la réalisation des infrastructures publiques. Ils suggèrent aussi d’innover dans la gestion du foncier partagé à travers un mécanisme de titrisation innovant, d’appuyer le financement des nouveaux projets urbains avec des mécanismes de finance durable et la taxation ou l’octroi d’aides selon le degré de durabilité des projets urbains ainsi que d’implémenter une taxe carbone avec une taxation ou rémunération des institutions selon leur stratégie RSE et notamment les impacts environnementaux.

L’ensemble de ces objectifs ne pourra se réaliser qu’avec des ressources humaines compétentes. Les experts recommandent donc de renforcer les compétences des élus et de l’administration territoriale en matière de planification urbaine et de développement durable ainsi que la promotion de la formation initiale et continue dans les métiers de la planification urbaine durable.

A cela s’ajoute la data qui interviendrait pour développer une intelligence territoriale effective à travers la mise en place de dispositifs d’observation et de collecte de données de terrain.

Il s’agit aussi de renforcer l’implémentation des objectifs de développement durable des territoires par l’élaboration d’indicateurs urbains durables annuels aux niveaux national et territorial.

C’est le titre de la boite
Souligné par Said Ahmidouch, wali de la région de Casa-Settat

 

L’approche multidimensionnelle, un levier à activer

S’exprimant lors de ce forum, Said Ahmidouch, wali de la région de Casablanca-Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, a abordé des points substantiels dans la planification urbaine. «Les politiques adoptées dans le passé s’appuyaient toujours sur une approche unidimensionnelle. Quand on parlait d’habitat on se contentait de traiter la seule question de l’habitat sans tenir compte des autres volets. Ces politiques unidimensionnelles atteignent leurs limites», indique Said Ahmidouch affirmant que l’habitat doit être accompagné de lieux de loisirs, de culture, d’écoles, transports ou encore d’espaces verts. Pour lui la planification urbaine doit être élaborée à partir d’une approche multidimensionnelle. Au niveau des intervenants dans ce processus, il explique : «En plus de l’administration, les collectivités territoriales ainsi que les élus ont un rôle important à jouer». Par ailleurs, le wali a mis en exergue la problématique du foncier dans la ville de Casablanca. «Le foncier est devenu une composante de plus en plus rare aussi bien pour l’habitat que pour les activités industrielles. Plusieurs projets industriels et économiques ont été confrontés à cette problématique». M. Ahmidouch a également rappelé que d’ici la fin de l’année, deux projets importants sont dans le programme des collectivités territoriales. Ils concernent le Programme de développement régional (PDR) et le Plan d’action de la commune (PAC) assurant que les recommandations émises lors de ce forum seront attentivement étudiées.

Articles similaires

Tout savoir sur la 14ème édition du Prix Hassan II pour l’environnement

Les candidatures ouvertes jusqu’au 31 mars Durabilité » Le ministère de la transition...

Opération structurelle d’achat de bons du Trésor : Une demande globale de 228 MDH totalement satisfaite

L’opération structurelle d’achat de bons du Trésor (BdT) sur le marché secondaire,...

Une nouvelle nomination à la Lydec

Salma El Majaty a été nommée directrice du développement de la performance,...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

La Team