Les actions de Lydec pour l’environnement

Les actions de Lydec pour l’environnement

Optimisation d’énergie, projets innovants, sensibilisation…

La contribution de Lydec en faveur de l’environnement ne date pas d’aujourd’hui. En effet, l’entreprise positionne les enjeux environnementaux au cœur de sa stratégie depuis le démarrage de ses activités en 1997. D’ailleurs, la Feuille de route développement durable 2030 (FRDD 2030) de l’entreprise est adossée à des référentiels nationaux et internationaux (ODD, SNDD) et tient compte des objectifs des visions territoriales.

Performances
La performance environnementale est au centre de la stratégie de Lydec. Cela se traduit par la mise en place d’un système de management environnemental (SME) et par la certification ISO 14001, à date, de ses stations de prétraitement des eaux usées El Hank et Eaucéan, sa station d’épuration des eaux usées (Step) de Médiouna, et ses postes sources électriques de Dar Bouazza, Sidi Othmane et Abbé de l’Epée. En 2019, Lydec est également «devenue la première entreprise au niveau national à être certifiée selon la norme ISO 50001 version 2018 pour son Système de management de l’énergie (SMEn) et la performance énergétique de son activité éclairage public», indique l’entreprise ajoutant par ailleurs qu’elle conforte son engagement vers l’efficacité énergétique en déployant progressivement l’une des orientations du Schéma directeur d’aménagement lumière (SDAL) de Casablanca, à savoir la généralisation de la technologie LED. Notons que l’extension du périmètre du SMEn de Lydec est en cours (2020-2021) pour intégrer l’ensemble des sites et ouvrages de Lydec conformément aux exigences de la norme ISO 50001 version 2018.

Efficience énergétique et traitement des eaux usées
Dans sa stratégie, Lydec travaille sur l’amélioration continue de sa performance énergétique. Elle favorise l’achat et la conception de produits et services économes en énergie. Mieux encore, le délégataire casablancais lutte au quotidien contre les pertes d’énergie et les fuites d’eau potable sur ses réseaux de distribution par leur renouvellement, leur maintenance, leur renforcement et l’amélioration de leur performance, en particulier à travers la mobilisation des équipes terrain et la mise en place de systèmes intelligents de suivi des données, de recherche de fuites. «S’il est essentiel de minimiser la perte de l’eau potable, il est également crucial de pouvoir traiter les eaux usées afin d’éviter le rejet de polluants dans l’environnement naturel. Lydec mobilise ainsi ses collaborateurs pour s’assurer que ses sites soient à même de traiter les eaux efficacement tout en évitant de déverser des rejets et déchets dans l’environnement», argumente l’entreprise expliquant que cela vaut pour les Step de Médiouna et Nouaceur, et les stations de prétraitement El Hank et Eaucéan.

Développement de solutions innovantes
Les équipes de Lydec ont mis en place des solutions innovantes à l’exemple de la micro-station d’épuration qui permet de traiter les eaux usées dans les zones dépourvues d’infrastructures d’assainissement grâce à un procédé à «boue activée», et dont les eaux traitées sont réutilisées pour l’arrosage des espaces verts. On compte également dans cette même veine la mise en place du «grappin hydraulique». Il s’agit d’un appareil hydromécanique qui permet d’extraire les déchets du fond des bâches au niveau des stations d’assainissement (curage) sans les arrêter, évitant ainsi le rejet des eaux usées en milieu naturel.

Lutte contre les inondations
En matière de lutte contre les inondations, l’entreprise a poursuivi son plan d’actions en 2020 via l’installation de cellules étanches dans 25 postes de distribution publique et dans les nouveaux postes grands clients, afin de maîtriser le risque de coupure en cas de fortes pluies. «Concernant la qualité de ses chantiers, Lydec se fixe un niveau élevé d’exigence afin d’en limiter l’impact environnemental. L’entreprise met notamment en place des formations pour ses agents de terrain afin de diminuer le risque d’accidents pouvant engendrer un impact sur l’environnement. Une charte «chantier vert» visant à promouvoir les bonnes pratiques est également actualisée chaque année, et les chantiers sont régulièrement inspectés pour vérifier que les bonnes pratiques sont bien respectées», souligne la même source.

Sensibilisation au développement durable

La Fondation Lydec a élaboré depuis 2015 plusieurs initiatives en faveur de l’environnement et du développement durable. En partenariat avec l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la terre (AESVT), les projets 3 E et 4 E du Grand Casablanca sur «l’Education à l’environnement, par l’environnement, pour l’environnement» ont été développés pour promouvoir des programmes d’éducation au développement durable et d’écocitoyenneté active au quotidien sur le territoire. Cela englobe des actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement au niveau des deux Centres d’éducation à l’environnement (CEE) de Casablanca et Mohammedia et des établissements scolaires du Grand Casablanca. Plus de 67.000 jeunes ont déjà été sensibilisés au niveau des deux CEE. En partenariat avec l’Association recherche-action pour le développement durable (ARADD), la Fondation Lydec a aménagé un espace expérimental d’agriculture urbaine de 1.600 m² regroupant plus de 80 espèces végétales irriguées par les eaux usées épurées de la Step de Médiouna. «L’espace propose 7 zones de cultures, une pépinière, une zone de biodiversité et un espace de compostage. L’espace constitue un lieu de sensibilisation en faveur de la protection de l’environnement, du développement de l’économie circulaire et de l’adaptation aux effets du changement climatique (ex. stress hydrique), auprès de nombreuses parties prenantes : étudiants, riverains, associations, etc. Depuis son ouverture, il a accueilli près de 2.300 visiteurs», relève la Fondation.

Protection de l’étang El Oulfa

Parmi les actions menées par Lydec, on compte un programme d’intervention renforcé mis en place en 2020 pour l’entretien et la préservation de l’étang El Oulfa. Situé dans le quartier Al Firdaous à Casablanca, le site de l’ex-carrière «Schneider» est l’un des rares lacs urbains du Royaume. Il s’étale sur une superficie globale de 9 hectares. «Cet espace recèle en effet une riche faune et flore, en particulier une biodiversité avifaune : une vingtaine d’espèces d’oiseaux migrateurs et sédentaires y vit, dont le Fuligule Nyroca. Il est alimenté en eau par la nappe phréatique et les eaux pluviales».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *