Les crédits bancaires ralentissent à fin 2020

Les crédits bancaires  ralentissent à fin 2020

Leur rythme de progression est passé de 5,2% en septembre à 4,5% en décembre

Les crédits bancaires affichent un ralentissement à fin décembre 2020. Leur rythme de progression est revenu à 4,5% contre 5,2% auparavant. Ce ralentissement est accompagné par une augmentation des prêts alloués au secteur non financier de 3,9% après 4,7%. C’est ce qu’on relève des dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib. «Cette dernière évolution traduit la décélération de la croissance des prêts aux sociétés non financières privées de 5,9% à 4,7%, la baisse des concours aux sociétés non financières publiques de 0,5% après une hausse de 4,4% en novembre et l’accélération de la progression des crédits aux ménages de 2,7% à 3,4% en décembre», commente Bank Al-Maghrib dans ce sens.

L’encours global des crédits alloués à fin 2020 ressort à 958,14 milliards de dirhams. La ventilation par objet économique des crédits alloués au secteur non financier fait ressortir une accélération de la progression des crédits à l’immobilier passant de 2,1% à 2,5%. Leur encours a atteint les 283,69 milliards de dirhams. Les crédits à l’habitat ont ainsi atteint les 222,27 milliards de dirhams dont 11,32 milliards de dirhams de financement participatif. Les crédits alloués aux promoteurs immobiliers ressortent à 58,28 milliards de dirhams, en baisse de 1,8%.

Le repli a également été constaté au niveau des prêts à l’équipement. Ils ont en effet accusé une baisse de 3% après une hausse de 0,3% en novembre 2020. Leur encours a ainsi atteint les 178,53 milliards de dirhams à fin décembre. Par ailleurs, la banque centrale relève une accentuation de la baisse des crédits à la consommation de 3,3% à 4,2%, soit un encours de 54,22 milliards de dirhams.

La croissance des facilités de trésorerie s’est inscrite en quasi-stagnation, soit à 10,2%. S’agissant des créances en souffrance, leur rythme de progression annuelle a décéléré de 14,7% à 14,4% en décembre. Dans ces conditions, le taux des créances en souffrance s’est établi à 8,4% contre 8,5% le mois dernier. Par ailleurs l’évolution trimestrielle du rythme de progression du crédit bancaire reflète un repli de 13,3% après celui de 3% en septembre 2020 des crédits alloués aux entreprises relevant de la branche «Electricité, gaz et eau» et une décélération de la croissance des crédits aux entreprises des branches «Commerce, réparations automobiles et articles domestiques» (de 2,7% à 2,4%), «Bâtiment et travaux publics» (de 2,1% à 1%) et «Transports et communications» (de 2,8% à 0,7%).

En revanche, les prêts alloués aux entreprises opérant dans les «Industries manufacturières» ont progressé de 6,6% au lieu de 0,8% en septembre 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *