Les investissements directs étrangers redécollent

Les investissements directs étrangers redécollent

Une tendance positive est observée depuis le mois d’avril 2021

Net rebond des investissements directs étrangers au Maroc. Les IDE ont affiché une dynamique soutenue au titre des dix premiers mois de l’année. En témoignent les derniers chiffres dévoilés par l’Office des changes. En effet, ces investissements affichent un redressement de l’ordre de 14,8% gagnant sur une année près de 2 milliards de dirhams. Leur flux s’est ainsi établi à 15,47 milliards de dirhams contre 13,47 milliards de dirhams une année auparavant. Expliquant cette évolution, l’Office des changes relève la hausse des recettes IDE. Ces dernières se sont en effet établies à 24,88 milliards de dirhams à fin octobre contre 22,10 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente marquant ainsi une évolution de 12,6% d’une année à l’autre.

En valeur, cette progression se traduit par un additionnel de 2,78 milliards de dirhams. Il est à préciser que les recettes IDE ont affiché au titre des dix premiers mois de l’année une évolution plus importante que celles des dépenses. Ces dernières ne se sont consolidées que de 784 millions de dirhams passant en une année de 8,63 milliards de dirhams à 9,41 milliards de dirhams, soit une progression de 9,1%. Il est à noter que les investissements directs étrangers ont encaissé un coup dur tout au long de 2020, compte tenu du contexte pandémique qui a marqué cet exercice.
Une baisse a deux chiffres s’est profilée durant les derniers mois. Une situation qui a perduré jusqu’à fin mars 2021. Ce n’est en effet qu’au mois d’avril que les IDE ont redécollé marquant ainsi une progression de 12% en glissement annuel. Au premier semestre de l’année, les investissements directs étrangers au Maroc se sont établis à 9,6 milliards de dirhams, en progression de 5,4%. La répartition de ce flux par pays fait ressortir la France en tête des pays investisseurs.
L’Hexagone préserve ainsi sa position en tête des pays de provenance des IDE avec un additionnel de 3,8 milliards de dirhams à fin juin 2021. Les IDE en provenance des Emirats arabes unis arrivent en deuxième position. Un flux additionnel de 1,45 milliard de dirhams a été relevé au titre des six premiers mois de l’année contre 945 millions de dirhams enregistrés en 2020. La troisième position revient au Luxembourg avec un flux des IDE de l’ordre de 877 millions de dirhams au premier semestre de l’année, en légère amélioration par rapport à 2020 (826 millions de dirhams). Les IDE des Pays-Bas au Maroc sont pour leur part passés d’un solde négatif de 214 millions de dirhams à un flux de l’ordre de 494 millions de dirhams. Arrivant à la cinquième position dans le classement des pays de provenance, l’Espagne a vu le flux de ses IDE à destination du Maroc en baisse comparé au niveau atteint en 2020. Un additionnel de 480 millions de dirhams a été recensé à fin juin contre 1,42 milliard de dirhams en 2020.

Même constat pour l’Irlande, la Grande-Bretagne dont les IDE réalisés au Maroc au titre des six premiers mois de l’année se sont chiffrés respectivement à 405 millions de dirhams, et 369 millions de dirhams. Le flux des investissements en provenance des États-Unis s’est également chiffré à 369 millions de dirhams contre 439 millions de dirhams en 2020. En analysant le flux net par secteur, il ressort que les industries manufacturières ont contribué à hauteur de 3,23 milliards de dirhams aux IDE du premier semestre 2021. Ce flux reste inférieur à celui réalisé en 2020, soit 5,44 milliards de dirhams.
Les activités immobilières arrivent en deuxième position avec un flux net de 2,6 milliards de dirhams à fin juin 2021, suivi des activités financières et d’assurance. Ces dernières ont vu leur flux atteindre les 1,18 milliard de dirhams à fin juin contre 2,50 milliards de dirhams une année auparavant. Pour ce qui est des IDE injectés en agriculture, sylviculture et pêche, on relève un flux net de l’ordre de 736 millions de dirhams. Celui de l’électricité, gaz, vapeur et air conditionné est passé d’un solde négatif de 672 en 2020 à un flux net de 202 millions de dirhams. Le flux des IDE dans le domaine de la construction s’est élevé à 204 millions de dirhams au premier semestre contre 376 millions de dirhams en 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *