Les nouveaux engagements de Bank Al-Maghrib

Les nouveaux engagements de Bank Al-Maghrib

Baisse du taux directeur, libéralisation du compte des réserves, usage des coussins de liquidité

Un arsenal de mesures a été mis en place par Bank Al-Maghrib depuis le déclenchement de la crise sanitaire. Une période ayant coïncidé avec la tenue des deux premières réunions trimestrielles de la banque centrale durant lesquelles des mesures avantageuses ont été adoptées. La mesure phare reste la révision à la baisse du taux directeur de la banque qui se situait depuis des années autour de 2,25%. Ce taux a en effet été réduit à deux reprises et ce en l’espace de trois mois seulement. Pas plus tard que la semaine dernière, le Conseil de Bank Al-Maghrib a décidé l’application d’un taux directeur de 1,5%, soit une réduction de 50 points de base contre une baisse de 25 points en mars dernier. Une décision qui intervient en guise de soutien à la relance pour laquelle la banque centrale a tracé un scénario en V. Cette hypothèse suppose une reprise rapide de l’activité économique après contraction.

Un redémarrage qui nécessite une forte adhésion des banques ainsi que la mise en place de mesures favorisant une reprise réelle de l’économie marocaine. Parmi les mesures fraîchement dictées par la banque centrale, on cite également la libéralisation intégrale du compte de réserve. Il passe ainsi de 2% à 0%, soit une injection de 10 milliards de dirhams au profit des banques de la place. Il a été par ailleurs décidé de mettre en place des mesures spécifiques pour refinancer les concours bancaires aux banques participatives et associations de micro-crédit. La banque annonce en outre son accord aux banques pour utiliser au cours du deuxième trimestre de l’année, en cas de nécessité, les coussins de liquidité constitués sous forme d’actifs liquides de haute qualité en deçà du ratio minimum du LCR (Liquidity Coverage Ratio), fixé à 100%. La banque centrale réitère dans ce sens son engagement à veiller à la transmission de ses décisions à l’économie réelle et à favoriser davantage, dans le cadre de ses opérations de refinancement, les banques qui déploient le plus d’efforts dans ce sens. Notons que la banque centrale a activé depuis le début de la crise l’ensemble des instruments de refinancement disponibles en dirhams et en devises.

Elle a également élargi le programme de financement de la TPME aux crédits de trésorerie en plus des crédits d’équipement. Pour donner plus de visibilité aux banques, cette décision a été accompagnée par une augmentation de la fréquence et un allongement de la maturité des opérations. Bank Al-Maghrib a, entre autres, octroyé des refinancements en devises, garantis par un collatéral éligible en devises et en dirhams.
Sur le plan prudentiel, Bank Al-Maghrib a décidé de surseoir au titre de l’arrêté de juin 2020 au provisionnement des crédits qui feront l’objet d’un moratoire par les banques. La banque centrale décide également du relâchement sur une période de 12 mois du coussin de fonds propres de conservation à hauteur de 50 points de base ramenant les seuils réglementaires à 8,5% pour le ratio de fonds propres de catégorie 1 à 11,5% pour le ratio de fonds propres de solvabilité. Bank Al-Maghrib a également demandé aux établissements de crédit de suspendre la distribution de dividendes au titre de 2019 jusqu’à nouvel ordre et d’assouplir à titre temporaire des règles de classification le provisionnement des créances en souffrance des associations de micro-crédit. Il est à rappeler que dans le cadre des demandes de report d’échéances de crédit, des reportings ad hoc ont été mis en place. Les établissements de crédits ont été appelés à renforcer la transparence auprès de la clientèle sur les modalités de mise en œuvre et à traiter les réclamations y afférentes dans un délai de 72 heures.

Bank Al-Maghrib a œuvré pour le déploiement des mesures pour accélérer l’usage des paiements mobiles et le recours aux services financiers digitaux à travers l’assouplissement à titre temporaire, jusqu’à fin juin 2020 des démarches d’ouvertures des comptes de paiements de niveau 2 ainsi que l’allégement des documents requis pour l’enrôlement des commerçants de proximité pour l’acceptation du paiement mobile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *