Les subventions de la discorde

Le Maroc et l’Union Européenne reprendront aujourd’hui les négociations autour du dossier agricole. Aucune information ne filtre sur l’ordre du jour de ces réunions. Mais il est certain que la subvention des exportations par l’Union sera au menu de ces négociations. Celles-ci interviennent dans un contexte bien particulier dans la mesure où une session spéciale consacrée à cette question s’est ouverte hier à Genève pour quatre jours, dans le cadre du cycle de développement de Doha, indique dans un communiqué l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Rappelons qu’en novembre dernier, les 144 Etats-membres de l’Organisation avaient accepté dans le cadre de la conférence ministérielle au Qatar de négocier les questions liées à la réduction de toutes les formes de subventions à l’exportation.
L’objectif étant d’atteindre un retrait progressif. En matière de subventions agricoles, l’Union Européenne fait l’objet de critiques sévères. L’élimination de ces subventions figure par les revendications du groupe de Cairns composé de 18 pays exportateurs agricoles à leur tête l’Australie, l’Argentine et le Brésil. Les Etats-Unis soutiennent. Les Américains ont proposé l’annulation en cinq ans des subventions aux exportations agricoles à partir de 2005. Paradoxalement, la proposition américaine intervient suite à l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi agricole qui accorde aides internes aux agriculteurs américains sur une période de dix ans. Cette loi a été très mal accueillie aussi bien par l’UE, les pays en développement et le groupe de Cairns. Pour calmer les esprits.
Début juin, les négociateurs américains pour l’agriculture ont indiqué que les subventions aux exportations en Europe sont environ de 90% du total mondial et environ 100 fois ce que dépensent les Etats-Unis. L’UE se défend et avance que son système de subventions aux exportations est transparent et qu’il fait l’objet d’engagements de réductions dans le cadre de l’OMC.
Selon les responsables de l’UE, ces subventions ont été réduites. Elles sont passées de 25% de la valeur des exportations agricoles européennes en 1992 à 5% aujourd’hui. Pour l’UE, les Américains utilisent des formes détournées de subventions pour leurs propres exportations notamment à travers les crédits à l’exportation et certaines formes d’aide alimentaire, utilisés pour écouler les excédents de production et ouvrir les marchés du Tiers monde aux denrées américaines. Précisons que les modalités des engagements futurs des pays-membres doivent être définis d’ici le 31 mars 2003.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *