970x250

L’OPEP se positionne au Maroc

L’OPEP se positionne au Maroc

L’organisme entend monter en puissance en multipliant les financements au profit du Royaume

La prochaine étape pourrait être relative au gazoduc Nigeria-Maroc mais avec une participation et une présence actives. Une sortie médiatique du ministre d’État nigérian aux ressources pétrolières, Timipre Sylva, montre l’intérêt de l’OPEP au projet.

L’OPEP nouveau bailleur de fonds pour le Maroc. L’organisme a octroyé coup sur coup deux financements importants en l’espace de deux semaines à peine. Il y a eu tout d’abord la signature entre le Maroc et le Fonds Organisation des pays exportateurs de pétrole pour le développement international un accord de prêt de 100 millions de dollars (M$) pour promouvoir l’inclusion financière et la transformation numérique. Puis quelques jours après, le Maroc et l’OPEC Fund ont procédé à la signature de la documentation juridique relative au financement d’une partie de la deuxième phase des études d’avant-projet détaillées du projet de gazoduc Nigeria-Maroc, qui vise à devenir un catalyseur du développement économique dans la région de l’Afrique Nord-Ouest.

«Mme Nadia Fettah, ministre de l’économie et des finances, a procédé, par échange de correspondance, avec M. Abdulhamid Al khalifa, directeur général de l’OPEC Fund, et Mme Amina Benkhadra, directeur général de l’ONHYM, à la signature de la documentation juridique relative au financement, d’un montant de 14,3 millions de dollars, accordé par l’OPEC Fund à l’ONHYM au titre de sa contribution au financement de la deuxième phase de l’étude d’avant-projet détaillée (FEED – Front-End engineering design) du gazoduc reliant la République Fédérale du Nigeria et le Royaume du Maroc (Projet NMGP)», avait indiqué le ministère.

Présence active

Ce n’est pas tout. L’OPEP semble déterminée à assurer une montée en puissance dans les prochains mois et semaines en matière de financements de projets au Maroc. La prochaine étape pourrait être relative encore une fois au gazoduc Nigeria-Maroc mais avec une participation et une présence actives. Une sortie médiatique du ministre d’État nigérian aux ressources pétrolières, Timipre Sylva, montre l’intérêt de l’OPEP au projet. Le responsable nigérian avait expliqué que le gazoduc, qui est une extension de celui de l’Afrique de l’Ouest et qui achemine déjà du gaz du Nigeria jusqu’au Ghana, en est au stade des études et de la recherche de partenaires financiers, pour le mener jusqu’au Maroc où il sera relié au marché européen.

«Nous voulons poursuivre ce même gazoduc jusqu’au Maroc en longeant la côte. Pour l’heure, nous sommes au niveau des études, et bien sûr, nous sommes au niveau de la sécurisation du financement de ce projet et beaucoup d’entités manifestent leur intérêt», a précisé M. Sylva. Plus loin, le ministre a révélé, selon des médias locaux, que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole fait partie des organismes internationaux prêts à investir dans le projet de gazoduc Maroc-Nigeria. «Il y a beaucoup d’autres entités qui sont également désireuses d’investir dans ce projet parce que c’est un gazoduc qui va transporter notre gaz à travers de nombreux pays en Afrique et aussi, jusqu’à la limite du continent africain, où nous pouvons avoir accès au marché européen», avait-il indiqué, faisant savoir que «l’OPEP est également intéressée par le projet et a fait part de son intérêt». Dossier à suivre.

OPEP Fund

Le Fonds OPEP pour le développement international est une institution intergouvernementale de financement du développement fondée en 1976 par les États membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.
L’objectif de l’OFID est de renforcer la coopération financière entre les pays membres de l’OPEP et d’autres pays en développement, en apportant à ces derniers le soutien financier nécessaire à leur développement socio-économique.

Il constitue en particulier un véhicule important de la coopération arabo-africaine. Parmi les secteurs prioritaires pour le Fonds, il y a tout d’abord l’agriculture, notamment dans les domaines de l’irrigation et les installations de stockage du fourrage. L’autre priorité du Fonds concerne l’énergie avec des appuis aux projets énergétiques allant de la fourniture d’infrastructures et d’équipements à la recherche et la création de capacités.

Inclusion

L’accord de prêt de 100 millions de dollars (M$) signé entre l’OPEP et le Maroc pour promouvoir l’inclusion financière et la transformation numérique a deux piliers. «Ce prêt couvrira deux piliers principaux. Le premier vise à assurer l’inclusion financière en diversifiant les sources de financement et de paiement pour les particuliers, ainsi que les très petites, petites et moyennes entreprises (TPME), en tirant parti de la technologie et en soutenant des modèles de financement alternatifs et les infrastructures.

Le deuxième objectif est de financer des réformes pour aider les entrepreneurs numériques et les TPME à bénéficier des opportunités économiques, tout en favorisant l’inclusion économique des jeunes, des femmes et des diplômés», avait indiqué le Fonds OPEP pour le développement international dans un communiqué.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.