Lutte contre la sécheresse : 6.000 qx d’aliment composé et 16.000 qx de pulpe sèche de betterave pour les éleveurs de Laâyoune

Lutte contre la sécheresse : 6.000 qx d’aliment composé et 16.000 qx de pulpe  sèche de betterave pour les éleveurs de Laâyoune

L’Etat prendra en charge la différence entre le prix total des aliments et la part à payer par l’éleveur fixée à 200 DH par quintal (toutes taxes comprises).

6.000 quintaux d’aliment composé et 16.000 quintaux de pulpe sèche de betterave pour l’alimentation du bétail seront distribués au profit des éleveurs des communes territoriales de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra dans le cadre de la deuxième tranche du programme de lutte contre le déficit hydrique.
L’Etat prendra en charge la différence entre le prix total des aliments et la part à payer par l’éleveur fixée à 200 DH par quintal (toutes taxes comprises).
Sont concernés par cette opération les éleveurs de 15 communes territoriales des quatre provinces de la région : Laâyoune, Boujdour, Tarfaya, et Smara.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme spécifique d’appui à l’alimentation du cheptel lancé par le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.
Cette opération vient s’ajouter aux efforts déployés par la DRA de Laâyoune-Sakia El Hamra qui a déjà lancé un programme de sauvegarde de cheptel portant sur la subvention des aliments de bétail.
La première tranche de ce programme, qui fait partie de la mise en œuvre du Plan Maroc Vert (PVM) au niveau de la région, s’est soldée par la distribution de 75.000 quintaux d’aliments au profit des agriculteurs de la région de Laâyoune- Sakia El Hamra.
Déjà le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts avait annoncé la mise en place d’un programme de sauvegarde ciblé qui consiste en la distribution de 2,5 millions de quintaux d’orge subventionné pour le prochain trimestre au profit des éleveurs des zones affectées par le déficit des pluies.

Notons que le secteur de l’élevage dans la région de Laâyoune-Sakia El Hamra doit sa force au dromadaire adapté au climat saharien et aux ressources hydriques profondes pour les besoins d’abreuvement de l’effectif du cheptel important estimé à 105.000 têtes. Sans oublier les vastes terrains de parcours qui avoisinent les 9 millions de ha, soit 45% de la superficie totale de la région.
Concrètement, la Direction régionale de l’agriculture a programmé dans le cadre du Plan agricole régional sept projets Pilier II mobilisant un investissement global de 722,5 millions de dirhams (MDH), en plus de deux projets transverses concernant la régulation du phénomène de transhumance et l’amélioration des parcours d’un montant global de 318 MDH.

Parmi les autres chantiers clés figure la contribution par 8 MDH à la mise à niveau de l’abattoir de Laâyoune et à la création d’un marché du bétail dans la ville.
Prisée localement, la viande de dromadaire est, quant à elle, produite grâce aux apports fourragers offerts gratuitement par les vastes parcours de la région ayant l’objet d’amélioration suite aux projets transverses démarrés en 2015.
Au total, l’élevage camelin a engendré l’année dernière un chiffre d’affaires de 422 MDH, une valeur ajoutée de 234 MDH et un nombre total de postes d’emploi de près de 5.040 équivalents temps plein (ETP).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *