Lydec : Un déficit de 26 millions de dirhams au premier semestre 2020

Lydec : Un déficit de 26 millions de dirhams au premier semestre 2020

La crise de Covid-19 a fait basculer les indicateurs financiers dans le rouge

L’impact de la Covid-19 s’est fait sentir sur les indicateurs financiers de la Lydec. Celle-ci affiche un chiffre d’affaires (CA) en baisse de 5,9% au premier semestre 2020, s’élevant à 3.382 millions de dirhams contre 3.592 millions de dirhams sur la même période en 2019. Cette tendance s’explique par «la baisse des ventes de fluides de 5,2%, ainsi que par le retrait des recettes de travaux et autres produits de 10,1% du fait des impacts négatifs de la pandémie de Covid-19 sur l’activité».
Le chiffre d’affaires sur le segment électricité a chuté de 8,5% par rapport au premier semestre 2019 et se chiffre à 2.098 millions de dirhams. L’électricité représente 71% du CA total de l’entreprise.
Les volumes vendus affichent une baisse de 8,6%. Cette situation est due essentiellement à la chute des ventes aux industriels de 16,9% en raison de l’arrêt ou du ralentissement de l’activité de plusieurs unités industrielles. La Lydec fait aussi remarquer que les ventes d’électricité aux clients «Grand public» sont également en repli de 24% dû à la fermeture ou à la baisse d’activité des cafés, restaurants, commerces… Le segment «Administrations» a affiché la même tendance baissière en lien avec les mesures de confinement, soit -1,9% par rapport à l’année dernière. Le rendement réseau à fin juin 2020 s’établit à 93,08%, stable par rapport à 2019.

Eau potable : Un chiffre d’affaires en hausse de 3,9%

Contrairement au segment électricité qui a été touché par la crise, le secteur Eau potable a vu son chiffre d’affaires s’accroitre de 3,9% au cours du premier semestre 2020. Représentant 22% du CA de la Lydec, il atteint 657 millions de dirhams. En volumes, les ventes d’eau potable ont augmenté de 3,5% comparé à 2019 grâce à la hausse des ventes aux clients «Grand public» (+6,1%) sous l’effet combiné de la croissance du nombre de clients résidentiels et de la hausse de la consommation unitaire résultant du confinement et du mois de Ramadan.
Cette augmentation a permis de compenser la baisse significative des ventes aux administrations et aux industriels reculant respectivement de 6,9% et 8,1% par rapport à la même période une année auparavant.
Le rendement réseau à fin juin 2020 s’est établi à 76,57%, en baisse de 0,7 point par rapport à juin 2019.

L’excédent brut d’exploitation en baisse de 14,4%

L’excédent brut d’exploitation de la Lydec est en baisse de 14,4% par rapport à 2019. Ceci résulte principalement de la baisse du chiffre d’affaires, et ce en dépit du renforcement du plan de rigueur sur les charges d’exploitation ayant permis de générer des économies substantielles. Le résultat net a affiché un déficit de 26 millions de dirhams au premier semestre 2020. Notons qu’à fin juin 2019, la Lydec affichait un résultat net positif de 69 millions de dirhams. «Cette baisse est principalement due aux effets de la pandémie, et au retard dans l’aboutissement des révisions économiques et contractuelles», explique la société. Les investissements de la gestion déléguée au titre du 1er semestre 2020 s’élèvent à 374 MDH, en léger retrait de 2,7% par rapport à la même période de l’année 2019. Le niveau d’endettement net s’élève à 1.838 MDH impacté par la baisse significative des ventes et des encaissements clients en raison des dispositions prises à l’échelle nationale pendant la période de confinement. Enfin, la Lydec fait savoir qu’un plan d’action vigoureux a été mis en place pour le recouvrement de l’ensemble des créances brutes qui s’élèvent à 3.159 MDH à fin juin 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *