970x250

M-wallets : La déferlante des établissements de paiement

M-wallets : La déferlante des établissements de paiement

Ils accaparent 2,14 millions de comptes sur un total de 2,44 millions ouverts au Maroc

Le match du mobile paiement est pratiquement déjà scellé. Les derniers chiffres sur les M-wallets sont édifiants. Sur un total de 2,44 millions de comptes ouverts au Maroc, les établissements de paiement accaparent la quasi-totalité, soit 2,14 millions de comptes. Autrement, sur chaque 18 comptes ouverts par les clients au cours des mois qui ont suivi la crise sanitaire, 12 comptes l’ont été chez un établissement de paiement au détriment des établissements bancaires. Les observateurs et les professionnels du marché expliquent ce franc succès par les restrictions sanitaires ainsi que par la stratégie de communication et marketing très agressive mais surtout la proximité de ces établissements avec les clients. Les mêmes sources confirment que cette tendance devra se poursuivre au cours des prochains mois et années.

Si ces chiffres n’ont pas d’impact important en termes des transactions et de volume, la situation risque de changer radicalement dans le futur surtout si les services proposés par les établissements de paiement viennent à évoluer pour toucher d’autres aspects financiers. Quoi qu’il en soit, le succès des établissements de paiement auprès du public commence à attirer des opérateurs étrangers. C’est le cas notamment pour l’égyptien Tpay mobile qui a jeté son dévolu sur le marché national.

Il s’agit d’une plate-forme de paiement mobile à service complet qui permet aux fournisseurs de services numériques locaux et mondiaux de toucher les consommateurs du Moyen-Orient, d’Afrique et de Turquie. Il faut préciser que l’opérateur en question est majoritairement détenu par le fonds d’investissement panafricain Helios. Ce dernier avait acquis en 2018, 76% des parts dans cet opérateur. A noter que le fonds Helios basé à Londres avait signé au cours des deux dernières années deux opérations d’envergure sur le marché marocain. Après une prise de participation dans la filiale marocaine de la marque turque de hard discount, BIM, Helios a récidivé avec T2S, le leader incontesté de la distribution et de la maintenance de matériel médical au Maroc puis en Afrique francophone, avec des revenus de l’ordre de 700 millions de dirhams en 2020. Ainsi, le secteur du mobile paiement est promis à un bel avenir.

Les autorités sont décidées à doper le secteur. Dans ce sens, la loi de Finances 2020 avait prévu un abattement de 25% sur la base imposable correspondant au chiffre d’affaires réalisé via ce mode de paiement. Pour les responsables, il était question de réduire les flux de paiement en espèces et d’inciter les personnes physiques disposant de revenus professionnels déterminés selon les régimes du résultat net simplifié ou celui du bénéfice forfaitaire à recourir au mode de paiement mobile.

Le même gouvernement avait récidivé à l’occasion de la loi de Finances rectificative en proposant de remplacer les dispositions précitées par une mesure qui vise à ne pas prendre en considération le montant du chiffre d’affaires réalisé par paiement mobile pendant cinq années consécutives, notamment pour la détermination de la base imposable de l’impôt sur le revenu dû par les contribuables susvisés.

Rapport

Selon le rapport annuel sur «les infrastructures des marchés financiers et les moyens de paiement, leur surveillance et l’inclusion financière» de Bank Al-Maghrib, le paiement de factures représente la quasi-totalité des paiements mobiles. Il couvre, en effet, 94% du nombre total des opérations et 96% de leur valeur. En 2020, le stock des m-wallets a connu une progression de 248%. On note ainsi 2,44 millions de m-wallets en décembre 2020 contre 700.000 en janvier 2020. «Cette progression est fortement corrélée à l’évolution des ouvertures des comptes de paiement émis par des établissements de paiement. Le stock de ces comptes a atteint 2,66 millions en 2020 contre 491.545 en 2019, relève-t-on du rapport de Bank Al-Maghrib. Et de préciser qu’«à fin 2020, 18 offres m-wallets ont été mises sur le marché dont 12 émises par des établissements de paiement.

Transactions

En termes de transactions réalisées au 2020, Bank Al-Maghrib fait ressortir un total de 1,4 million d’opérations pour un montant de 443 millions de dirhams. «Près de 51% du volume des échanges ont été effectués par des m-wallets émis par des établissements de paiement contre 49% par des m-wallets adossés à des comptes bancaires. En valeur, 35% des transactions réalisées par les m-wallets des établissements de paiement ont été enregistrées contre 65% par ceux émis par les banques», explique la banque centrale dans son rapport. Le panorama tracé fait sortir une prédominance des paiements «commerçants et factures». Ils représentent, en nombre, l’essentiel des transactions effectuées captant ainsi une part de 73%, contre 27% pour les transferts Mobile to Mobile. Pour leur part, les retraits GAB ne représentent que 0,4% du total des transactions. En ce qui concerne les m-wallets adossés à des comptes bancaires, il ressort que le paiement reste prédominant avec 70% en nombre, contre 19% pour le transfert et 10% pour le retrait GAB. La répartition en valeur fait ressortir pour sa part une tendance inversée des types de transactions m-wallet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.