Accueil Economie Malgré le contexte incertain: Le système financier toujours résilient
EconomieUne

Malgré le contexte incertain: Le système financier toujours résilient

Risques systémiques : Le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques a tenu récemment sa 16ème réunion. L’occasion étant d’analyser la cartographie des risques systémiques pesant sur le système financier national.

«L’évolution des conditions macroéconomiques ne fait pas ressortir jusqu’ici de risques majeurs pouvant menacer la stabilité financière, mais les vulnérabilités découlant de l’environnement externe et interne appellent à la vigilance», c’est ce que recommande le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques en marge de sa 16ème réunion. Le comité a dans ce sens relevé une forte résilience des infrastructures des marchés financiers et ce aussi bien sur le plan financier que sur le plan opérationnel. Elles représentent en effet un niveau de risque faible pour la stabilité financière. De même, le secteur des assurances affiche des fondamentaux solides continuant ainsi d’être résilient et ce en dépit de la conjoncture internationale difficile. On relève dans ce sens une croissance de 7,7 % sur le plan technique au titre des trois premiers trimestres de l’année en cours. Sur le plan financier, les placements des entreprises d’assurance ont marqué une progression de 3 % depuis le début de l’année atteignant à fin septembre les 216,7 milliards de dirhams.

Une évolution mitigée sur le marché boursier

Par ailleurs, le comité observe une hausse des taux du marché obligataire particulièrement sur le marché secondaire. Une hausse qui s’est accompagnée d’une augmentation de la volatilité ayant atteint des niveaux élevés. On note dans ce sens une amélioration de 4,1 % de l’encours de la dette privée à fin octobre 2022 se situant ainsi autour de 254 milliards de dirhams. Se référant au comité, l’endettement net des émetteurs non financiers ressort à un niveau globalement maîtrisé et en baisse à 66 % des capitaux propres contre 68 % à fin 2021 et 86 % à fin 2020. S’agissant de la gestion d’actifs, elle affiche des évolutions contrastées en 2022. Le comité assure dans ce sens que le secteur des OPCVM a été impacté par la baisse du marché boursier et par les tensions haussières sur le marché des taux.

Il a par ailleurs subi une décollecte au niveau des catégories d’OPCVM Obligations moyens et longs termes (MLT), Obligations courts termes (CT) et Actions. En ce qui concerne le marché boursier, la valorisation globale de la Bourse est en baisse sensible à 17,2x contre 19,8x en moyenne pour les 5 années d’avant crise Covid-19. De même, le volume d’émission sur le marché boursier à mi-décembre 2022 ressort quasiment stable en glissement annuel, avec un volume de 2,35 milliards de dirhams. Il est à rappeler que le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques fait le point, durant cette réunion, sur les travaux préparatoires de la visite sur place des évaluateurs du GAFI, sous la coordination de l’Autorité nationale du renseignement financier. Il a ainsi recommandé de maintenir les efforts de toutes les parties prenantes pour la réussite de cette visite.

C’est le titre de la boite

Une accélération de la croissance prévue en 2023
Projections  Le comité a rappelé lors de sa réunion les projections économiques de Bank Al-Maghrib. On cite un ralentissement de la croissance à 1,1 % en 2022 et une accélération à 3 % en 2023 et 3,2 % en 2024. L’inflation devrait s’accélérer à 6,6 % en 2022 avant de s’atténuer à 4 % en moyenne en 2023 et 2024. De même, le déficit du compte courant devrait s’atténuer pour avoisiner 2 % au cours des deux prochaines années, tandis que les avoirs officiels de réserve se situeraient à 362,9 milliards en 2023 puis à 371 milliards en 2024, soit l’équivalent de près de 6 mois d’importations de biens et services. Quant aux finances publiques, le déficit budgétaire s’allégerait graduellement passant de 5,3 % du PIB en 2022 à 4,6 % en 2023 et 4 % en 2024.

Articles similaires

Covid-19 : La situation épidémiologique actuelle « est la meilleure » depuis le début de la pandémie

La situation épidémiologique actuelle au Maroc est la meilleure depuis le début...

Le Maroc élargit son offre de formation dans les métiers de l’automobile

Mobilité électrique, batteries, câblage automobile, peinture 2.0…

Radisson Hotel Group : La croissance au rendez-vous en 2022

2022 a été marquée par le déploiement du plan d’expansion du Groupe...

CIH Bank intègre le Masi.ESG

Après l’élargissement de sa composition à 15 valeurs, l’indice Masi.

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus