Malgré une perspective négative : Moody’s maintient la note Ba1 pour le Maroc

Malgré une perspective négative : Moody’s maintient la note Ba1 pour le Maroc

L’agence de notation internationale a maintenu la notation souveraine du Maroc à Ba1.

Cette notation reflète, selon l’agence, les défis croissants posés par les niveaux d’endettement qui sont supérieurs à la médiane des pays notés Ba1, ainsi que des niveaux de richesse relativement faibles et des perspectives de croissance modérées après la pandémie compte tenu de l’exposition concentrée du pays aux secteurs et partenaires commerciaux durement touchés.

«Nous nous attendons à ce que l’assainissement budgétaire et la croissance économique stabilisent la dette publique en dessous de 80% du PIB au cours des trois prochaines années», précise la même source faisant savoir qu’il existe un risque élevé d’engagements conditionnels envers les entreprises publiques. Cependant, l’agence souligne un large accès à des sources de financement nationales et externes à des conditions favorables, l’accessibilité financière de l’encours de la dette et la maîtrise des risques de vulnérabilité externe.

«De plus, les autorités ont stratégiquement réorienté l’économie vers les industries exportatrices à valeur plus élevée (en particulier dans les chaînes de valeur mondiales de l’automobile et secteurs aéronautique) tout en positionnant le Maroc comme plaque tournante du commerce entre l’Europe et l’Afrique. Dans le même temps, les banques marocaines se sont développées en Afrique subsaharienne, augmentant les risques et les opportunités de croissance», explique Moody’s.

Cette dernière explique par ailleurs, qu’une revalorisation de la notation du pays est «peu probable à court et moyen terme compte tenu du caractère négatif des perspectives». Un changement dans la perspective serait probablement lié à une politique supplémentaire qui garantit la stabilisation du ratio de la dette publique et les passifs éventuels des entreprises publiques. La poursuite de la mise en œuvre des réformes du climat des affaires qui améliorent les perspectives de croissance non agricole de l’économie serait également favorable.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *