Maroc: Un nouvel élan agricole pour Tadla-Azilal

Maroc: Un nouvel élan agricole pour Tadla-Azilal

La dynamique agricole bat son plein à Tadla Azilal. La région à fort potentiel agraire se dote d’importantes infrastructures et promeut davantage son agriculture solidaire. Cet élan a été illustré mercredi par le lancement de grands chantiers visant à renforcer la productivité de la région, à augmenter le revenu des agriculteurs et développer la recherche scientifique.

A cet égard, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a donné le coup d’envoi à de nombreux projets dont le coût s’élève à 125 millions de dirhams. Il s’agit, en effet, de la réalisation du qualipôle alimentation de l’agropole de Tadla-Azilal, ainsi que celui relatif à la reconversion des systèmes d’irrigation gravitaire en systèmes d’irrigation localisée «goutte-à-goutte» au niveau des terres collectives oulad Arid, province de Fquih Bensaleh. «Les nouveaux projets agricoles, lancés au niveau de Tadla-Azilal, transformeront la région en pôle agricole prometteur à l’échelle nationale.

Ces réalisations confirment l’importance des efforts consentis pour la promotion de l’agriculture dans la région en tant que levier principal du développement local», a souligné dans ce sens Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime. 

Le pilier II du Plan Maroc Vert a insufflé un nouveau dynamisme dans la région. La région de Tadla-Azilal connaît donc la réalisation de 24 projets d’agriculture solidaire, soit un investissement de 423 millions de dirhams. Ciblant près de 20.000 agriculteurs, ces projets d’agriculture solidaire ont permis à ce jour la plantation de 9.100 hectares d’oliviers, de 350 hectares de noyers et de 1.400 hectares en arbres fourragers. Ils ont abouti par ailleurs à la construction de 32 kilomètres de cours d’eau et la création de 11 unités de valorisation des produits agricoles, dont 6 ont déjà été achevées.

Un qualipôle à Tadla- Azilal

Pour un investissement de 71,5 millions de dirhams, le qualipôle (dont la superficie s’étend sur 2,62 hectares) a pour objectif l’amélioration quantitative et qualitative de l’offre des matières premières agricoles destinées à la transformation. «Ce projet va nous aider à traiter la problématique de la valorisation de nombre de filières agricoles dans la région, à savoir le développement de l’olivier, d’agrumicole, d’amandier, du pommier, de l’apiculture et des viandes, ce qui va nous permettre de promouvoir le secteur de l’agroalimentaire dans la région qui a de prometteuses opportunités de croissance», explique le ministre. Le qualipôle, qui devra être réalisé en cinq tranches, est érigé en véritable centre de recherche-développement et de contrôle de qualité. Il abritera également une zone d’activités industrielles, une zone commerciale et des services ainsi qu’une zone logistique et environnementale. Les retombées d’un tel projet se traduisent comme suit : Le qualipôle permettra de générer à terme plus de 3 milliards de dirhams d’investissements et plus de 5.000 emplois directs permanents.

53 millions de dirhams pour l’irrigation

Trois années suffiront pour la réalisation du projet portant sur la reconversion des systèmes d’irrigation gravitaires en systèmes d’irrigation localisée  «goutte-à-goutte» au niveau des terres collectives Oulad Arif. Ce chantier consiste en l’équipement de 1.054 hectares en systèmes d’irrigation localisée, la réalisation de bassins d’accumulation d’eau, la mise en place de stations de traitement d’eau, ainsi qu’en l’encadrement et la formation des bénéficiaires, estimés à 118 agriculteurs. «Ledit projet permettra de surmonter les difficultés liées à l’irrigation des vastes terres agricoles dans la région», ajoute dans ce sens M. Akhannouch.

Pour une enveloppe budgétaire de 53 millions de dirhams, le projet confortera le programme d’économie d’eau dans le périmètre irrigué de Tadla, dont la première tranche bénéficie à 2.565 agriculteurs. Ayant nécessité un investissement de 977 millions de dirhams, cette première tranche a atteint un niveau de réalisation bien avancé. Elle permettra en conséquence d’augmenter l’efficience de l’irrigation de 50 à 90%, d’optimiser l’utilisation des eaux d’irrigation, d’augmenter la valeur de production à l’hectare, d’améliorer les revenus des agriculteurs et de créer davantage d’emplois.

Avec Map

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *