Menaces mobiles : Le Maroc dans le top 5 des pays les plus affectés en 2020

Menaces mobiles : Le Maroc dans le top 5 des pays les plus  affectés en 2020

«En plein contexte de pandémie mondiale, l’année 2020 a offert aux attaquants peu scrupuleux une thématique de choix à exploiter. En effet, plus les utilisateurs s’intéressent à un sujet, plus les tentatives d’arnaques et d’attaques se multiplient autour de ce sujet».

Le Maroc fait partie des pays qui comptent le plus grand nombre de victimes de menaces mobiles en 2020. Selon le rapport annuel de Kaspersky sur l’état des menaces mobiles dans le monde, il est même dans le top 5 mondial. Le Maroc figure au quatrième rang (22,67 %) du classement des pays les plus affectés. L’ensemble des appareils mobiles est vulnérable à différentes menaces. Celles-ci ne cessent de croître et ont représenté en 2020 un risque majeur pour les utilisateurs. Sur la même période dans le monde, les produits et technologies mobiles de Kaspersky ont détecté plus de 5,68 millions de programmes d’installation malveillants, plus de 156 000 nouveaux chevaux de Troie bancaires mobiles et plus de 20 000 nouveaux chevaux de Troie rançongiciels mobiles.

«En plein contexte de pandémie mondiale, l’année 2020 a offert aux attaquants peu scrupuleux une thématique de choix à exploiter. En effet, plus les utilisateurs s’intéressent à un sujet, plus les tentatives d’arnaques et d’attaques se multiplient autour de ce sujet. Les attaquants étant particulièrement attentifs à l’actualité pour pouvoir tendre des pièges et dérober l’argent des victimes ou infecter des appareils», indique ledit rapport ajoutant que le Covid-19 a ainsi été le thème le plus exploité par les attaquants en 2020, à travers le monde. «Il est intéressant de constater que les attaques ont été en baisse pendant la première partie de l’année 2020, les attaquants eux-mêmes ayant été préoccupés par d’autres sujets, mais elles ont connu un vrai pic sur la deuxième moitié de l’année, alors que la pandémie connaissait une sorte d’accalmie et variait en fonction des pays. La détection d’adwares est, quant à elle, restée relativement stable, à un haut niveau d’infection», souligne la même source.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *