Mesures d’urgence pour les restaurateurs touristiques

Mesures d’urgence pour les restaurateurs touristiques

Leur activité est en constante dégringolade suite à la crise pandémique

Le département du tourisme apporte son aide aux restaurateurs du secteur. Pas plus tard que ce mardi, Fatim-Zahra Ammor, ministre du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, s’est concertée avec le groupement des associations régionales des restaurants touristiques pour venir en aide à cette catégorie de professionnels dont l’activité est en constante dégringolade suite à la crise pandémique qui sévit au Maroc et dans le monde depuis près de deux ans. La ministre a dans ce sens réitéré son engagement résolu de soutenir les restaurateurs touristiques dans le contexte actuel, et ce en les intégrant dans les mesures les plus adaptées parmi l’arsenal de mesures dont bénéficiera le secteur du tourisme.

Plusieurs de ces mesures seront opérationnalisées dans les plus brefs délais. Mme Ammor a conclu cette rencontre en encourageant les opérateurs à travailler dans une approche collaborative avec le ministère pour améliorer le cadre légal régissant les restaurants classés. Un chantier qui permettra aux restaurateurs de mieux répondre aux nouvelles attentes des touristes nationaux et internationaux. Rappelons que cette réunion intervient en réponse à l’appel lancé il y a quelques jours par le Groupement des associations régionales des restaurants touristiques du Maroc.

Cette organisation a émis en date du 21 décembre un communiqué à travers lequel elle déplore l’absence de mesures de soutien et d’accompagnement spécifiques à ce pôle sachant qu’il fait partie intégrante de l’activité touristique, et ce conformément aux lois 61-00 et 80-14. «Les restaurants touristiques se voient aujourd’hui obligés de justifier et légitimer leur place dans l’échiquier du tourisme national», indique le Groupement à ce propos. Les professionnels ont mis l’accent dans leur communication sur la situation dangereuse par ses répercussions sociales, financières et humaines qui portent atteinte à un secteur essentiel de l’activité touristique représentant plus de 1.000 établissements à travers le territoire national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *