Accueil Economie Mines, un chiffre d’affaires de 100 milliards de dirhams en 2021
EconomieUne

Mines, un chiffre d’affaires de 100 milliards de dirhams en 2021

Leila Benali revient sur les performances du secteur au Parlement

Les investissements dans le secteur minier dépassent en 2021 la barre des 13 milliards de dirhams. L’essentiel de ce montant (12 milliards de dirhams) est capté par les phosphates. Ces chiffres ont été avancés, mardi, par Leila Benali, ministre de la transition énergétique et du développement durable, lors de son intervention à la Chambre des conseillers. Interrogée sur la stratégie du gouvernement pour le développement du secteur minier, la ministre a indiqué que la contribution du secteur à la valeur des exportations nationales était de 26% au cours de la même année, soit 86 milliards de dirhams. De même, le secteur a réalisé un chiffre d’affaires de 100 milliards de dirhams en 2021. Le volume global de la production a atteint pour la même année 41 millions de tonnes dont 38 millions de tonnes de phosphates.

Dans son intervention, la ministre a mis en avant l’importance du secteur minier dans le développement économique et social aux niveaux national, régional et local. Mme Benali a expliqué dans ce sens que «la prospection minière, à l’exception des phosphates, nécessite des investissements énormes et très importants». Et de poursuivre : «les investissements alloués pour l’exploration et la recherche dans le secteur minier, hors phosphate, se sont élevés à 1 milliard de dirhams pour l’année 2021, un montant qui reste en deçà du niveau requis pour prospecter comme il se doit la richesse du sous-sol marocain». La ministre a réitéré dans ce sens l’engagement de son département à soutenir et à encourager la recherche et l’exploration minières, une étape préliminaire pour déterminer la faisabilité de l’exploitation minière. A cet égard, des procédures et des réformes continueront d’être mises en œuvre afin de promouvoir le secteur minier pour en faire un levier de développement aux niveaux régional et local. La ministre a dans ce sens annoncé que son département s’attelle à l’élaboration d’un projet de loi portant modification de la loi 33.13 relative aux mines et à la promotion du secteur minier. Sous un autre registre, la ministre a abordé les mesures de libéralisation de l’énergie moyenne tension pour les petites et moyennes entreprises marocaines dans l’optique d’améliorer leur compétitivité et de les préparer à la taxe carbone en 2023.

Leïla Benali affirme, dans ce sens, que l’accès à l’énergie électrique produite à partir de sources renouvelables permettra à l’ensemble des entreprises, y compris celles privées, d’améliorer leur facture énergétique. «Cet accès permettra également aux entreprises de fournir des produits répondant aux normes imposées aux «produits verts», qui seront exemptés de la future taxe carbone», souligne-t-elle. La ministre a fait état, à cet égard, de l’élaboration en cours d’un système de certification de l’origine de l’électricité produite à partir de sources d’énergies renouvelables afin de permettre aux industriels, aux entrepreneurs et au tissu entrepreneurial de prouver la source des énergies qu’ils utilisent dans leur chaîne de production et d’éviter ainsi à l’avenir toute taxe carbone.

Articles similaires

Alerte météo: La vague de froid se poursuit jusqu’au jeudi

Un temps froid avec des températures minimales entre -8 et 3°C et...

Le Maroc rouvre son ambassade à Baghdad

Le Maroc a rouvert samedi son ambassade à Baghdad. La cérémonie d’inauguration...

Commission des investissements : Des projets de plus de 28 MMDH approuvés vendredi

12 projets de conventions et 14 avenants ont été examinés ainsi que...

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie