Neutralité carbone : L’exemple Renault

Neutralité carbone  : L’exemple Renault

L’efficience énergétique pour maîtriser les consommations à l’usine Renault-Nissan de Tanger. Plus de 90% des besoins issus d’énergies renouvelables. Plus de 100.000 tonnes de CO2 évitées annuellement. Le recyclage à 100% des eaux industrielles. Une économie d’environ 70% par rapport à une usine classique de capacité équivalente

En matière de carbone neutre, le groupe Renault Maroc est dans une démarche continue d’amélioration dans ses unités de production. L’usine de Tanger est sans conteste un modèle en la matière. Le constructeur automobile a conçu son usine en intégrant une chaufferie biomasse innovante, capable de produire l’énergie thermique nécessaire à l’ensemble des besoins du process peinture, alors qu’une usine classique utilise majoritairement la combustion d’énergie fossile, expliquent les chargés de communication du groupe.
«Utiliser la biomasse pour produire l’énergie thermique du process peinture est, encore aujourd’hui, une démarche sans équivalent dans l’industrie automobile», expose à ce sujet, Jean-Philippe Hermine, directeur du plan environnement du groupe Renault.

La lutte contre l’effet de serre et la préservation des ressources naturelles sont les bénéfices de cette démarche. En évitant l’utilisation des combustibles fossiles d’une chaufferie classique, la chaufferie biomasse de l’usine de Tanger préserve les ressources naturelles non renouvelables, est-il indiqué dans un communiqué sur le sujet.
Rien ne se perd, tout se transforme! Plus de 60% du biocombustible utilisé dans la chaufferie est composé de déchets végétaux issus de l’agro-industrie locale. Chaque année, ce sont plus de 15 000 tonnes de résidus de noyaux d’olive qui alimentent l’usine de Tanger en énergie thermique. Le reste du biocombustible est du bois broyé d’origine locale. Il provient essentiellement des palettes de transport utilisées pour les besoins de l’usine elle-même, qui, une fois usagées, sont broyées directement sur le site, expliquent les représentants du groupe. Ils soulignent que près de 600 tonnes de cendres issues de la combustion de la biomasse sont intégralement valorisées en tant que biofertilisants agricoles.
L’énergie électrique utilisée est aussi carbone neutre. Les besoins en électricité du site sont entièrement couverts par les installations d’énergies renouvelables du pays. L’usine achète à l’ONEE une électricité notamment produite par des éoliennes et des barrages hydroéléctriques présents sur le territoire national. L’énergie électrique qui compte pour environ 58 % de la consommation totale de l’usine, est ainsi totalement dé-carbonée.

Axe majeur de sa gestion, l’efficience énergétique est présente à tous les niveaux «Dans une usine automobile de carrosserie-montage comme celle de Tanger, le département peinture consomme environ 70 % des besoins totaux en énergie thermique, en particulier au niveau des cabines de peinture et des étuves de cuisson. Les efforts de Renault en termes de sobriété énergétique portent donc essentiellement sur ces activités», rapporte un communiqué de l’entreprise.

Dans sa démarche, Renault a mis en place des technologies innovantes de recyclage et de récupération de l’énergie thermique. Des roues permettent de préchauffer l’air neuf introduit dans les cabines de peinture avec l’air chaud qui en est extrait ; et des échangeurs récupèrent la chaleur des incinérateurs pour préchauffer l’air des étuves de cuisson. L’efficacité de ces systèmes est renforcée par une isolation optimale des bains de traitement de surface.


«Moins d’énergie consommée, c’est moins de CO2 dans l’atmosphère et moins de dépense pour l’entreprise», souligne dans ce contexte El-Mostafa Abid, chef département maintenance et développement durable de l’usine. La stratégie développement durable de Renault Maroc à Tanger s’articule aussi autour de la préservation des ressources en eau. Aussi l’eau industrielle est recyclée à 100%. Cela se traduit par une absence de rejets d’effluents industriels dans l’environnement et un approvisionnement en eau réduit. «Pour Renault, préserver la ressource en eau est essentiel, particulièrement dans un pays en situation de stress hydrique comme le Maroc, pour réduire nos impacts sur les écosystèmes et assurer la pérennité de nos approvisionnements», soutient le directeur du plan environnement du groupe Renault, Jean-Philippe Hermine.

A noter que la station d’épuration en boucle fermée de l’usine purifie environ 900 m3. Grâce à la réutilisation complète des eaux usées industrielles de l’usine, l’approvisionnement externe pour ses besoins se limite à la quantite d’eau qui s’évapore naturellement quand elle est utilisée, soit environ 600 m² par jour.
Les actions entreprises, les équipements installés et les best practices du groupe mises en œuvre permettent ainsi de maîtriser les consommations d’eau. L’économie totale réalisée par l’unité de production de Tanger sur sa consommation d’eau industrielle est d’environ 70% par rapport à une usine classique de capacité équivalente, avancent ses responsables.

La protection environnementale est aussi au cœur des stratégies à l’usine de Casablanca, la Somaca. L’unité de production a amélioré le traitement de ses effluents à travers une station d’épuration. Le groupe avance être dans un process de développement durable permanent. La digitalisation des usines à travers un management zéro papier est aussi une autre mesure dans ce sens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *