Nouveau système de repérage routier : Plus de 17.000 km concernés

Nouveau système de repérage routier :  Plus de 17.000 km concernés

Les bornes des routes nationales subiront un lifting

Le nouveau système de repérage routier va améliorer la gestion du réseau routier, et ce en facilitant et en rendant plus fiable le repérage routier des différents évènements du réseau routier, à savoir les intersections des routes, la localisation des ouvrages d’art, les entrées et les sorties d’agglomérations, les sections susceptibles de subir des coupures dues à un enneigement, l’ensablement ou encore les inondations.

Aussi indispensables que les panneaux de signalisation dans les villes, les bornes de repères permettent une meilleure localisation sur les routes. Pour les moderniser et en faire un véritable outil d’information de l’usager, la direction des routes planche sur le bornage d’un linéaire d’environ 17.787 km de routes. Au total, 65 routes sont concernées dont 22 nationales et 43 routes régionales. En 2015, la direction des routes s’est lancée dans la modernisation du réseau routier. Cette initiative comprend une opération de reclassement du réseau routier à la charge de l’Etat matérialisé par la publication dans le BO du 28 mai 2018 du nouveau réseau routier national et régional.

L’information de l’usager prime

Que ce soit en ville ou en province, l’information des usagers doit accompagner les itinéraires et prendre en compte les distances par rapport à la prochaine destination. Partant de là, la direction des routes du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a entamé une opération de mise en place du nouveau système de repérage routier par les points de repères (PR) au lieu des points kilométriques (PK). Sur le terrain, les points de repères se traduiront par des bornes rattachées au système international de géolocalisation par les coordonnées (exemple : X,Y). Cela permettrait d’utiliser des systèmes de localisation modernes garantissant une grande précision de positionnement topographique de l’infrastructure routière. De plus, le nouveau système de repérage routier va améliorer la gestion du réseau routier, et ce en facilitant et en rendant plus fiable le repérage routier des différents évènements du réseau routier, à savoir les intersections des routes, la localisation des ouvrages d’art, les entrées et les sorties d’agglomérations, les sections susceptibles de subir des coupures dues à un enneigement, l’ensablement ou encore les inondations. En 2019, la direction des routes a établi un guide d’identification et de la localisation sur le réseau routier classé. Ce dernier englobe les principes de mise en œuvre et d’entretien du système d’identification et de localisation sur le réseau routier classé relevant du ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau.

Implanter des bornes le long des routes nationales et régionales 

Afin de renforcer le système de localisation, la direction travaille donc sur l’implantation des bornes le long des routes nationales et régionales.

A ce titre, elle a récemment lancé une étude topographique à cette fin. Ce projet sera effectué en 4 lots. Le premier lot englobe plus de 4.755 km de routes. Le deuxième compte environ 3656 kilomètres de linéaire et le troisième lot concerne plus de 4.715 km de routes (régionales et nationales). Le quatrième compte plus de 4.657 km. Ainsi, les points de repères seront associés à des points remarquables qui permettent de distinguer sur le réseau des positions spécifiques. Ces points complémentaires permettent d’identifier par exemple la localisation des limites des provinces et des agglomérations (début et fin d’une zone de traversée d’autres gestionnaires), une fourche, le changement de province, un événement sur la route, explique la direction des routes. Dans le même sens, un point de repère sera matérialisé physiquement sur le terrain par des bornes ou des plaquettes situées au bord de route. La borne ou la plaquette portera des indications du système de localisation. Au niveau de leur implantation les bornes seront posées à gauche et à droite en alternance de la chaussée dans le sens de référence d’une route bidirectionnelle, dans les deux côtés de la route dans le cas de route à chaussées séparées et à environ trois mètres de la bande de rive. Notons que la direction des routes procédera à l’ouverture des plis relatifs cet appel d’offres le 20 février 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *