NTIC : Un secteur qui croît bien

NTIC : Un secteur qui croît bien

uelle place occupe le secteur des technologies de l’information dans le tissu économique national? Cette question retient l’intérêt d’un bon nombre d’intervenants institutionnels du secteur qui consacrent annuellement moult études et rapports à la question.
Les chiffres qui en découlent divergent cependant, selon l’organisme auteur de ces différents rapports.
Acteur dynamique du secteur, l’Association des technologies de l’information (APEBI) monte au créneau à travers ses propres conclusions. Ainsi, et selon les estimations de l’Apebi, le chiffre d’affaires du secteur, hors opérateurs de télécommunications, est passé de 2,8 milliards de DH à fin 1998 à 4,5 milliards pour s’élever à plus de 5,2 milliards en 2002. soit une croissance annuelle globale du marché au cours des quatre dernières années de près de 20%. Les auteurs classent le Maroc en troisième position en Afrique, après l’Afrique du Sud et l’Egypte, dans le domaine des technologies de l’information. Cette performance découle de la croissance soutenue réalisée par les sociétés opérant sur ce segment d’activité à fort potentiel. L’essentiel de ces réalisations est concrétisé sur le marché domestique, soit 91% contre 9% destinés à l’export. Autre chiffre révélateur de la spécificité du marché local, 54% du chiffre d’affaires global proviennent de la vente de matériel informatique, soit près de 2,8 milliards de DH. Le reste des affaires est réalisé respectivement dans les segments des logiciels, des services (43%) et des télé-services (3%).
Toujours selon les estimations des professionnels recueillies par l’Apebi, les commandes proviennent principalement des grands comptes, banques et assurances (30%), des administrations (25%) et des PME-PMI (30%). Ces dernières sont devenues récemment l’un des grands gisements de croissance du marché des TIC. Quant aux particuliers, leur part de marché reste faible ne dépassant guère 5% des ménages citadins, selon les professionnels du secteur. Au niveau des emplois, le secteur est devenu un grand pourvoyeur d’opportunités avec l’emploi de plus de 8.400 personnes. Néanmoins, il faut reconnaître que la taille des entreprises reste encore limitée. La moitié de celles qui opèrent dans les TIC dispose d’un effectif inférieur à dix personnes et 11% seulement d’entre elles emploient plus de 25 salariés. Autre constat : les intervenants du marché, depuis 1994, les implantations d’entreprises de services informatiques se sont rapidement multipliées.
Actuellement, le nombre des sociétés spécialisées au Maroc s’élève à plus de 1.000 entreprises, soit une croissance de l’ordre de 20% en l’espace de cinq ans. La majorité de ces entreprises sont concentrées auprès de leurs principaux donneurs d’ordre. D’ailleurs, Casablanca, à elle seule, concentre près de 65% de l’offre, tandis que Rabat en polarise 20%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *