OCP : La durabilité dans l’ADN

OCP : La durabilité dans l’ADN

Leader mondial dans son secteur, le Groupe fait du développement durable un engagement

Dans un monde où la course vers la performance se fait souvent au détriment de l’environnement, il existe des acteurs qui font du développement durable plus qu’une démarche, un engagement. C’est le cas du Groupe OCP (Office chérifien des phosphates). Leader mondial dan son secteur d’activités, le groupe a pris l’engagement voilà de nombreuses années d’allier performance et protection de l’environnement, développement durable et rentabilité économique. Une expérience devenue un véritable cas d’école. Cet engagement se traduit déjà dans le fonctionnement et la gouvernance du groupe où la transparence et l’éthique sont une priorité.

Concrètement, l’amélioration de la gouvernance en tant qu’outil de gestion est une priorité se traduisant notamment par le renforcement des procédures, des règles et des structures organisationnelles dans le but de garantir une plus grande transparence dans les opérations de l’entreprise. OCP vise à aller au-delà de la conformité réglementaire et développer une approche de la gouvernance qui reflète les valeurs de l’entreprise, à savoir l’intégrité, l’éthique, la transparence. Ce mode de fonctionnement permet au groupe de faire de la protection de l’environnement et de la promotion du développement durable une démarche au quotidien avec des structures et entités spécialisées. Dans la gestion des risques et l’application du principe de précaution, OCP prend en compte les incertitudes susceptibles d’affecter ses activités, liées à l’environnement (y compris le climat). L’équipe de gestion des risques sous la supervision de l’audit et le comité des risques procèdent à l’identification, à l’analyse et à l’évaluation de ces risques et les intègrent dans les plans de gestion de chaque métier conformément à la norme ISO 31000.

Ce n’est pas tout. Dans le cadre des efforts déployés par OCP pour atténuer diverses perturbations majeures, une démarche de continuité d’activité est mise en œuvre conformément à la norme ISO 22301. Afin de pérenniser ses performances et sa croissance, OCP a également développé des programmes d’innovation et de R&D – portés par un organisme unique et structuré autour de quatre piliers. L’un de ces derniers concerne la durabilité et l’économie circulaire. Parmi les projets développés dans le cadre de cet axe, il y a notamment la mise en place d’une solution de traitement des odeurs (gaz fluorés) au sein des unités de production; l’évaluation technique et économique de diverses voies de décadmiation (suppression du cadmium par procédé industriel) du phosphate et acide phosphorique (par résine, par co-cristallisation, par nanofiltration, décadmiation lors de la flottation, etc.).

S’y ajoutent d’autres initiatives comme le lancement d’une solution de récupération de l’eau à partir de l’eau de gypse ainsi que des essais pilotes de calcination des phosphates utilisant l’énergie solaire (Projet Solpart). Alors que l’humanité consomme aujourd’hui les ressources équivalentes à 1,8 de notre planète Terre pour subvenir à ses besoins, et cette dette écologique doublera en raison de la croissance démographique et économique.

Economie circulaire

Le défi pour OCP est donc de répondre à ces besoins de consommation afin de garantir la sécurité alimentaire tout en utilisant un minimum de ressources. Dans ce sens, le Groupe a développé un cadre d’économie circulaire pour optimiser l’empreinte du cycle de vie des produits – de leur conception à leur fin de vie – en passant par quatre grands piliers, à savoir la préservation des ressources, le recyclage et transformation, la production durable et enfin la consommation intelligente. Ces engagements sont concrétisés, notamment à travers une énergie 100% verte grâce à la production éolienne, solaire ou co-générée sachant que 25% de l’énergie verte nationale est produite par OCP (soit 14% de la consommation annuelle d’énergie) et zéro consommation d’eau conventionnelle et son remplacement par la consommation totale d’eau de mer issue d’un processus de dessalement ou bien le traitement des eaux usées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *