970x250

OCP, un leadership mondial en production des phosphates

OCP, un leadership mondial en production des phosphates

Le Groupe gère cette ressource de façon durable et responsable

OCP est le premier dépositaire de près de 70% des réserves mondiales de phosphate. Cette position lui confère la responsabilité de gérer cette ressource limitée, durablement et de manière responsable. Parce que l’extraction se situe tout en amont de la chaîne de valeur alimentaire et que 50% de la nourriture de la planète est produite grâce à l’utilisation des engrais, OCP doit tout mettre en oeuvre pour continuer de garantir aux agriculteurs un accès équitable au phosphore, cet élément nutritif, non synthétisable et non substituable, essentiel pour les cultures et la sécurité alimentaire actuelle et future.

Tour d’horizon des différentes actions engagées par le Groupe. Le grand défi est de répondre aux besoins de consommation qui augmentent avec la croissance démographique, en utilisant de moins en moins de ressources. C’est dans ce sens qu’OCP a fondé son programme d’économie circulaire basé sur 4 piliers qui doivent permettre d’aligner les ressources naturelles avec les besoins de l’humanité. Il s’agit en effet de préserver la ressource phosphates et valoriser au mieux, ce qui implique de repenser les modèles d’utilisation en minimisant à la source les besoins en ressources.

Il est aussi question de promouvoir les pratiques d’une production responsable, ce qui implique entre autres de recourir au maximum aux énergies renouvelables et aux eaux issues du dessalement ou aux eaux usées traitées. L’engagement étant également de promouvoir les pratiques d’une consommation raisonnée dans la phase application des engrais, qui implique de répondre plus précisément au besoin des agriculteurs en adaptant nos produits à chaque sol et chaque culture. Le 4ème pilier porte sur la création de la valeur par le recyclage de déchets et la transformation en ressources à valeur maximale, qui implique également la réhabilitation des terrains miniers pour les rendre meilleurs que ce qu’ils étaient auparavant. Il est à rappeler qu’OCP réhabilite d’anciennes mines et des terres marginales avec des projets qui capteront le CO2 et rajeuniront la terre, comme planter des millions d’arbres sur chaque site, y compris des oliveraies pour les agriculteurs locaux, qu’ils pourront commercialiser.

De cette manière, le Groupe OCP fait activement du phosphate une ressource plus durable, capable de nourrir le monde pour les générations à venir. Pour matérialiser son engagement fort en faveur de la gestion durable de la ressource phosphates, OCP a rédigé une politique spécifiquement dédiée à ce sujet. La Phosphate Stewarship Policy est accessible sur le site internet du Groupe et publiée aux côtés des autres grands engagements du groupe en matière de développement durable, notamment sur des thématiques liées à l’activité minière (Biodiversity Policy, Land Use Policy…). Par ailleurs, OCP améliore, en continu, l’efficacité et la productivité de ses mines. Le Groupe a dans ce sens m is en oeuvre des programmes permettant d’extraire le phosphore à partir de roche à faible teneur, et de recycler les sous-produits issus de ses processus miniers.

Pour optimiser la ressource, OCP a également introduit des procédés pour transformer du phosphate auparavant non viable en phosphate de qualité engrais, réussissant déjà à augmenter d’un tiers la quantité de phosphate viable, réduisant ainsi la vitesse à laquelle le phosphate global est consommé. «Pendant ce temps, nous explorons des moyens de recycler efficacement le phosphore après sa première utilisation. La recherche dans ce domaine, ainsi que les efforts pour développer des engrais fabriqués principalement à partir de déchets organiques, sont la prochaine étape pour étendre les réserves mondiales de phosphore au-delà de leur état actuel», peut-on relever du Groupe.

OCP a également lancé plusieurs chantiers pour prospecter et analyser de nouvelles manières de valoriser et caractériser la roche phosphatée et ses dérivés. Citons dans ce sens la mise en place du laboratoire commun OCP/Université Mohammed VI Polytechnique : Geo-analytical Lab, la synthèse et l’approfondissement de la caractérisation géochimique des bassins phosphatés des «Oulad Abdoun», «Gantour», «Meskala» et «Boucraâ» ainsi que la caractérisation, synthèse et étude de nouveaux réactifs de bénéficiation du phosphate. Il est ressorti de cette opération plus d’une centaine d’essais laboratoires et industriels réalisés et 20.000 analyses effectuées en 2020.

Basée sur la connaissance, le suivi et l’évaluation de ce patrimoine

Une stratégie de préservation de la biodiversité signée OCP

Conscient des menaces qui pèsent sur la biodiversité, et agissant comme un acteur industriel engagé, le Groupe OCP a mis en place une stratégie de préservation de la biodiversité basée sur la connaissance, le suivi et l’évaluation de ce patrimoine afin de prendre les mesures nécessaires qui permettent de réduire ses impacts sur la faune et la flore, et contribuer à sa conservation, voire son amélioration. Dans cette optique, chaque site industriel où le Groupe opère a fait l’objet d’une analyse de la biodiversité et d’une autorisation d’exploitation délivrée par les autorités nationales et dispose d’un plan de gestion pour ses espaces verts et les zones environnantes. Ainsi, la composante biodiversité fait partie intégrante des sujets évalués préalablement à l’ouverture de ses nouvelles mines et la construction de ses nouvelles unités industrielles.

Pour exemple, le Groupe OCP s’est associé à des experts internationaux pour réaliser une étude pilote dans la mine de Boucraa et développer un cadre best-in-class qui sera dupliqué sur l’ensemble de ses sites. Au-delà de la phase de conception, OCP mène une évaluation continue de l’impact de son activité sur la biodiversité à travers des études conformes aux normes internationales en la matière. Dans ce cadre, OCP conduit, actuellement, une étude portée par une équipe d’experts et chercheurs en biodiversité, visant le renforcement de la cartographie de la flore et de la faune existante, le listing des espèces rares et menacées d’extinction, l’évaluation de la régénération naturelle de la biodiversité des terres exploitées ainsi que l’évaluation des pressions et menaces de l’activité minière sur la diversité biologique. Elle repose également sur quatre phases essentielles en commençant par le cadrage de l’étude, l’inventaire et le diagnostic de la biodiversité au niveau des sites ciblés, l’évaluation intégrée de la biodiversité et enfin par la proposition d’un plan d’actions pour la préservation de la biodiversité des sites opérationnels OCP.

En complément des efforts de préservation, OCP s’engage également dans l’amélioration de la biodiversité à travers plusieurs initiatives, notamment son programme de réhabilitation minière et d’afforestation, qui a permis à fin 2020 la plantation de 4,5 millions d’arbres au profit de la communauté. Des cultures adaptées telles que l’arganier et l’olivier poussent désormais sur des sites réhabilités. La culture du quinoa a également été expérimentée dans la région de Gantour et le Groupe OCP a introduit en 2020 le goji et le romarin comme de nouvelles alternatives aux cultures à très haute valeur ajoutée, dans ses régions minières.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.