CouvertureEconomieUne

ONMT et Observatoire du tourisme : la grande métamorphose

Un virage stratégique attend les deux organismes en 2024

Pour accompagner la nouvelle stratégie dans le secteur, les responsables prévoient de métamorphoser les fonctionnements des principaux organes du secteur, à savoir l’Office national marocain du tourisme et l’Observatoire du tourisme. Les détails.

De grands changements sont attendus dans le secteur du tourisme au cours de l’année 2024. C’est le cas notamment pour les instances chargées de pilotage du tourisme, à savoir l’Office national marocain du tourisme et l’Observatoire national du tourisme. Concrètement, il s’agit de transformer l’ONMT en une agence. Celle-ci sera baptisée l’Agence marocaine du tourisme dans le but de servir la nouvelle stratégie nationale et garantir la promotion du tourisme marocain à l’échelle internationale. Les responsables prévoient de doter la future agence des moyens nécessaires pour accompagner cette grande transformation. Il est prévu dans ce sens d’inaugurer dix nouveaux bureaux éparpillés dans les quatre coins du monde pour promouvoir le tourisme national et prospecter de nouveaux marchés émetteurs. De son côté, l’Observatoire du tourisme connaîtra un repositionnement au cours de l’année prochaine. Les responsables évoquent deux axes de travail. Le premier concerne le renouvellement et le développement des mécanisme de travail de l’Observatoire alors que le deuxième est relatif à l’élargissement du domaine d’intervention et des compétences de l’organisme.
Le but est de garantir les éléments de prise de décision et établir une veille à l’échelle mondiale. Ainsi, la réforme des deux organismes au cours des prochains mois sera l’une des grandes priorités alors que le Maroc poursuit le déploiement de sa nouvelle stratégie.

L’ONMT sera baptisé Agence marocaine du tourisme dans le but de servir la nouvelle stratégie nationale et garantir la promotion du tourisme marocain à l’échelle internationale. (D.R)

Performance

Le Maroc entend maintenir le cap des dernières réalisations. Il y a quelques jours, les responsables ont annoncé que le flux des arrivées touristiques au Maroc a atteint 12,3 millions à fin octobre 2023, en progression remarquable de 39% par rapport à une année auparavant. Selon le ministère du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, cette croissance témoigne de «la résilience remarquable du tourisme marocain malgré les crises». Après un mois de septembre record, octobre maintient cette dynamique positive, accueillant 1,2 million de touristes, soit une augmentation de 3% par rapport à octobre 2022, précise la même source. Citée dans le communiqué, la ministre du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a affirmé : « Nous venons de franchir la barre des 12 millions de visiteurs en 2023, et ce malgré les défis rencontrés après le séisme d’Al Haouz. Ces réalisations nous confortent dans les efforts déployés par notre pays en termes de promotion et diversification des marchés émetteurs». «Nous sommes sur la bonne voie pour une année record à 14 millions de touristes», avait poursuivi la ministre, appelant l’ensemble de l’industrie à garder le cap pour les deux prochains mois.

Stratégie

Les changements prévus concernant l’ONMT et l’Observatoire du tourisme devraient accompagner la nouvelle feuille de route du secteur. Cette feuille de route ambitionne, à l’horizon 2026, d’attirer 17,5 millions de touristes, d’atteindre 120 milliards de recettes en devises, de créer 80.000 emplois directs et 120.000 indirects, en plus de repositionner le tourisme comme secteur clé dans l’économie nationale. Pour atteindre ces objectifs, cette feuille de route entend transformer le secteur du tourisme en agissant sur tous les leviers essentiels, à savoir une nouvelle logique de l’offre articulée autour de l’expérience client et structurée autour de 9 filières thématiques et 5 filières transverses, un plan offensif pour doubler la capacité aérienne et le renforcement de la promotion et du marketing, avec une importance particulière accordée au digital. Il s’agit également de la diversification des produits d’animations culturelles et de loisirs avec l’émergence d’un tissu de petites et moyennes entreprises (PME) dynamiques et modernes, la mise à niveau du parc hôtelier existant et la création de nouvelles capacités hôtelières et le renforcement du capital humain, grâce à un cadre attractif de formation et de gestion des ressources humaines, pour améliorer la qualité du secteur et offrir de meilleures perspectives de carrière aux jeunes. Afin de garantir le succès de cette feuille de route et la traduire dans la réalité, une nouvelle gouvernance a été mise en place à travers la création d’une Commission nationale interministérielle du tourisme (CNIT) présidée par le chef de gouvernement et composée des parties signataires, de deux commissions nationales, la commission aérienne et la commission produit «Offre/Demande» et de douze commissions de suivi des plans régionaux présidées par les walis de chaque région. Il s’agit également d’une structure d’animation centrale et des structures d’animation régionales, relais au niveau local et des Laboratoires d’impulsion institutionnalisant le dialogue entre le public et le privé constitués chacun d’une équipe multidisciplinaire.

Locomotive

Au delà des performances touristiques, les responsables veulent miser sur le secteur pour tirer vers le haut d’autres activités connexes. Dans ce sens, le secteur de l’artisanat est l’un des plus grands bénéficiaires de la dynamique touristique des derniers mois. Les touristes peuvent contribuer à faire connaître le savoir-faire marocain à l’international. Il faut dire que la nouvelle approche adoptée par la tutelle tend en effet à renforcer la contribution du secteur à la croissance nationale ainsi qu’à préserver le savoir-faire ancestral du «mâalem» marocain. La finalité étant de renforcer la résilience de ce secteur face aux multiples mutations internationales.
La nouvelle démarche vise en effet un développement global du produit marocain et ce tout au long des étapes de sa conception. La tutelle se penche actuellement sur trois programmes. Le premier dispositif porte sur le soutien des exportateurs des produits artisanaux. La finalité étant d’atteindre un additionnel de 2 milliards de dirhams à l’export. Le deuxième programme concerne les agrégateurs. La tutelle ambitionne dans ce sens d’atteindre un chiffre d’affaires supplémentaire de 3 milliards de dirhams.

L’Observatoire du tourisme connaîtra un repositionnement au cours de l’année prochaine à travers le renouvellement et le développement de son mécanisme de travail. (D.R)

C’est le titre de la boite

Synergie

Aérien. La Commission nationale de l’aérien vient de tenir à Rabat sa première réunion sous la présidence de la ministre du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, et du ministre du transport et de la logistique, Mohammed Abdeljalil. Cette commission a été mise en place dans le cadre de la nouvelle gouvernance de la feuille de route du tourisme 2023-2026, afin de créer plus de synergie et de cohérence dans l’action des différentes parties prenantes dans le secteur du tourisme, indique un communiqué du ministère du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, notant que le déploiement des divers chantiers de cette feuille de route se poursuit activement, notamment en termes de transport aérien.

Au cours de cette réunion, les deux ministres se sont félicités de la bonne reprise du secteur du transport aérien, qui a contribué de manière importante aux performances touristiques du Royaume, atteignant un record de 12,3 millions de touristes à fin octobre 2023, fait savoir la même source. Ils ont également confirmé l’engagement des deux ministères pour la réussite des projets de cette commission, qui revêt une importance cruciale dans l’atteinte des objectifs de la feuille de route du tourisme. Ainsi, les deux ministres ont insisté sur l’approche concertée et participative nécessaire pour harmoniser les actions des différentes parties prenantes et progresser rapidement sur les divers chantiers stratégiques.

La Commission nationale de l’aérien a examiné en profondeur l’ensemble des sujets nécessitant des décisions immédiates. Elle a également défini les prérequis essentiels au bon déroulement des prochaines sessions, notamment la méthodologie de travail entre les équipes, ainsi que l’échange de données et des indicateurs des secteurs du transport aérien et du tourisme.

Indicateurs sectoriels

Flux

Le flux des arrivées touristiques au Maroc a atteint 12,3 millions à fin octobre 2023, en progression remarquable de 39% par rapport à une année auparavant.

Record

Après un mois de septembre record, octobre maintient cette dynamique positive, accueillant 1,2 million de touristes, soit une augmentation de 3% par rapport à octobre 2022.

Feuille de route

Une feuille de route pour le tourisme national ambitionne, à l’horizon 2026, d’attirer 17,5 millions de touristes et d’atteindre 120 milliards de recettes en devises.

Articles similaires

ActualitéUne

Diplomatie: La France propose au Maroc un partenariat « d’avant-garde » pour les 30 ans

La France veut un partenariat avec le Royaume sur le long terme....

AutreEconomieUne

Loi de Finances 2024 : Les nouvelles dispositions fiscales expliquées aux opérateurs du Nord

La réforme de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) constitue l’une...

Economie

Créativité : SoGé révèle à Casablanca les 3 lauréats de la compétition Kayn L’Flow

SoGé, une banque 100% en ligne, a dévoilé, jeudi dernier à Casablanca,...

SociétéUne

Pour une période de 20 ans : Casablanca cherche un gestionnaire pour son centre de valorisation des déchets

Caractérisés par une forte humidité (65 à 70%), les déchets ménagers sont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus